Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

34 articles avec chansongs

Philippe Léotard

Publié le par Za

 

 

Au fil d'une conversation sur l'accordéon (mais oui, je peux avoir une conversation sur l'accordéon...), où l'on se disait que l'association Galliano/Nougaro avait été un pur enchantement, j'ai repensé à lui. Et je me suis replongée dans ses quatre disques, accompagnés & en partie composés par l'accordéoniste Philippe Servain. Ces enregistrements ont toujours eu une place particulière dans mon panthéon personnel, même s'ils ne font pas l'unanimité dans mon entourage, loin s'en faut. Ils sont une oeuvre en soit. Je viens de les réécouter, sachant bien ce que j'allais y retrouver...

 

Leo-ferre.jpg

 

La voix de Léotard, c'est au delà du chant. Il n'y faut pas chercher d'harmonie, quoi que ce soit de joli. Elle est là, toute proche encore, nécessaire et belle, roulant des larmes comme des cailloux, déployant des paysages cabossés, des douleurs aiguës, une vie écorchée, un rire grinçant et sincère.

Je met au défi quiconque serait muni d'oreilles et de coeur de rester de marbre devant ceci, d'écouter, les yeux secs jusqu'au bout...

 

 

L'accordéon de Philippe Servain accompagne, s'enroule autour des mots comme un serpent doux et précis. Il accompagne le Bateau Ivre de Rimbaud à la perfection, sert Ferré avec style.

 

 

leotard-2.jpg

 

Les textes sont à l'avant-scène, balancés sans ménagement. Ce n'est pas une écoute confortable, non. Léotard bouscule et impose. Il n'est pas immédiatement aimable et pourtant... 

 

 

Publié dans chansongs

Partager cet article

Repost 0

la patronne

Publié le par Za

 

 

Depuis que je partage ici mes emballements livreux et bidouillesques, depuis que j'ai ouvert mon petit comptoir à noircir des lignes, je me dis qu'il faut qu'elle en soit, comme elle est de ma vie. Celle que j'impose tyranniquement à mon entourage proche ou lointain, pourvu qu'il soit équipé d'oreilles et de cerveau en état de fonctionnement...

 

Alors apprêtez-vous à passer du temps ici parce qu'il y aura plus à écouter qu'à lire.

Mais s'il vous plaît, écoutez-la...

Euh, non ! Écoutez-la !!

 

 

La seule, la divine...

 

juliette.jpg

 

Juliette Noureddine, dite Juliette, dite la patronne !

 

Juliette est une foule.

Une foule peuplée d'assassins, d'amoureuses,

d'exilés,

de monstres, d'anges,

de héros, d'héroïnes,

de magiciens et de sorcières,

de petites filles inquiétantes,

de festins épouvantables,

de dame à monocles,

de romanichels,

de dieux ivres, de diablesses,

d'armées de pacotille,

de lapins et de tigres,

de vieilles dames indignes,

de freaks et de beautés irrésistibles,

de couples grinçants et cocasses,

 

de rires énormes, de larmes contenues,

de tangos approximatifs, d'idoles gominées,

d'amantes incertaines, de morts presque vivants...

 

 

 

 

Juliette est une voix, juste, tonitruante, caressante, roulant ses mondes sans détour, précisément. Plantée sur scène, assise devant un verre de vin, debout à capella, invoquant l'esprit des loups, seule au piano, chaleur débordante, enveloppante.

 

 

 

 

Juliette est un artisan du verbe, de ceux qui ne craignent pas de s'éclabousser à écrire, sans gant ni imperméable, qui cherchent le mot juste, fût-il rare. Dans cette race, elle est rejointe par un artiste sensible et multiforme avec lequel elle collabore depuis quelques année: Monsieur François Morel. Et cela donne:

 

 

 

 

Comme une inépuisable bibliothèque, le monde de Juliette se déploie à l'envi, cinématographique, épique et minutieux, et l'on y pioche parfois d'inquiétantes nouvelles:

 

 

 

 

Juliette se lit aussi, quelques nouvelles par ici  un livre par là...

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/511999QC41L._SS500_.jpg

 

Voilà. Juliette est tout simplement indispensable, comme les roses rouges, le chocolat noir, les fous rires et les larmes.

Publié dans chansongs

Partager cet article

Repost 0

cas de conscience ou charliemania op.2

Publié le par Za

Je n'aime pas beaucoup les DVD de concerts, mais bon, il est des cas de force majeure:

 

charllie-dvd.jpg

 

...allèchement maximum...

 

Je commande, je guette le facteur (surtout que dans le colis, il y avait aussi les dernier Tracy Chevalier et un autre ouvrage in-dis-pen-sa-ble: "100 fleurs au tricot et au crochet" !). Je m'installe tranquillou dans mon canapé, en ces temps de pont, on peut faire ça même un vendredi après-midi... Et en voiture Simone Za !

Au début du mois de mai, notre Charlie était passé dans Taratata,  (souvent) excellente émission de musique dont le très grand mérite est de faire passer les chanteurs en live, c'est dire si c'est l'exception du paysage audiovisuel du moment... Donc Charlie à Taratata... Et là un petit doute s'installe, comme un léger inconfort... Mais il chante en sautant comme un cabri dans les gradins, on lui laisse donc le bénéfice du doute.

Revenons à notre DVD. Le gars est tout à fait ce qu'il y a de plus sympatoche, une énergie communicative, des musiciens ad hoc, tout est bien sauf... Autant le disque est impeccablissime, autant on stage... c'est un peu...faux. Pas beaucoup, non, juste assez bas pour que ça gratouille l'oreille. Et ça sur tous les départs de chansons, le pompon étant "Boxes" interprété avec sa soeur, Vashti (c'est son prénom), où ils sont faux tous les deux, aïe.

Voilà pourquoi je n'aime pas trop les DVD de concert: c'est impitoyable. Là où, si j'avais été dans la salle, j'aurais chanté avec lui, dansé (si, si), du fond de mon canapé, j'analyse, je critique... Mais ceci étant dit, j'aimerais quand même beaucoup le voir sur scène en vrai. Voilà, sentiment mitigé, donc.

 

Dans la série "Charlie couldn't sleep", nouvel épisode:  I'm a man, 7h20, dans une laverie...


Publié dans chansongs

Partager cet article

Repost 0

charlie couldn't sleep...

Publié le par Za

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41dyjZ-q6NL._SL500_AA300_.jpg

 

 

J'aime ce chanteur.

J'aime ses chansons, l'énergie qui les traverse.

J'aime le personnage, sa classe dandy-cool très personnelle.

Et la référence à Charlie Chaplin.

Je l'écoute quasi-quotidiennement depuis des mois. Je suis accro, je l'avoue.

 

Et ce matin, je suis tombée sur cette vidéo, Calling me, enregistrée dans la rue, à Paris,  par le patron d'un bar en pleine ouverture... A priori, Charlie Winston met ses insomnies à profit, descend dans la rue et enregistre ses chansons sauvagement. Le son est pourri, les images approximatives mais il s'en dégage une vrai grâce (à moins que mon addiction ne soit plus forte que supposée...).

A vous de juger:

Soundtrack for falling in love, dans une pharmacie

In your hands, dans le métro, sous le regard médusé de voyageuses ("c'est lui ou pas ?")

My life as a duck, pour le duo avec les passants en scooter (et c'est mon titre préféré sur le disque)

Like a Hobo, au métro Abbesses

Kick the Bucket, où il tombe sur des fans...

Generation spent

 

Petite mise à jour du jeudi 13 mai 2010: I'm a man, 7h20, dans une laverie...

Publié dans chansongs

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4