Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

259 articles avec albums

Véro en mai

Publié le par Za

 

véro en mai

Véro a neuf ans et le printemps se pointe. Le printemps de 1968. Les robes raccourcissent, le grand frère lycéen manifeste, les repas de famille deviennent houleux (double page d’anthologie), l’inquiétude et l’espoir de mêlent.

 

Et puis il y a :

 

Zorro

Pilote

Brassens

Dutronc

le Vietnam

les hippies

les Shadoks

les Beatles

Sébastien (Mehdi)

la Piste aux étoiles

le Club des cinq

Pierrot le fou

et les grèves

les petits qui jouent aux grands

les slogans : « Laissons la peur du rouge aux bêtes à cornes ! »

les maîtresses d’école soudainement sans blouse et en pantalon

la pub à la télé

les élections de 69

Armstrong sur la lune…

 

 

Tout ça et d’autres choses encore, en 45 pages, le dessin précis, fouillé et tendre d’Yvan Pommaux (Angelo du Lac, John Chatterton détective, l'Île du Monstril...) & un texte de Pascale Bouchié à hauteur d'enfant, mais pas naïf (l’École des Loisirs).

 

 

Partager cet article

Repost 0

Mais qui est le Professeur Tatsu Nagata ?

Publié le par Za

 

Un éminent scientifique japonais, vulgarisateur de génie ?

Un original, amoureux des animaux, partageant sa passion avec fougue et humour ?

Un aventurier prêt à tout pour étudier la faune au plus près ?

Un savant débordant de bienveillance envers son jeune public ?

Une simple et talentueuse imposture ? (J’ose à peine envisager cette hypothèse…)

 

Petitou, le charmant enfant, toujours à l’affût d’un nouveau livre à se faire offrir (une vraie ruine), a rapporté celui-ci d’une expo sur le Japon, où il s’était rendu avec Papa San.

 

http://3.bp.blogspot.com/_xr9lPZDVTwM/S6dJWFqBhlI/AAAAAAAABBA/pxDqaqr3Lo8/s400/D.jpg

 

J’avoue avoir ensuite regretté qu’il n’ait pas plutôt choisi celui-là:

 

http://2.bp.blogspot.com/_xr9lPZDVTwM/S6dJVhJ6ZnI/AAAAAAAABA4/TJ-pDMMQ928/s400/b.jpg

 

 

Son argument fut imparable : « Marraine n’habite pas au Pôle Nord ! » Dont acte. Miss Kenya appréciera.

 

Nous nous sommes donc illico rendus sur le site du Professeur Nagata, voir un peu sa bobine en vrai. Mais rien. Pas une photo, pas une ombre. Nous avons immédiatement supposé qu’il devait être d’une grande modestie et/ou timidité, plus à l’aise au milieu des grosses bêtes que devant l’objectif du photographe… Un début de biographie nous éclaire un peu sur ce spécialiste de la mutation des batracien, heureux habitant de l'île de Yaku (Yakushima), qui inspira Miyazaki pour sa Princesse Mononoke. Mais que de mystère, qui ferait douter le moins soupçonneux d'entre nous...

 

Quoi qu’il en soit, rendons hommage à son ami Thierry Dedieu, qui sait si bien traduire en images l’inestimable travail de l’honorable Professeur Nagata ! Et découvrons son travail, si ce n'est déjà fait  ! Le petit dernier:

 

http://3.bp.blogspot.com/_xr9lPZDVTwM/S7xac4ytw2I/AAAAAAAABCA/9AynLRYL6mU/s1600/roi.jpg

 

 

Partager cet article

Repost 0

magasin zinzin, 1995

Publié le par Za

Voici un livre que j'aime infiniment et que je considère comme un classique. Je viens de le croiser simultanément au détour d'un manuel scolaire et au coin d'une étagère de ma bibliothèque.  Celui-là n'est jamais couvert de poussière car feuilleté régulièrement, relu, consulté, caressé, reniflé.

