l'oeuf

Publié le par Za

Album à 4 mains, chronique à 4 mains. Aujourd'hui, je co-billète avec Pépita de Méli-Mélo de livres, une dame épatante que j'ai croisée à l'Ombre d'un grand arbre. A l'occasion du concours de son bloganniversaire, j'ai eu la chance de gagner un album, un bel album qu'elle a choisi exprès pour moi, sûre que je l'aimerais. Nous avons donc eu une converation à propos de ce livre - les mots de Pépita sont en italique.

l'oeuf

Quelle a été ta première impression en découvrant cet album ?

La couverture pose d’emblée une histoire, ou plutôt induit le lecteur vers l’histoire d’un couple d’oiseaux amoureux qui va avoir un œuf, comme on va avoir un bébé.

Je trouve la première de couverture et l'histoire que cet album raconte pleines d'infinie tendresse. Est-ce aussi ton ressenti ? Tu peux nous en dévoiler les éléments ?

Il y a en effet beaucoup de délicatesse dans cet album. Les deux personnages se couvrent d’attentions tendres, comme s’ils ne couvaient pas seulement l’œuf mais se couvaient l’un l’autre. Lorsque l’œuf parait, leur vie quotidienne ne tourne plus qu’autour de lui, il est le centre.

Comment as-tu trouvé les illustrations sous forme de collages, notamment l'anthropomorphisme ? Je trouve les attitudes des deux oiseaux sublimes dans leur grâce !

J’ai beaucoup aimé le travail d’Anna Sommer, une virtuose du papier découpé. Il y a dans cet album en particulier un sentiment de fragilité permanent, d’abord dans l’idée de l’œuf, objet fragile. Et puis il y a aussi parfois de légères transparences dans le papier. Les têtes d’oiseaux, directement collées sur des corps humains donnent une impression d’étrangeté qui court tout au long de l’album. Les expressions des « visages » tiennent à si peu de choses si on y regarde de près : des larmes, des reflets dans l’œil, une légère ouverture du bec et tout est dit, c’est du grand art.

 

l'oeuf

Les illustrations ont été réalisées à 4 mains (par Anna Sommer et Noyau). En arrière-plan, Noyau a placé des petits tableaux avec des petites saynètes. As-tu réussi à voir ce qu'ils voulaient dire ? - moi, pas du tout !

Je les ai tout de suite repérés et j’y suis retournée plusieurs fois depuis. Ce qui est singulier, c’est déjà ce travail à 4 mains entre les deux illustrateurs : l’un au premier plan avec les papiers découpés, l’autre en filigrane avec les tableaux peints. On y découvre l’histoire d’un couple humain traité comme des oiseaux. Alors qu’au premier plan, un couple d’oiseaux humanisé est vu dans un environnement humain, dans ces tableaux, un couple humain vit  sur une branche, vole – c’est d’ailleurs la femme qui apprend à l’homme à voler. Ils s’installent dans un nichoir qui va être détruit par l’intervention d’un bûcheron abattant l’arbre qui leur sert de refuge. L’anthropomorphisme est un ressort très courant en littérature de jeunesse, l’inverse l’est beaucoup moins et c’est ce qui fait qu’au premier abord, cette histoire parallèle est franchement étrange.

Personnellement, j’ai eu beaucoup de mal à saisir le sens de ces saynètes et je te remercie de ton analyse qui éclaire ma lanterne. A vrai dire, j’ai été happée par cette histoire, par ce qui se jouait là dans ce couple d’oiseaux. Cette tendresse, cette délicatesse entre eux comme vis-à-vis de l’œuf.  Cela m’a presque gênée ces tableaux, ça m’a brouillé le message en quelque sorte. Du coup, je les ai pratiquement occultés ou plutôt, je n’ai pas vraiment cherché à comprendre leur sens. Ils ajoutent une réelle complexité à la compréhension de cet album. En plus, c’est tellement petit et pas très beau esthétiquement parlant.

A première lecture, ces petits tableaux m’ont totalement parasitée - mais dans le bon sens du terme. J’ai lâché l’histoire principale pour les suivre. Ils ont un côté brut, cru.

l'oeuf

Je vois pour ma part dans la fin deux interprétations possibles : est-ce aussi ton cas ? (mon cœur balance pour l'une d'elles tout de même...)

Je n’ai pas un instant interprété l’attente autour de l’œuf comme une histoire traitant de la grossesse. Même si on ne voit pas l’oisillon, il est là, comme un bébé déjà venu au monde, puisqu’il est différent de sa mère, corporellement humaine. D’ailleurs, la mère le confie au père pour aller au cinéma avec ses amies. Il est un enfant pour lequel on s’inquiète, dont on prend soin pour qu’il parte un jour – et non pas jusqu’à ce qu’il parte. Les soins et l’attention qu’on lui apporte ne sont là que dans ce but final, son départ du nid. Ce qui est déroutant dans L’œuf, c’est qu’à aucun moment, on ne voit l’oisillon. Une fois envolé – disparu plutôt, il se fond anonymement dans la foule des autres oisillons. Rien ne le distingue d’eux, comme s’il n’avait jamais appartenu vraiment à ses parents.

