les ignorants

Publié le par Za

Qu'est-ce qui fait qu'on ouvre une bande dessinée de 272 pages et qu'on la lit d'une traite, sans imaginer la lâcher une seconde, même lorsqu'il devient tout à fait déraisonnable de rester éveillée à cette heure sombre...

 

les ignorants

Voilà une des meilleurs choses que j'ai lue depuis longtemps, un livre débordant d'humanité, de générosité. Un auteur de BD, Étienne Davodeau, un vigneron, Richard Leroy. Il taille la vigne, laboure, soigne, scrute la plante, le ciel. Il dessine, court les salons, scrute le papier, la couleur. Ils vont échanger leurs expériences, s'accompagner mutuellement, découvrir ce qui anime l'autre, en accepter les bizarreries. Sans arrière pensée, sans a priori. Boire des coups, échanger sur des livres lus, voyager ensemble, c'est exactement l'idée que je me fais de l'amitié, j'ai tort ?

Cette initiation croisée qu'annonce le sous-titre est bien l'originalité de l'aventure. Chaque maître dans son domaine a tout à apprendre de l'autre, sans qu'il y ait la moindre hiérarchie. On trouve de l'art dans le vin, du travail quotidien et parfois ingrat dans la bande dessinée.

Je n'aurai aucun bémol à coller sur cette BD. Et je n'en admettrai aucun, tenez-vous le pour dit ! Le dessin de Davodeau, au plus près des gens, est un modèle du genre : bienveillant et discret. Pas d'esbroufe, de l'humour, on est là pour raconter une histoire, un bout de chemin. Et moi qui sourit en coin lorsqu'on évoque les principes de la biodynamie, eh bien là, je fais comme Davodeau, je m'écrase et je respecte.

Le grand charme de cette BD, ce sont les deux héros en candides, étonnés, parfois rétifs mais toujours prêts à y aller. Et les seconds rôles aussi. Comme j'ai aimé la visite chez Gibrat, et la rencontre avec les vrais personnages du Photographe de Guibert, Lemercier et Lefèvre (Aire Libre chez Dupuis) ! Car Robert Saleon-Terras et Régis Lansade sont devenus vignerons à leur retour en France !

Il y a aussi la rencontre drolatique en forme d'incompréhension entre Richard Leroy et l'œuvre de Moebius. Et ses changements capillaires en lien avec les saisons. Et son intransigeance dès qu'il est question de dégustation. Et ses questions toujours pertinentes et qui pourraient être les nôtres. Parce que, ignorante du monde du vin et des coulisses de la BD, je suis sortie de cette lecture rassasiée, enthousiaste, attachée définitivement à ses personnes comme si je les avaient vraiment rencontrées.

Mais c'est ça. Je les ai vraiment rencontrées.

 

Étienne Davodeau

Les Ignorants

Récit d'une initiation croisée

Futuropolis, 2011

Commenter cet article

LetterBee 15/06/2013 14:52

Elle est dans ma liste d'envie cette BD, j'adorerais la découvrir. J'ai complètement craqué pour la couv. Tu confirmes mon envie. :)

Za 29/06/2013 20:27

J'attends ton avis avec impatience !

L'or des chambres 13/06/2013 20:58

Allez, c'est sûr, cet été je le sors de ma PAL !! Mais je me demande si je n'ai pas un peu peur d'être déçue tellement j'attends de cette lecture BD

Za 29/06/2013 20:26

Déçue ? Impossible !

Margotte 09/06/2013 20:56

Oh oui, elle est très commentée cette bd et dès que je vais acheter une BD, on me recommande celle-ci !

Za 11/06/2013 21:07

L'humanité qui s'en dégage est irrésistible !

Gaëlle 02/06/2013 07:41

cette BD est juste sublime...

Za 09/06/2013 17:02

Davodeau est un génie !

Syl. 01/06/2013 21:24

Non, je ne connais pas et je le note... Je verrai à la BM dès qu'elle ne sera plus en travaux.

Za 09/06/2013 17:02

Du même auteur, emprunte aussi les deux tomes de "Lulu femme nue". Je viens de les terminer, c'est magnifique ! Un portrait de femme terriblement humain, une splendeur !

Syl. 31/05/2013 19:42

Comme ce billet me plaît ! et je souris aussi ! C'est une BD qui fait du bien. Elle n'est pas colorée et pourtant, on les voit toutes ces couleurs !!!
Bravo...

Za 01/06/2013 11:51

Je rattrape mon retard de BD avec quelques merveilles de ces dernières années, dont cet alboume !
Et ceci dit, connais-tu "Château l'attente " ? (Delcourt) je viens de lire le second tome et pareil, je ne l'ai pas lâché !

anne d'Ardèche 29/05/2013 22:59

Moi, je n'ai pas pu le finir...
parce que ma fille avait quelques semaines et que j'étais un peu fracassée de fatigue,
parce que je ne suis restée que deux soirs là où était cette BD
et depuis je n'attends qu'une chose, retourner là-bas pour la finir !
je suis d'accord, c'est une BD géniale.
Lisez-là sans hésiter et sans retard.
Et puis lire de façon "déraisonnable", d'une traite, à des heures avancées de la nuit, c'est trop bon, non ?!
c'est marrant que tu en parles parce qu'il y a quelques jours, je me suis demandée si l'auteur en avait écrit/dessiné d'autres mais je ne me souvenais plus de son nom. Merci za !

Za 30/05/2013 22:05

Et te voilà partie, mon Annch, sur les traces d’Étienne Davodeau !
Moi aussi j'adore ces heures de la nuit plus propices à la lecture qu'au sommeil, même si les lendemains matins sont un peu rudes, surtout en ce début de fin d'année ;)
plein de bises, madame d'Ardèche !