 

À ce propos, je ne sais pas vous, mais je garde le souvenir des odeurs des livres autant que des textes. Réouvrant un livre d'enfance, d'adolescence, je retrouve toujours son parfum, intact: Un bon petit diable, cette version abrégée d'Oliver Twist, mes Fantômette, les volumes blancs des Contes et légendes, l'édition de poche de Spartacus... Ces parfums de papier et d'encre mélangés me renvoient illico au quatrième étage du 4 place Cassaignol, Narbonne, sur une terrasse surplombant une volée de tuiles, à l'ombre de draps fraîchement étendus, refuge idéal pour passer l'été à lire...

 

Où en étais-je... oui, ce magasin étrange, ce magasin zinizin, sous-titré Aux merveilles d'Alys, visez un peu l'allusion...

Ce beau texte/prétexte est une liste d'objets merveilleux proposés par le colporteur Frédéric Tic Tic à Alys, "marchande d'un magasin extraordinaire". Sur de belles pages d'un épais papier blanc cassé, c'est une liste de "merveilleuses merveilles" et autres "folies douces", une "collection de collections" féériques et oniriques. Cinquante-neuf pages incroyables de délicatesse et de poésie, où les mots croisent montages photos, gravures et dessins, tous signés Frédéric Clément.

 

Lorsque ce livre est sorti, j'avais succombé à sa couverture, au petit ange aux ailes de graines d'érable, aux queues de cerises nouées dans les coins.

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/511VCJCAREL._SS500_.jpg

 

En parcourir les lignes, c'est explorer une caverne d'Ali Baba aux infinies richesses: "un oeuf de chapeau volage", "un dé à découdre", "des ouragans goulus de goélands", "des graines de carosse", et surtout, "les inestimables fleurs de girafe"... Entre ces pages, on croise Nemo, Blanche-Neige, le petit Poucet, Alice, bien sûr, Merlin l'enchanteur, Polichinelle, la Joconde...

 

 

J'aimerais vous faire bénéficier

d'un autre trésor d'Afrique:

Les inestimables fleurs de girafes.

Voyez-vous,

Mademoiselle,

le dernier soir d'orage de la

saison des pluies, les girafes

se déploient, étirent leur long

cou vers les derniers nuages

et les savourent

comme des

barbe à papa.

C'est à ce moment que

les girafes fleurissent,

l'espace d'un éclair.

Imaginez quel spectacle enchanteur

que la course folle des girafes en fleurs.

Fermez les yeux, imaginez

un peu..."

 

 

Pour savoir à quoi ressemblent ces girafes, c'est page 49, allez-y, et vous me direz des nouvelles de ce beau voyage...

Le magasin zinzin de Frédéric Clément est toujours disponible aux éditions Ipomée-Albin Michel. Pour se faire une idée des multiples talents de cet auteur illustrateur, c'est ici.

 

 

 


 

Partager cet article

Repost 0

le nouveau cabas de Za

Publié le par Za

J'ai un nouveau cabas, il est trop beau !

cabas-salon-agr1005-copie-1.jpg

Vous remarquerez que la mascotte de cette année est une superbe Salers (qui répond au céleste nom d'Aïda, s'il vous plait) ! Eh oui, un samedi au Salon de l'Agriculture, pour la plus grande joie du petit et des grands. Des vaches, des vaches, des vaches.... Des limousines qui forcent le respect, un taureau Salers à qui on donne du "Messire" sans lui faire remarquer son haleine toute... agricole (?), de vilaines Holstein, des Aubrac de concours...

Des moutons, des moutons, des moutons... Des très moches, mais aussi des Suffolk magnifiques, des Hampshire avec leur cagoule, des Manech à tête noire... J'étale ma science récente, mais celui-là, outre une allure assez cocasse, genre gros tas de laine dont dépassent quatre maigres pattes noires & une paire de cornes phénoménales, fournit le lait utilisé pour l'Ossau-Iraty, ce qui n'est pas rien !
 