Alors, ton cœur balançait-il aussi pour cette interprétation ?

Non, du coup, cela m’en fait une troisième !

A ma première lecture, j’y ai vu le deuil, la perte d’un enfant. Puis, non, j’ai recommencé ma lecture et là, j’y ai vu l’attente d’un enfant et son envol dans la vie. Ce pour quoi sont faits les enfants et les parents. J’ai pensé à un moment donné à l’adoption et puis non. Je préfère la deuxième ; mais j’aime beaucoup la tienne ! Et le fait qu’on ne voit pas l’oisillon ne m’a pas dérangée. C’est de l’ordre de la métaphore cette histoire. Ce que je retiens par-dessus tout, c’est la force de l’amour.

A aucun moment je n’ai pensé que l’oisillon pouvait être mort. Mais le fait qu’on ne le voit jamais porte en effet à toutes les interprétations. Les interprétations adultes, en tout cas.

Toi qui côtoie des enfants de par ton métier, penses-tu que cet album soit accessible pour aborder les sentiments liés à l'attente d'un enfant ? 

Je ne crois pas que je l’utiliserais dans ce but, d’autant que, comme je l’ai dit plus haut, ce n’est pas ce que je vois dans ce livre. Et puis je n’aborde jamais les albums – ou romans – dans l’idée d’aborder tel ou tel thème. Mais c’est un autre débat.

En revanche, je me suis demandé comment les enfants pourraient le recevoir. Qu’en penses-tu ?

Je me la suis posée aussi cette question et en fait, c’est le sens de ma question ! Il n’est pas si évident à comprendre cet album. Mais je me dis qu’on peut faire confiance aux enfants, ils voient souvent des choses que nous ne voyons pas, et ils prennent ce dont ils ont besoin à ce moment de leur lecture. Un album aussi qui peut être sujet à des échanges intéressants avec eux.

Connais-tu ces illustrateurs ? (moi, pas du tout !)

Ce que j’ai vu de leurs travaux respectifs ne semble pas habituellement tourné vers la jeunesse. Ils ont des univers très forts et je trouve que ce qu’ils nous offrent ici est vraiment passionnant. J’aime énormément le charme un peu suranné qui se dégage des illustrations d’Anna Sommer, notamment par les imprimés des papiers peints et des vêtements. Les prénoms des personnages – Robert et Colette - nous renvoient aussi à une autre époque.  

Ton mot de la fin ?

La richesse de ce livre, c’est qu’il est à la fois un album pour enfant et un album pour adulte. Ce que tout bon album devrait être. Chacun trouvera, j’espère, son compte dans cette histoire.

Un album déroutant mais passionnant pour reprendre ton terme plus haut. Il fait beaucoup réfléchir et il renvoie à beaucoup de questionnements. Il est aussi très beau (mis à part les saynètes dans les tableaux, désolée, je n’ai pas accroché !) et je ne me suis pas trompée, je savais qu’il t’interpellerait. Il correspond bien à la ligne éditoriale du cabas de Za, ton blog !

L'oeuf

Anna Sommer et Noyau

Actes Sud BD, janvier 2014

Si vous avez envie d'aller plus loin, je vous conseille l'article de la Soupe de l'Espace, qui m'avait mis la puce à l'oreille, celui de Soizic de la librairie Pages d'encre qui m'avait mis l'eau à la bouche, et la page que l'éditeur consacre à l'album.

Et puis, évidemment, le site d'Anna Sommer.

Merci Pépita !

Son article est par ici.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nota bene 12/09/2014 10:36

Voici ma critique publiée aujourd'hui !

http://nota-bene.over-blog.fr/2014/09/l-oeuf.html

Nota bene 10/09/2014 22:33

C'est un magnifique album que je viens de découvrir : un brin déroutant, au charme quelque peu suranné et portant une telle profondeur de sens. Bien qu'on puisse être induit en erreur au départ, la suite de la lecture m'a fait pencher pour l'interprétation la moins dramatique : la thématique de la parentalité. Bravo pour cette intéressante critique à quatre mains - à l'instar de l'album - et bonne continuation du challenge "Je lis aussi des albums".

mel 11/06/2014 23:01

Quelle chouette co-billetterie par ici :)

Za 14/06/2014 14:56

T'as vu ça ?
Je trouve que la Soupe et le Cabas se complètent bien ;)

Pépita 11/06/2014 15:14

épatante cette conversation ! J'ai vraiment beaucoup aimé...et mon regard a du coup changé sur cet album :)

Za 11/06/2014 18:31

On devrait faire ça plus souvent ;)