Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

9 articles avec helium

quand je dessine, je peux dépasser...

Publié le par Za

... mais pas que !
Tous les enfants dessinent. Et puis un jour, fatalement, ils s'arrêtent.
Mais dans le tas, il y en a toujours 2 ou 3 qui continuent, obstinément.
Ceux-là seront dessinateurs.
Un dessinateur, donc, c'est un enfant qui n'a pas arrêté de dessiner.

quand je dessine, je peux dépasser...

50 dessins
50 dessinateurs
(que du très beau monde)
50 mots pour parler de ce qui peut se passer
quand on dessine

quand je dessine, je peux dépasser...
quand je dessine, je peux dépasser...
quand je dessine, je peux dépasser...
quand je dessine, je peux dépasser...

Un livre à lire, regarder, expliquer, discuter, s'étonner,
découvrir, s'approprier, dessiner, colorier.
Rien n'est interdit !

quand je dessine, je peux dépasser...

Quand je dessine, je peux dépasser...
Actes Sud Junior, hélium, Rouergue, éditions Thierry Magnier

mars 2015

 

quand je dessine, je peux dépasser...

Tous les bénéfices de ce livre seront reversés à Charlie Hebdo,
en faveur de la liberté d'expression.

 

logo challenge albums 2015

Partager cet article

Repost 0

pop-up !

Publié le par Za

Lorsque l'image surgit du livre et vous saute aux yeux ! Le livre pop-up est l'objet d'un délicieux dilemme car, s'il est souvent destiné aux enfants, il n'en est pas moins fragile et précieux. Ceci dit, les plus beaux réunissent les petits et les grands autour de la même admiration. Pour les participant-e-s au challenge Je lis aussi des albums, le jour est au pop-up. N'arrivant pas à me résoudre à en choisir un, en voici un cabas plein !

pop-up !

Au royaume du pop-up, ces deux-là sont rois. Depuis quelques années, Anouck Boisrobert et Louis Rigaud cisèlent sans relâche des albums parfaits où le dispositif colle au propos comme l'arapède au rocher. Impossible de se lasser, chaque relecture apporte son lot de nouveauté, on est dans l'inépuisable.

pop-up !

Au royaume du pop-up, il y a le maître, Philippe Ug, qui a fait du papier un matériau à part entière. Son album Drôle d'oiseaux, paru en 2011, est un modèle du genre, qu'on ouvre, qu'on réouvre, qu'on tourne, qu'on retourne, qu'on ressort de la bibliothèque régulièrement, jusqu'à plus soif.

pop-up !
pop-up !

J'avais pris un genre de claque en découvrant ce livre, en plongeant dans la métamorphose de l'oisillon en oiseau de feu, en oiseau de paradis. Jetez un oeil à la courte chronique de Gérard Collard, qui - à mon sens - malmène un peu l'objet. Mais doucement ! Un peu de respect, de déférence, que diable ! (et vous avez vu, derrière lui, il y a le Bal des Echassiers de monsieur Paul Echégoyen !)

Au royaume des Pop-up, il y a l'ancêtre vénéré, Jan Pienkowski, né en 1936.

pop-up !

Ce grand classique de 1979, heureusement réédité en 2013, a élu domicile depuis bien longtemps dans ma bibliothèque, leg généreux de ma chère Bree.

pop-up !

Son étrangeté n'a pas pris une ride. Mieux, le vernis vintage qui l'entoure désormais ne fait qu'ajouter à sa valeur. On y va mollo, c'est celui de marraine quand elle était petite !

pop-up !
pop-up !
pop-up !

Popville, Dans la forêt du paresseux, Oceano

Anouck Boisrobert & Louis Rigaud

Hélium, 2009 - 2010 - 2013

 

Drôle d'oiseaux

Philippe Ug

Les grandes personnes, 2011

 

La maison hantée

Jan Pienkowski

Nathan, 1979 - 2013

 

Partager cet article

Repost 0

le tigre de miel

Publié le par Za

Boum, quand votre cœur fait boum !

Votre cœur, vos yeux, votre cerveau, tout !

Voici ce qu'on pourrait appeler un albooom !

le tigre de miel

Le tigre de miel est un conte, totalement envoûtant, dont la lecture à haute voix, si elle est plus longue que d'habitude n'en est pas moins captivante et tient l'auditoire en haleine. Sans parler, évident des oh ! , waouw ! qui ponctuent le récit à chaque nouvelle double page.

le tigre de miel

Shonou vit dans le delta du Gange, suspendu entre l'eau et la terre, enfin la terre, c'est vite dit. Il vit sur un tchar, une île mouvante et éphémère constituée de détritus déposés par les fleuves. Sa famille subsiste grâce à la pêche et aussi à la récolte du miel sauvage. Ce miel dont Shonou est si friand... Mais pour que les abeilles acceptent de partager, il faut respecter des règles établies depuis la nuit des temps. Une année pourtant, les saisons sont bouleversées et la faim pousse Shonou à commettre l'impardonnable imprudence.

le tigre de miel

Le texte de Karthika Naïr (traduit par Dominique Vitalyos) met le conte à distance en le plaçant au coeur d'un dialogue entre un père et son fils, loin de l'Inde. Le père raconte une histoire de son pays, interrompu par l'enfant qui le relance de ses questions. Ce dispositif rend le récit très vivant et l'on frémit aux personnages surnaturels, à la vision de la déesse Bonbibi, à l'évocation de Celui-dont-on-tait-le-nom, le terrible Roi-Démon, Dakkhin-Rai. L'enfant héros ne sortira pas indemne de cette aventure et devra réparer les dommages qu'il a causés avant de pouvoir être pardonnné. Une fin qui a désarçonné les auditeurs. Et oui, on ne peut pas impunément exploiter la nature.

