les loups

Publié le par Za

 

Vous trouverez des gens pour dire que les loups ont autrefois vécu libres. De nos jours, on trouve beaucoup plus de loups dans les livres qu'au fond des forêts. Le loup de livre était jadis une créature affamée, effrayante, la babine avide, ne dédaignant ni la chèvre, ni l'agneau, et encore moins l'enfant égaré. Aujourd'hui, le loup de livre a considérablement réduit sa consommation de viande, il s'est parfois carrément mis aux légumes, au risque de ne plus faire peur à personne. Ce qui, à mon avis, est fort regrettable.

Alors, accrochez-vous, voici aujourd'hui du loup à l'ancienne ! 

 

les-loups.jpg

 

Si je pouvais, je viendrais ce soir, chez vous, m'asseoir sur le bord de votre lit pour vous lire cet album avant que vous ne vous endormiez. Et je tournerais les pages lentement, alors que dans vos yeux, je verrai grandir l'angoisse à chaque minute. Ne me remerciez pas.

Que voulez-vous, un loup est un loup. Et je n'y peux rien.

 

Le dispositif des Loups est délectable. Le lapin de la couverture, enfin, de la première couverture, sort de la bibliothèque où il vient d'emprunter un livre sur les loups. Le livre que vous tenez vous aussi entre les mains. Car il vous suffit d'ôter la jaquette pour découvrir la seconde couverture, au tire sobre et évocateur, toilée d'un beau rouge sombre,.

 

lire-relire-3 7099

 

Notre lapin, tout à sa lecture, ne voit pas ce qui se trame autour de lui...

 

lire-relire-3 7092

 

Ce que nous avons sous les yeux, c'est le livre du lapin dont le bord s'inscrit sur nos propres pages. Et il s'en passe des choses, sur l'image, pendant que le texte se déroule, platement documentaire. Enfin pas si plat que ça. Parce que l'air ne rien, il conduit le lapin vers son destin... de lapin. Les loups magnifiquement crayonnés d'Emily Gravett s'animent jusqu'à sortir des pages, envahir l'espace, et nous mener vers la brutale conclusion.

 

lire-relire-3 7093

 

lire-relire-3 7094

 

lire-relire-3 7096

 

Une conclusion qui ne nie pas l'atroce réalité en la suggérant de la manière la plus crue qui soit. Et il ne nous reste plus qu'à faire le constat de l'atroce naïveté du lapin.

 

lire-relire-3 7097

 

Eh oui, le lapin est comestible et le loup est carnivore...

Mais l'album n'est pas fini. Dans une dernière pirouette, Emily Gravett semble se dédouaner de cette cruauté avec un dénouement de secours à base de loup végétarien et de tartine de confiture. Mais cette fin-là, loin de capituler, nous redis que non, un lapin et un loup ne seront jamais amis sans arrière-pensée, sans que le lapin ne risque sa vie à chaque coin de page. Ne trouve-ton pas, juste avant de refermer l'album une relance de la bibliothèque, réclamant son livre à corps et cris à un lapin dont il semblerait qu'on n'ait plus de nouvelles...

 

Les loups est un album garanti 0% eau de rose, à mille lieues du prêt à penser, et qui devrait provoquer un vrai débat sur le dénouement. Avec arguments, s'il vous plaît.

 

Les loups

Emily Gravett

trad. Elisabeth Duval

Kaléidoscope

2005


Post-scriptum : il semblerait, si j'en croit cette vidéo, qu'Emily Gravett soit gauchère...

 

Commenter cet article

l'or des chambres 01/07/2012 20:56


Et t'as vu ça, les gauchers ils arrachent  !!

Za 02/07/2012 22:23



à fond !



l'or des chambres 01/07/2012 20:55


Le genre qui plaira peut-être plus aux parents qu'aux enfants il me semble... Un peu cruel pour des petits bouts non ? Mais moi j'aime , les dessins sont magnifiques !!

Za 02/07/2012 22:23



Faut pas croire, les enfants sont des monstres sanguinaires, aussi.


Et puis moi, une dessinatrice qui fait aussi dans les dragons et aussi bien, je prends !



Margotte 29/06/2012 08:51


Cet album est pour moi !!!!!!!!! Je crois même que je vais passer à la librairie cet après-midi...

Za 29/06/2012 23:18



Quel enthousiasme ! Tu me diras ce que tu en penses quand tu l'auras acheté...


