le voyage de Lulu

Publié le par Za

Laissez passer !

Mais poussez-vous !

Faites place !

Voici un album vivant !

Oui, vivant !

Peut-être ce temps derniers ai-je eu ma dose de lectures dépressives, grises à pleurer. Je suis donc entrée dans la chambre de Petitou en catimini et j'y ai volé ceci :

 

lulu_.jpg

 

Un bel album, un qui explose de couleurs et de formes, un généreux, pas regardant à la dépense d'énergie, un qui vous fera sursauter au détour de chaque page, surpris que vous serez par le souffle et la joie qui se dégagent des illustrations. Merci monsieur Pillot ! Lulu a grandi et ce n'est que justice. Cet album-ci a gagné quelques centimètres sur les précédents. Mais j'aimerais que les albums de Frédéric Pillot soient encore plus grand !

 

L'histoire voit une fois encore notre adorable Lulu aux prises avec l'affreux lièvre Rien-ne-sert et ses oreilles bleues. La vilaine bestiole veut quitter le pré qu'il juge pollué, moche, sale, bref, c'était mieux avant. Pour ce faire, il a fabriqué un genre de fusée de bric et de broc... Je n'épiloguerai pas sur le texte de Daniel Picouly, dont la rime obligatoire contraste avec l'allégresse du dessin, dont les clins d'oeil appuyés au lecteur finiraient par empâter l'histoire. Trop de connivence finit par nous tenir à l'écart des mots. Mais peu importe, car tourner la page est déjà une aventure, avec le risque de se manger un vol de couleur en pleine figure.

 

Notre épatante tortue évolue dans un pré grouillant de monde. Et c'est là que le talent du sieur Pillot vous saute aux mirettes. Allez, laissez-vous faire...

 

 

lire-relire-3-6663.JPG

 

Celle-ci, je vous l'ai choisie pour ce coin-là en particulier :

 

lire-relire-3-6666.JPG

 

C'est pas vivant, ça ? Osez me dire le contraire ! Ce fouillis organisé, l'escargot qui ne va pas manquer de se casser la gueule dès qu'on aura tourné la page, l'araignée au travail, les feuilles du chêne bruissantes de brise printanière !

Toujours pas convaincus ? Que dites-vous de ces deux pages-là ?

 

lire-relire-3-6668.JPG

 

Tout ce petit monde tourné vers la bizarre machine volante emportant les héros vers un ciel qui ne va pas manquer de se charger de nuages d'un bleu menaçant, je ne vous dis que ça...

Les ombelles précieuses,

le genre de fleur qu'habituellement on regarde à peine,

tant elle est commune...

 

lire-relire-3-6679.JPG

 

La fleur de trèfle,

celle-là même que j'extermine allégrement

avec ma bruyante tondeuse à gazon !

C'est malin, maintenant, j'ai honte...

Surtout si elle abrite ce genre de délicieuse chenille ! 

 

lire-relire-3-6680.JPG

 

Les délicats boutons d'or*,

les frêles marguerites !

J'ai aussi un vrai faible pour la coccinelle dodue,

assise au bord de son brin d'herbe, toute pensive...

 

lire-relire-3-6682.JPG

 

Le pré vu à hauteur d'insecte !

 

lire-relire-3-6683.JPG

 

 

Inspecter chaque recoin, admirer chaque détail y passer trois plombes... On ne s'y ennuie pas une seconde, car la redoutable vitalité du dessin est doublée d'un humour dévastateur. En voici pour preuve un autre thème qui m'est cher dans l'oeuvre de Frédéric Pillot, j'ai nommé : l'oiseau.

 

L'oiseau pillotien est une somme, une quintessence d'oiseau. Car s'il n'est pas aisé d'en distinguer l'espèce, cet oiseau représente un résumé de l'oiseau en général, du piaf de nos campagnes, celui qu'on ne désigne pas par le nom de son espèce, celui qu'on appelle juste l'oiseau - voire cette saleté d'oiseau s'il est quatre heures du matin.

Il est rond, d'une rondeur encore soulignée par son regard parfaitement ahuri. Il est bouffi de plumes, possiblement crétin, en un mot, parfaitement réjouissant. J'en ai chopé isolé quelques spécimens remarquables, régalez-vous ! Non, ce n'est pas pour manger ! Lâchez-moi ça tout de suite ! Mais ça va pas ? Ça se plume avant !

 

lire-relire-3-6685.JPG  lire-relire-3-6686.JPG  
 lire-relire-3-6689.JPG  lire-relire-3-6690.JPG  
 lire-relire-3-6692.JPG  lire-relire-3-6693.JPG  
lire-relire-3-6697.JPG lire-relire-3-6688.JPG  
lire-relire-3-6691.JPG

lire-relire-3-6694.JPGVous remarquerez sur cette dernière

image, qu'en plus, ils chantent faux !

 

Voilà, voilà...

J'espère que mon petit exposé vous aura convaincus de vous jeter sur les albums de Frédéric Pillot, la série des Lulu, les Raoul Taffin et les autres !

