pourquoi j'ai aimé lire la Princesse de Clèves...

Publié le par Za

C'est l'histoire d'un livre qu'on traîne sur ses étagères depuis si longtemps... Je ne sais même pas d'où il vient, peut-être est-il hérité de la bibliothèque du 4 place Cassaignol, Narbonne, Aude.

Il est relié de cuir gris-bleu. Il a voyagé d'une maison à l'autre, d'un carton à l'autre. Il est de ces livres qu'on croit connaître tant il est classique, dont on a dû lire des extraits dans son Lagarde & Michard, mais sans aller jusqu'à l'ouvrir.

Et puis un beau matin, à la radio, j'entends qu'on suggère qu'il est ridicule de le lire à l'école... Et voilà la (mauvaise) raison qui me pousse à le chercher. Je le pose sur ma table de nuit, au sommet de la pile vertigineuse des livres à lire... où je l'oublie. Mais il figure pourtant en bonne place parmi ce que j'appelle "mes romans de la quarantaine". C'est mon syndrôme quarantenaire à moi. Je rattrappe mes lectures en retard: Proust, Dickens, Stevenson, Dumas, Melville...

Et puis, un jour, l'envie de prolonger une visite au Louvre et je me lance. A nous deux Princesse !  Ceci dit, j'aurais dû m'entrainer à l'apnée avant... C'est touffu, touffu, tarabiscoté...

Portrait-d-une-jeune-fille-de-la-maison-d-Este-vers-1433.jpg" Il y a des personnes à qui on n'ose donner d'autres marques de la passion qu'on a pour elles que par les choses qui ne les regardent point; et, n'osant leur faire paraitre qu'on les aime, on voudrait du moins qu'elles vissent que l'on ne veut ête aimé de personne.[...] Et ce qui marque mieux un véritable attachement, c'est de devenir entièrement opposé à ce que l'on était, et de n'avoir plus d'ambition, ni de plaisir, après avoir été toute sa vie occupé de l'un et de l'autre."

Mais il y a là ce que j'aime ( à petite dose, j'entends ): l'imparfait du subjonctif  et le point virgule...

Rien n'est dit, tout est corseté, les sentiments emmurés. On s'épie. Quelques regards déclenchent des cataclysmes. On se meurt de tristesse et d'amour.

" Je perds par mon imprudence le bonheur et la gloire d'être aimé de la plus aimable et de la plus estimable personne du monde; mais si j'avais perdu ce bonheur sans qu'elle en eût souffert et sans lui avoir donné une douleur mortelle, ce me serait une consolation; et je sens plus dans ce moment le mal que je lui ai fait que celui que je me suis fait auprès d'elle."

Et cette manière d'utiliser sans cesse la négation: "sa passion n'était point diminuée", "il ne lui était pas indifférent", "M. de Nemours n'était pas effacé de son coeur"...

Et quand je dis tarabiscoté: "La jalousie n'avait point de part à ce trouble: jamais mari n'a été si loin d'en prendre et jamais femme n'a été si loin d'en donner"...

Finalement, je ne sais pas tout à fait expliquer pourquoi cette lecture m'a emportée et ravie. Mais j'ai refermé à regrets le petit livre gris-bleu.

Le suivant, en haut de la pile ?
Les trois mousquetaires !!








Commenter cet article

Carotte 27/02/2010 18:34


Je dois avouer que je l'ai - enfin - lu au printemps dernier, pour à peu près les mêmes (mauvaises ? pas si sure) raisons que toi... Et pareil, j'ai en fait adoré ! Mon côté midinette qui ne
s'assume pas y est peut-être pour quelque chose en fait, n'empêche que c'est beau ! :-)


Za 27/02/2010 19:49


Welcome back Carotte !!!


The King Of The Thousands 15/02/2010 23:49


Finalement, je me demande si je ne préfère pas quand tu tricotes !

:-D :-D :-D


Za 19/02/2010 20:11


pfff ...


christine 15/02/2010 09:24


Alors moi, je l'ai lu quand j'étais ado (j'ai des excuses, je n'avais que ça à faire) et j'ai tout de suite adoré ce livre, mon côté romantique peut être, ou l'espèce de vibration passionnée qui
parcoure l'histoire.
Je l'ai relu plus tard avec le même plaisir en me demandant pourquoi on lisait du Harlequin alors qu'on avait la Princesse de Clèves...

Quant aux 3 Mousquetaires, quelle chance tu as de pouvoir encore le découvrir ! C'est quend même la quintessence du roman d'aventure et rien n'y manque : frissons, suspense, amours, humour...


Za 15/02/2010 19:09


Entre temps, j'ai dévoré Bartleby, qui sera le sujet d'un prochain billet...