Sinon, dans le genre lapin, tu as :





 


et dans le genre loup, tu as :





dont la 4ème de couverture est...






jeneen 28/06/2012 22:56


barbares ! ah la la, quelle éducation ! et le yark ne l'a pas pris ? pfff...même les traditions se perdent ...

Za 29/06/2012 23:01



Question bouffe, il est du genre très... désinhibé...


Sinon, je tiens à signaler que le Yark, lui aussi, a été dessiné de la main gauche ! Non mais !



jeneen 28/06/2012 10:05


bien vu la gauchère !!!


génial le concept mais le doudou de la Puce est un lapin....! je n'ose imaginer la confrontation avec ce livre !!!!


biz dame za (je note li livre pour l'offrir à des enfants pas sages ayant échappé au Yark !)

Za 28/06/2012 22:48



Si tu veux savoir ce que mon fils en fait, du lapin...


http://le-cabas-de-za.over-blog.com/article-36333823.html


Bisous, la Bretonne !



Syl. 28/06/2012 09:05


"Les loups, ououh! ououououh!
Les loups étaient loin de Paris
En Croatie, en Germanie
Les loups étaient loin de Paris..."
J'aime cette chanson de Reggiani.
Quand j'étais petite j'avais peur des histoires avec les loups.

Za 28/06/2012 22:52



Cette chanson est liée pour moi à l'interprétation qu'en fait Juliette sur scène, a capella. Un moment inoubliable !


Pour moi, mon loup d'enfance, c'est La chèvre de Monsieur Seguin, lue par Fernandel sur un disque 33trs. La fin, j'en ai encore des frissons...


"L'une après l'autre, les étoiles s'éteignirent. Blanquette redoubla de coups de cornes, le loup de coups de dents... Le chant du coq monta d'une métairie.


- Enfin! dit la pauvre bête, qui n'attendait plus que le jour pour mourir; et elle s'allongea par terre dans sa belle fourrure blanche toute tachée de sang.


Alors le loup se jeta sur la petite chèvre et la mangea."



Et mon grand-père qui me racontait le Petit chaperon rouge, comme ça, sans livre, à mi-voix...



Sophie 27/06/2012 20:57


J'adore cette auteure. Je ne me lasse pas de ses livres et en particulier de ses lapins. Et celui-ci est un de mes favoris.

Za 28/06/2012 22:53



Ses lapins sont en effet épatants !


Mais ses dragons ne sont pas mal non plus !



Marie-France 27/06/2012 20:47


moi au contraire je le dévorerai bien celui-là! j'en ai marre des loups végétariens et gentils et peureux et timides et...très chouette le lien^^ quel talent!!

Za 28/06/2012 22:59



Ah ! Tu en veux du loup, du vrai, du Gustave Doré ?






Loo 27/06/2012 19:15


J'ai toujours contesté le rôle du loup dans les histoires. Je suis allée même jusqu'à refuser de raconter le chaperon rouge à mes enfants et les trois petits cochons (qu'ils ont de toutes façons
découverts, aimé, adoré et lu en boucle ). Comparé à l'ours le loup est vraiment mal vu et pourtant. Et quand je vois
toutes ces peluches de nounours


Non ! je ne lirai pas ce livre ! mais je reconnais que la mise en scène est bien vue.

Za 28/06/2012 22:57



L'ours est en effet tout aussi sauvage et dangereux que le loup. Mais la fascination pour le loup, qui joue avec la peur, l'attirance pour l'animal... Sans parler de la moralite impayable de du
Petit Chaperon rouge de Perrault qui, va savoir pourquoi , disparait toujours des versions pour enfants...


On voit ici que de jeunes enfants,
Surtout de jeunes filles
Belles, bien faites, et gentilles,
Font très mal d’écouter toute sorte de gens,
Et que ce n’est pas chose étrange,
S’il en est tant que le Loup mange.
Je dis le Loup, car tous les Loups
Ne sont pas de la même sorte ;
Il en est d’une humeur accorte,
Sans bruit, sans fiel et sans courroux,
Qui privés, complaisants et doux,
Suivent les jeunes Demoiselles
Jusque dans les maisons, jusque dans les ruelles ;
Mais hélas ! qui ne sait que ces Loups doucereux,
De tous les Loups sont les plus dangereux.


 


Et puis mon fiston a une chouette peluche de loup !