l'étrange réveillon

Publié le par Za

Il y a les albums qu'on attend et les autres.

Celui-là, je l'attendais.

Et de pied ferme.

 

9782246786962.jpg

 

Arthur est orphelin. Un vrai orphelin, avec des parents vraiment morts, un manoir et des serviteurs pas du tout inquiétants, mais non... Tous identiques les domestiques, à moins que ce ne soit le même qui bouge très vite, je me suis un moment posé la question. Comme une joie n'arrive jamais seule, voilà que se pointe Noël, la jolie fête qu'attendent en trépignant toutes les âmes esseulées. Mais Arthur veut un réveillon. Avec des invités. Et quels plus joyeux convives que les morts ?

 

lire-relire-4-7709.JPG

 

Ce qui, chez d'autres, pourrait donner lieu à de larmoyantes mélopées, à de déchirants lamentos devient, sous la plume de Bertrand Santini, une danse macabre malicieuse.

 

lire-relire-4-7707.JPG

 

 

Point de tristesse dans ce réveillon. Ni dans le texte ni dans les images réjouissantes de Lionel Richerand. Rien de glaçant, de triste. Au contraire. Arthur pose un regard candide sur la mort, un regard confiant où jamais ne passe l'ombre de la moindre inquiétude. La mort et la vie à égalité, dans les souliers, sous le sapin.

On aurait évidemment envie de convoquer l'ombre de Tim Burton, tant il semble que les univers crépusculaires lui soient désormais dévolus - et les invités au banquet rappellent les personnages des Noces funèbres. Ceci dit, j'ajouterai bien un cousinage avec le Petit vampire de Joan Sfar et son ami Marcel, rejetons de parents morts-vivants ou morts-morts, sans parler de ce chat désopilant, lointain parent du chien Fantomate...

 

lire-relire-4-7708.JPG

 

Mais ce serait réduire l'Étrange réveillon à un rôle d'album sous influence alors qu'il est bien plus que cela. L'objet d'abord, format à l'italienne, belle couverture noire, titre argenté : la classe, quoi. Puis les images de Lionel Richerand, foisonnantes, jamais effrayantes. La couleur se fait discrète, sourde, juste ce qu'il faut pour souligner l'étrangeté d'un visage, l'incongruité d'un costume. Il faut vraiment prendre le temps d'explorer chaque page, d'y dénicher un détail saugrenu, un regard singulier, un clin d'oeil inattendu. Et puis écouter les mots de Bertrand Santini, l'auteur du Yark, qui nous embarquent loin, loin dans une histoire étonnante, tendrement déjantée, doucement loufdingue, où la mort, la vie se mêlent pour finir par se confondre, tout naturellement.

 

La compagnie des vivants m'attriste et m'accable...

Et pour célébrer Noël,

Je souhaite cette année,

Accueillir des Morts à ma table.

 

Mais les Morts étant morts,

Balbutia le valet,

Ils sont tout à fait injoignables !

 

On peut être mort

Sans avoir disparu !

Répliqua l'enfant

D'une voix douce et morose.

 

Je ne vous dévoilerai pas la fin de l'histoire. Je me la garde. Et je vais la relire, histoire de pouvoir, une fois de plus, refermer ce livre en souriant, attendrie par ce dénouement qui ne dit rien de la Mort,

                     Ni de la vie...

                     Mais quelle importance ?

 

L'étrange réveillon

Bertrand Santini & Lionel Richerand

Grasset Jeunesse

octobre 2012

Commenter cet article

mel 11/11/2012 18:55


Oh ! je me réveille moi... J'avais pas vu ton article ! Je viens de poster le mien ^^
Bisettes miss.

Za 12/11/2012 21:28



Et nous revoilà enthousiasmées par un texte de Bertrand Santini !


Bisouille, Dame Mel et à très très bientôt


 



Noukette 08/11/2012 00:48


Je note avec empressement ! Merci !

Za 11/11/2012 12:41



J'attends tes impressions !



Violette 05/11/2012 17:32


quel beau billet! comment résister????

Za 06/11/2012 10:19



Inutile.


Ne résiste pas.



Margotte 05/11/2012 12:05


Cet album me donne envie de courir voir le dernier Tim Burton !

Za 06/11/2012 10:18



Pas encore vu non plus !


J'avais vu le court-métrage à l'origine du film à l'expo de la Cinémathèque, j'ai un peu peur que ça ne tienne pas sur la longueur...


Tu me diras !



Gaëlle 04/11/2012 23:09


♥♥♥

Za 06/11/2012 10:17



Je viens de voir ton billet, eh oui, ♥♥♥ !


http://tourner1page.fr/?p=9036


Bonne reprise, keep calm & enjoy !



Zouz 04/11/2012 21:44


Amour éternel pour le Yark, et donc envie incontrôlable de me jeter sur ce nouvel opus santinien !!!

Za 06/11/2012 10:10



satanien ?


Ah non, santinien !


J'avais mal lu...



lidy 04/11/2012 01:51


Il a l'air bien en effet, la couverture m'a fait pensé à un Benjamin Lacombe dont je ne me rappelle plus le titre, un univers noir mais drôle à la fois. je le mets dans la liste "pour mon fils"!

Za 04/11/2012 16:12



Bienvenue dans le Cabas !


Cet album n'a qu'un (très) lointain rapport avec le travail de Benjamin Lacombe. Il est nettement moins "esthétisant", et il est surtout franchement plus joyeux !