 

Le voyage de Lulu

Daniel Picouly & Frédéric Pillot

Magnard Jeunesse, 2011

 

*Au passage, je dédie cet article à ceux/celles pour qui Bouton d'Or

n'est pas qu'un nom de fleur...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Carotte 17/05/2012 18:54


Hier, rempla en CP. La maitresse titulaire m'avait préparé toute la journée (assez rare pour être noté)... et pour commencer la journée : un extrait de Lulu présidente en lecture ;) 


Pas mal non ? Il faudrait que je m'y mette, je ne connaissais pas du tout ! 

Za 17/05/2012 20:33



J'adore cet album ! Sur le site de Magnard, tu peux même télécharger les bulletins de vote, les tracts, les cartes d'électeurs !


Lulu présidente !


Ah non, c'est vrai, on a un nouveau président !



l'or des chambres 16/05/2012 14:18


Quels délices ces illustrations... Et en plus si c'est Picouly qui s'y colle le résultat doit être plus que bien... Tu trouves toujours des merveilles  !! Bonne journée

Za 16/05/2012 22:45



Alors, comment dire...


Ce n'est pas dans ces albums que Picouly est le meilleur. Je ne suis pas convaincue par ses textes pour Lulu. Ceci dit, la rencontre au sommet Picouly/Petitou et son album de Lulu à un salon du
livre reste un grand souvenir !


Attention cependant ! Lulu existe en dessins animés (Lulu Vroumette) et on en a tiré d'atroces petits albums très vilains qui n'ont rien a voir avec celui-ci et les autres de la série ! Achtung !



Zouz 15/05/2012 22:10


Mouarf mouarf... love it

Za 16/05/2012 22:41



Le travail de Pillot est magnifique, qu'on se le dise !



severine 15/05/2012 21:49


Oh oui; beaucoup de coccis; j'en ai même trouvé dans mon appart figure-toi; je me demande bien d'où elles viennent celles là !!!! Beaucoup de gendarmes aussi, enfin là où je suis passée du moins.

Za 16/05/2012 22:25



J'avais aussi un scarabée splendide qui roupillait dans le lierre...Tu sais un vert, délicat comme une pierre précieuse, brillant comme un éclat de verre...



severine 15/05/2012 10:51


C'est vrai que c'est drôle que ce soit les mêmes fleurs  :)   En fait je crois que ce sont les fameux mélanges de graines qui visent à fertiliser la terre, tu sais je t'avais
envoyé un lien vers l'article de Paris jardin; il existe plusieurs mélanges : ou pour fertiliser, ou pour attirer papillons et oiseaux, et choses du genre; ça donne une impression prairie
naturelle, c'est génial !!! L'an dernier il n'y avait pas ça à Bagatelle; du coup ils ne tondent pas et ça relance la vie de la biodiversité  :)))))))

Za 15/05/2012 21:30



As-tu remarqué l'abondace de coccinelles cette année ou c'est juste dans mon jardin ? Moins de gendarmes en revanche...


 



Zouz 14/05/2012 22:28


Oh mon dieu ces oiseaux ! C'est définitivement comme ça que je les aime ! haha

Za 14/05/2012 23:08



En les regardant plus attentivement, ils sont à mi chemin entre l'oiseau et le poisson... Tu sais, ces poissons qui deviennent tout ronds :









severine 14/05/2012 22:05


Roooo, c'est les mêmes pelouses qu'à Bagatelle : parsemées de trèfle, boutons d'or, paquerettes, véroniques des chênes et herbes folles et aériennes du genre; j'adooooooooooore !!! Le personnage
est trop craquant aussi; c'est si bon la couleur et els fleurs !!!  :))))))))))))))))))

Za 14/05/2012 22:53



Tous les Lulu devraient te plaire alors ! Feuillette-les dès que possible !


Et en effet, ce sont les mêmes fleurs que celles de ton carnet, c'est drôle, non ?



Violette 14/05/2012 10:19


quel festival de couleurs! la saison s'y prête à merveille! merci et belle journée à toi!

Za 14/05/2012 21:17



Et la grandeur de l'album qui rend justice à ce magnifique travail !


Profitons de ce morceau de printemps !



turin 13/05/2012 14:40


Que voilà un bel article pour un des très grands de l'illustration française contemporaine. Un dessin vivant, des pages virevoltantes, palpitantes, exubérantes, parfois charmantes... Que de fois
j'ai envié et j'envie encore et toujours cette profusion et surtout cette force de travail, ce talent et cette vision du monde. Chapeau l'artiste. Et ses fleurs, ses champs de fleurs...
Magnifiques! 

Za 14/05/2012 21:16



Allez, pour ajouter de l'eau à ton moulin, une image de Lulu et le loup bleu. Que dis-tu de ces aigrettes de pissenlit ?





Incroyables, non ?


Ca donne envie de souffler dessus...


Aaaa... Aaaatchouuuuum !