la patronne

Publié le par Za

 

 

Depuis que je partage ici mes emballements livreux et bidouillesques, depuis que j'ai ouvert mon petit comptoir à noircir des lignes, je me dis qu'il faut qu'elle en soit, comme elle est de ma vie. Celle que j'impose tyranniquement à mon entourage proche ou lointain, pourvu qu'il soit équipé d'oreilles et de cerveau en état de fonctionnement...

 

Alors apprêtez-vous à passer du temps ici parce qu'il y aura plus à écouter qu'à lire.

Mais s'il vous plaît, écoutez-la...

Euh, non ! Écoutez-la !!

 

 

La seule, la divine...

 

juliette.jpg

 

Juliette Noureddine, dite Juliette, dite la patronne !

 

Juliette est une foule.

Une foule peuplée d'assassins, d'amoureuses,

d'exilés,

de monstres, d'anges,

de héros, d'héroïnes,

de magiciens et de sorcières,

de petites filles inquiétantes,

de festins épouvantables,

de dame à monocles,

de romanichels,

de dieux ivres, de diablesses,

d'armées de pacotille,

de lapins et de tigres,

de vieilles dames indignes,

de freaks et de beautés irrésistibles,

de couples grinçants et cocasses,

 

de rires énormes, de larmes contenues,

de tangos approximatifs, d'idoles gominées,

d'amantes incertaines, de morts presque vivants...

 

 

 

 

Juliette est une voix, juste, tonitruante, caressante, roulant ses mondes sans détour, précisément. Plantée sur scène, assise devant un verre de vin, debout à capella, invoquant l'esprit des loups, seule au piano, chaleur débordante, enveloppante.

 

 

 

 

Juliette est un artisan du verbe, de ceux qui ne craignent pas de s'éclabousser à écrire, sans gant ni imperméable, qui cherchent le mot juste, fût-il rare. Dans cette race, elle est rejointe par un artiste sensible et multiforme avec lequel elle collabore depuis quelques année: Monsieur François Morel. Et cela donne:

 

 

 

 

Comme une inépuisable bibliothèque, le monde de Juliette se déploie à l'envi, cinématographique, épique et minutieux, et l'on y pioche parfois d'inquiétantes nouvelles:

 

 

 

 

Juliette se lit aussi, quelques nouvelles par ici  un livre par là...

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/511999QC41L._SS500_.jpg

 

Voilà. Juliette est tout simplement indispensable, comme les roses rouges, le chocolat noir, les fous rires et les larmes.

Publié dans chansongs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

l'or des chambres 21/12/2010 19:51


Je viens de passer quelques minutes à écouter quelques titres, y'a pas à dire elle est vraiment originale... Je me rappelle d'avoir entendu une chanson d'elle, ou elle parlait des personnages de
ses lectures, tu as une idée de son titre ?


Za 22/12/2010 19:57



Mais évidemment, à qui crois-tu t'adresser ? Non mais... C'est sur son dernier album "Bijoux et Babioles" et la chanson s'intitule "A voix basse".


A ton service, ma chère !



geneviève 14/08/2010 11:15


et bien ! je ne connaissais pas Juliette et effectivement, elle a un style bien à elle qui a le mérite d'interpeller. Je ne l'écouterai pas non plus à longueur de temps mais j'aime les artistes à
textes. Merci pour cette découverte


Za 14/08/2010 11:18



Heureuse que ça te plaise presque !



christine 08/06/2010 21:58


Comme heureusement on a quand même des goûts différents sur certaines choses, je vais avouer que Juliette, un peu j'aime bien, mais qu'au bout de trois chansons j'en ai ma claque...
Et non, ce n'est pas la peine de me désabonner d'office de ton blog !


Za 09/06/2010 13:04



Non, non... Ceci étant dit, et comme je suis têtue, tu devrais peut-être l'essayer en concert, la Juliette, elle y est bien meilleure qu'au disque !