1 2 3 l'effroi

Publié le par Za

1, 2, 3

nous irons au bois...

 

couv-123.jpg

 

éprouver un terrible effroi

et compter sur le bout des doigts

d'une main dépourvue de bras !

 

lire-relire-4-7672.JPG

 

Résonnez chaînes, sonnez crécelles, grincez molaires ! Voici un album qu'on ne feuillette pas, un album qu'on ne lit pas, qu'on n'admire pas. Non, voici un album dans lequel on se vautre avec délectation ! À peine remis de l'ABC de la trouille, il nous faut affronter aujourd'hui la noirceur jubilatoire d'123 l'effroi. Ah, les visions ricanantes de monsieur Albert Lemant et leur terrifiante précision, l'affreuse vitalité du trait ! Car c'est bien là le paradoxe de ce livre : ces images pour le moins... mortelles débordent de vie ! Les nombres éructent, grincent, gueulent, se marrent et tout cela est terriblement communicatif.

 

lire-relire-4-7676.JPG

 

123 l'effroi est une danse macabre comme on n'en a pas guinchée depuis longtemps, un bestiaire nocturne où valsent rats, chouettes, tarentules et chats noirs, et qui finit pourtant par être rattrapé par l'Histoire. Et le rire se fige lorsqu'en tournant la page, on finit  par croiser un casque à pointe, des barbelés.

 

lire-relire-4-7688.JPG

 

Quatorze casques à pointes,

bientôt dix-huit, se pointèrent

Tranchant dans les tranchées,

arrachant les artères.

 

Comme vous le voyez, le texte n'est pas en reste. Il lui fallait être sacrément gaillard pour tenir tête au charivari gravé alentour. Mais c'est sans compter avec l'habileté d'Albert Lemant à jouer des sonorités, à se jouer du sens, jusqu'au jeu de mot final qui vous laisse refermer l'album sur un éclat de rire.

 

Vous l'aurez compris, cet album ne cesse de me réjouir, j'y reviens régulièrement pour m'y étonner, y piquer une ombre, un détail. Pour finir, et parce qu'on est dans le Cabas, permettez que je vous laisse en dragonnement bonne compagnie...

 

lire-relire-4-7675.JPG

 


1 2 3 l'effroi

Albert Lemant

l'Atelier du poisson soluble

octobre 2012

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

turin 29/10/2012 08:25


tourlou,


Aaaaaaaah! voilà un livre que j'attends avec impatience. Comme l'ABC de la trouille. Et cette fois, Montreuil le récompensera peut-être. S'il est aussi génial que la trouille, alors j'achçte les
yeux fermés. C'est beau, drôle, fort, intelligent... et incroyablement artistique. Merci Môssieur Lémant.

Za 29/10/2012 12:04



Et merci mâdame Za pour un si merveilleux article, non ?


C'est un peu différent de l'ABC, pas d'accummulation dans l'image, si ce n'est une accumulation de diables, parfois... Et une accumulation de grand talent, aussi ! Tu devrais encore adorer !


Alors, prends ta canne blanche et va l'acheter les yeux fermés !



yann 23/10/2012 23:41


Je crois qu'il sera à Brive, cette année encore, sur le stand du Poisson soluble.

Za 24/10/2012 15:29



Au marché de Brive-la-Gaillarde, à propos de bottes d'oignons,
Quelques douzaines de gaillardes se crêpaient un jour le chignon.
A pied, à cheval, en voiture, les gendarmes, mal inspirés,
Vinrent pour tenter l'aventure d'interrompre l'échauffourée.
Or, sous tous les cieux, sans vergogne, c'est un usage bien établi,
Dès qu'il s'agit de rosser les cognes tout le monde se réconcilie...





J'attendrai pour ma part sagement Montreuil pour venir vous faire à tous un petit salut !


 



Syl. 23/10/2012 12:01


Hilde vient de mettre une photo pour notre challenge Halloween, d'une vitrine de libraire. Cet album a retenu mon attention et je me demandais ce que c'était... Bon, maintenant je vois le contenu
! et ça me plaît beaucoup !

Za 24/10/2012 15:19



Et quand tu l'auras tenu entre tes mimines, tu ne voudras plus t'en séparer



Margotte 21/10/2012 08:56


Il a l'air vraiment bien cet album !!!!!!!! Je prends note :-)

Za 21/10/2012 16:58



Il est plus que bien : il est indispensable !


Plus sérieusement, pour l'avoir expérimenté avec l'ABC de la trouille, c'est le genre de livre dont on ne sort pas vraiment. On y revient, on le sirote, on le déguste, on le savoure... Et chaque
fois, on découvre un coin qu'on n'avait pas exploré. Comme une promenade, ou plutôt, comme un tour dans le train fantôme !