gormenghast # 3

Publié le par Za

Ça y est.

J'ai terminé.

titus groan gormenghast  titus alone

 

J'aurais pu dire "j'en ai terminé", mais a-t-on jamais fini d'errer dans cette "abstraction de pierre" - l'expression est de Peake lui-même. Dans ce troisième et dernier tome, Titus a quitté Gormenghast,  s'est libéré du protocole, de son destin de soixante-dix-septième comte d'Enfer. Il erre, incapable de retrouver le chemin du château, plongeant toujours plus profondément dans les entrailles de la Terre, dans le ventre de l'humanité. Rien ne le retient ici, aucune rencontre, ni la gratitude envers qui lui sauve la vie, ni les bras d'une femme. Le vaste monde et son goût sauvage de nouveauté ne peuvent remplacer Gormenghast. " Je veux l'odeur de ma terre natale et le souffle du château dans mes poumons. Donnez-moi une preuve de moi-même. Donnez-moi la mort de Finelame. Les orties. Donnez-moi les corridors. Donnez-moi ma mère ! Donnez-moi la tombe de ma soeur. Donnez-moi le nid. Rendez-moi mes secrets... car cette terre est étrangère. Oh ! rendez-moi le royaume dans ma tête ! " 

 

À vrai dire, moi aussi, je le regrettais, ce château. J'aurais voulu avoir des nouvelles du Dr Salprune, de sa soeur, de Belaubois...

 

irma & alfred

 

Et pourtant, une fois encore, Mervyn Peake excelle à créer des mondes. À côté de Gormenghast et de ses traditions séculaires, il existe un univers peuplé de machines, d'usines inquiétantes, de voitures rapides, d'engins volants. Un univers qui ne sait rien de Gormenghast. Perdu et ignoré, Titus n'est pas loin de tomber dans la folie. Les personnages de ce dernier tome n'ont rien à envier aux habitants du château, Musengroin et Junon rivalisent avec la Comtesse d'Enfer, avec Craclosse et Cheeta devient un genre de double démoniaque de Fuchsia.

 

Ce texte, arraché par Peake à la maladie qui rongeait son corps et son esprit, est sans doute bancal et imparfait. Mais c'est cette imperfection-même qui en fait toute la beauté. Et puis, une fois qu'on a lu les deux premiers, il est impossible de faire l'impasse sur Titus errant. Tout simplement impossible.

 

Cette lecture au long cours m'a touchée, remuée, secouée, emballée, accrochée. En conclusion, je devrais à Gormenghast :

- quelques éclats de rire,

- une tendance au ricanement, parfois, 

- une ou deux moues dégoûtées,

- des images obsédantes,

- la découverte d'un grand auteur, d'un immense illustrateur, mort l'année de ma naissance, le jour de ma fête (un rien me trouble, ces temps-ci)

- des  passages lus et relus pour leur beauté - bon sang, la traduction de Patrick Remaux ! 

- l'usure momentanée de la patience de certaines personnes que je bassine avec ces livres qu'ils n'ont pas lus et auprès desquels je m'excuse - mais ils me remercieront plus tard...

- l'usure momentanée de la patience d'une personne que je bassine avec ces livres qu'il a lus et auprès de qui je m'excuse - mais là, c'est moi qui le remercie...

 

Mervyn-Peake-012

Mervyn Peake

 

"Here was an extraordinary man, his head a treasure-house of invention, poetry, characters, ideas, being destroyed from within while his genius was rejected by the literary and art world of the day."  Michael Moorcock, "An excellence of Peake"

Publié dans romans, Mervyn Peake

Commenter cet article

christine 13/06/2011 22:13


J'aime le concept de LPAL... Et pas de vacances pour moi cette année, le LPAL attendra.


Za 14/06/2011 18:59



Hélas, ce n'est pas qu'un concept ! En ce qui me concerne, c'est plutôt une vraie pile qui grimpe et penche, penche...



christine 12/06/2011 21:50


Bon, eh bien après Princess Bride (My name is Inigo Montoya, you killed my father, prepare to die...) peut être que ceci sera mon nouveau coup de foudre ? Enfin pour l'instant je suis coincée sur
les nouveaux dragons de Robin Hobb plus une longue liste qui piétine au pied de ma table de nuit...


Za 13/06/2011 21:21



On m'a raconté les dragons de Hobb. Pour Gormenghast, je t'envie de pouvoir le lire en anglais, mais la traduction française est assez géniale. En ce moment, je lis l'inédit de Stevenson retrouvé
et terminé par Michel Le Bris.


Bonne(s) lecture(s) ! Et pour la longue Pile à Lire, vivement les vacances !!!!! Bi-Zette !



turin 05/06/2011 10:53


tourlou,
j'espère que c'est moi que tu uses, sinon tant pis, je range mon ego surdimensionné dans ma quelotte. Dans ce cas où ce serait moi, non ça ne m'use pas, mais on s'amuse. ohlala! je suis dans une
super forme , moi. Allez vite, lis maintenant "Mr Pye" du même Mervyn Peake. Et puis ses poèmes et surtout surtout, ses "lettres d'un oncle perdu". L'édition anglaise est autrement plus belle que
celle qu'on trouve en France chez Casterman.


Za 05/06/2011 12:49



En effet, elles t'étaient destinées, ces excuses.


Et moi aussi, tout ceci m'amuse !


Commande passée, mais de Peake j'abuse...


Pour changer d'auteur, il faut que je ruse !


Tous ces personnages, ces idées qui fusent,


Ces mondes que j'épie en intruse,


Ces existences entre des murs recluses...


Allez, je retourne à ma cambuse,


Si je tarde, ça finira à l'arquebuse !


Et pendant que la menthe dans le thé infuse,


Je t'envoie quelques buses... Euh, bises !


Enfin, poutous, quoi !



Zouz 04/06/2011 21:45


c'est décidé je m'y mets dès que je peux !!!


Za 05/06/2011 12:24



ouééé ! Je t'ai presque convertie ! - je te rassure, ce n'est pas une secte ...