Et des chèvres, des cochons, des chevaux (des Boulonnais beaucoup moins spectaculaires que ceux du concours d'Arnèke, Nord), des ânes... et du saucisson basque !

Bref, j'ai tout de même trouvé le moyen de m'acheter un livre de cuisine. Le premier qui rit en lisant le titre est immédiatement désabonné de ce blog... Ce sont des recettes collectées et mises en forme par Sonia Ezgulian, pour les éditions Stéphane Bachès. Je vais devenir une pro du pounti !!



http://www.editionstephanebaches.com/IMG/arton175.jpg

Tout ça m'a rappelé un album que nous aimons beaucoup, un histoire de bestioles, mais en liberté, celles-là:

cornillon002.jpg

Cornillon est un bouquetin qui a le vertige. Sa vie est un enfer, jusqu'au jour où il rencontre Tricotin, un agneau aventureux qui, lui, ne rêve que de sommets. Les dessins de Lynne Chapman sont très drôles, et l'histoire se termine forcément très bien, entre cimes et vallées. Je ne résiste pas à vous montrer l'illustration de la quatrième de couverture dont, évidemment, j'ai adopté le personnage central:

cornilloncouv001(éditions Gautier-Languereau)

Publié dans albums

Partager cet article

Repost 0

(tri)cotte de mailles

Publié le par Za

Tout frais, tout chaud, à peine sorti et déjà chez Dame Za !!! Enfin, déjà à la tête du lit de Petitou... Qui a dit que cet enfant avait trop de livres ?
Allez, le dernier en date (d'hier): le "Chevalier Xavier" de Martine Bourre ( Éd. Pastel ).
 

Xavier est jardinier. Choux, poireaux, fèves et lentilles, c'est son rayon. La guerre éclate. Notre Xavier fait briller son armure... Un seul hic: son cheval ne veut pas y aller, à moins d'avoir, lui aussi, une côte de maille.

Et c'est là que j'ai commencé à me dire que cet album avait sa place chez moi. A la question du cheval qui demande à Xavier où il a bien pu acheter sa cotte de mailles, ce dernier répond tout simplement: "C'est Maman qui me l'a tricotée." Et voilà...

Le mouvement gagne les autres chevaux qui refusent de guerroyer sans une cotte de Dame Suzanne, jusqu'au  destrier du roi qui en désarçonne son auguste monture !  Leur revendication est simple: "Plus question de continuer la guerre dans ces conditions ! Nous voulons des cottes en plomb ! Avec des boulons ! Des caparaçons ! Avec des pompons !"  Dame Suzanne se met alors à l'ouvrage...

Les dessins sont beaux et drôles. Un bien joli moment, juste avant d'éteindre la lumière...  ( et de descendre regarder le match de Rugby, mais c'est une autre histoire...)

Bonne nuit, Petitou...

 

Publié dans albums, Martine Bourre, Pastel

Partager cet article

Repost 0

petit poilu

Publié le par Za

Pour les fans de BD, pour ceux qui ont dans les environs des petites personnes qui ne savent pas encore lire, pour ceux qui savent s'émerveiller de jolies histoires pas idiotes, réjouissez-vous: voici Petit Poilu !!! Dessins de Pierre Bailly, scénario de Céline Fraipont, tout deux belges, comme il se doit !

Petit-Poilu.jpg

C'est une bande-dessinées sans texte, très bien fichue, drôle, tendre, pas cul-cul pour deux sous. Tous les matins, Petit Poilu se lève, petite toilette, petit déjeuner, et hop, il se rend à l'école... où il n'arrive jamais car il lui arrive toujours d'extraordinaires aventures... Ce qui me touche particulièrement, c'est que lorsque la situation est critique, il tire de son sac une photo de lui avec sa maman, et hop, c'est reparti ! Voilà, voilà...

Nous, on vient de se régaler du petit dernier qui vient de sortir:


petit-poilu2.JPG

... et qui commence comme ça:

petit-POILU-planche.jpg

Pour lire la suite, il suffit de courir chez son libraire BD préféré (le nôtre se trouve à Dunkerque, hélas...) !
(Petit Poilu est publié chez Dupuis.)

Partager cet article

Repost 0

Devenir un ogre ! Quel projet admirable pour un enfant ambitieux !

Publié le par Za

Cette maxime est tirée de l'admirable ouvrage "les Ogres, encyclopédie thématique de l'ogritude" (Albin Michel).

Dans un préambule délicieux, l'auteure du texte, Sylvie Chausse, nous prévient : "L'aspect scientifique de cet ouvrage peut rebuter. Qu'on le comprenne : l'auteur n'a nullement le désir d'amuser, mais celui, tellement plus noble, d'instruire."


Ce traité fort instructif, donc, est  magnifiquement illustré par Christophe Durual et Philippe-Henri Turin. J'en ressors incollable sur les délicats us et les remarquables coutumes des ogres, leur anatomie, leur vie sexuelle, sans parler, évidemment de l'impressionnant chapitre consacré à la gastronomie... Et je ne peux m'empêcher de vous livrer un extrait de la recette du Bourguignon qui commence par : "Prendre un vigneron de Bourgogne" et se termine ainsi : "Une variante plus relevée, voire exotique, de cette recette se fait tout simplement en prenant le vigneron au moment où il est est train de sulfater sa vigne."
Ce livre, fort instructif donc, et tout à fait sérieux, vous évitera bien des déboires en vous apprenant, par exemple, comment faire la différence entre une montagne et un ogre endormi. Et surtout... Et surtout... Voilà :  je me dois de vous livrer une dernière citation, car la découverte que j'y ai faite est susceptible de bouleverser votre vie, en tout cas, votre prochain mois, surtout si des petits enfants peuplent vos entourages... Bon, allez, j'y vais... "En hiver, l'ogre complète son costume par un habit bordé de fourrure qu'il choisit souvent de couleur rouge afin de ne pas se confondre avec la neige ou les bois noirs. A cette saison, les plus âgés se laissent pousser la barbe pour avoir le menton au chaud." Et quand vous saurez  que "la hotte en osier, permet à l'ogre de transporter facilement les enfant capturés pour avoir les mains libres", votre effroi sera complet et vous vous ruerez chez votre libraire pour faire l'acquisition de cet ouvrage essentiel !

 

Les Ogres

Sylvie Chausse

illustré par Philippe-Henri Turin & Christophe Durual

Albin Michel Jeunesse, 1993

Partager cet article

Repost 0

11 novembre

Publié le

Une journée qui commence dans un petit froid piquant. Je suis très en retard, je n'ai pas eu le temps de mettre mes chaussettes, ni de me coiffer ( je  garde la capuche de mon duffle coat rouge )...
Fanfanre, discours, et puis des petites filles qui lisent en s'appliquant les noms inscrits sur le monument aux morts. Drôle d'impression...  Ai-je trop lu Tardi ?

 

Publié dans albums

Partager cet article

Repost 0

trouvailles

Publié le

Un brin d'enfance qui a ressurgi à l'occasion d'une flânerie bloguesque... http://charliepop.over-blog.com/article-35667847.html



Je viens miraculeusement de retrouver ce gouleyant album que j'avais complètement oublié très orange, très seventies. Il était au fond d'un carton de livres, fermé, scotché depuis 6 ans (travaux, déménagements). Avec lui, quelques petits camarades kitch et tendres...



























 

illustrations de Richard Scarry

Et là, un recueil de contes illustré par Gustave Tenggren, qui se termine sur ce renard extraordinaire qui vient de manger, dans l'ordre, Dinde Dandinante, Oie Maladroite, Caneton Joyeux, Poule Gloussante et Petit Poussin, d'où son air satisfait :

 

Partager cet article

Repost 0

<< < 10 20 21 22 23 24 25 26