le tigre de miel

Les superbes illustrations de Joëlle Jolivet, foisonnantes, bollywoodiennes, spectaculaires, n'épargnent rien au lecteur, ni la chaleur, ni la lumière, ni l'eau omniprésente, les abeilles bourdonnantes, le regard terrible des dieux. 7 couleurs et tout est dit, le bleu-vert-émeraude de la mangrove, le jaune doré du miel, le violet sourd, et surtout le rose fluo pop qui vitamine le tout et explose de soleil implacable. Joëlle Jolivet a réalisé ces illustrations au pinceau mais elle conserve dans son trait la force de la linogravure qui fait habituellement sa signature. Si l'on ajoute la qualité de l'impression - 4 couleurs par pages, la qualité du papier - à la musique si particulière lorsqu'on tourne la page, vous admettrez que l'on puisse tomber en amour de ce livre.

 

Le tigre de miel

Karthika Naïr & Joëlle Jolivet

hélium / Actes Sud / Zubaan

octobre 2013

 

Sur cet album, vous pouvez aussi lire l'avis de Sophie Van der Linden,

le récit de Joëlle Jolivet sur son site.

Cet album inaugure une nouvelle catégorie cabaïesque, rare mais réfléchie, celle des albooms !

Cet album inaugure une nouvelle catégorie cabaïesque, rare mais réfléchie, celle des albooms !

Partager cet article

Repost 0

la ménagerie d'Agathe

Publié le par Za

Agathe joue dans son bain avec un canard en plastique. Les vrais canards ne sont pas en plastique. Ils sont en viande et en plumes, comme vous et moi. S’ils étaient en plastique, comment feraient-ils pour voler ? Vous voyez bien que ça ne tient pas. Chez les vrais canards, seuls le bec et les pattes sont en plastique.

la ménagerie d'Agathe

Le fouillis des coffres à jouets recèle un bestiaire attendu : lapin, éléphant, ours, girafe, canard ou éléphant (avec ou sans carreaux) mais aussi parfois des bestioles plus étranges, araignées ou méduses. Éric Chevillard a investi la ménagerie de sa fille Agathe et l’observe avec les yeux d’un naturaliste attentif. Cette ménagerie de l’enfance, qui rendrait attendrissante la plus cruelle des créatures est passée en revue avec soin, comparée avec son modèle vivant, voire sauvage – a-t-on jamais survécu au câlin d’un véritable ours brun…

Les textes sont illustrés par les planches minutieuses de Frédéric Rébéna qui mêle humour, accumulation et documentation nécessaire. Leur ton décalé répond au propos faussement docte des notices et confère aux animaux représentés cet air fatigué des peluches trop aimées.

la ménagerie d'Agathe

Le graphisme fort et marqué de l’ensemble, les lettrines immenses, la palette de couleurs franches comme posées à la hâte, rien ne balance jamais vers le joli, le mignon, et l'on devine çà et là des hommages à peine déguisés à quelques classiques de l’enfance. Tout cela offre un album qui, s’il s’adresse d’abord aux plus jeunes en leur parlant de leurs doudous avec un recul jubilatoire, donnera aux adultes l’occasion de se régaler du style d’Éric Chevillard, lorgnant l’air de rien du côté d’Alexandre Vialatte.

 

La méduse d’Agathe… mais non, Agathe n’a pas de méduse ! Pas besoin de méduse. Quand Agathe a envie d’avoir des boutons, elle attrape la varicelle, et le tour est joué. Et d’ailleurs, même les vraies méduses sont fausses. Ça se voit. La vie n’est jamais si flasque.

 

La ménagerie d'Agathe

Éric Chevillard & Frédéric Rébéna

hélium, mai 2013

 

Partager cet article

Repost 0

océano

Publié le par Za

Et le voilà, le nouveau, le si beau...

océano

Océano le voilier à la coque rouge prend la mer. Il hisse ses élégantes voiles de papier pour un périple sur les mers du monde. En cinq tableaux splendides, il nous entraîne de l'Arctique jusqu'aux récifs de corail, mû par le désir de découvrir les si précieuses beautés océaniques. Précieuses parce que menacées, et aussi fragiles que la coque de noix qui les explore.

Anouck Boisrobert et Louis Rigaud ont encore frappé fort. Océano est un grand livre, au même titre que Popville ou la Forêt du paresseux. Un de ces pop-up dont on ne se lassera jamais, dont chaque page, chaque mouvement trouve sa justification dans le propos, l'intention.

(merci au moussaillon)

(merci au moussaillon)

La surface et les profondeurs sont liées par les actions des hommes et la vie des animaux. Les couleurs de la mer accompagnent le voyage; le port souillé est traité avec le même soin que le sublime récif corallien. Et le petit voilier parcourt la Terre modestement, élément parmi les autres, si discret qu'il faut parfois le chercher dans l'image. Et le lecteur devient alors explorateur lui-même. Le dispositif d'Océano est parfait, son graphisme est élégant, efficace, et la surprise, l'intérêt sont renouvelés à chaque page.

Que dire de plus ? Ruez-vous sur ce livre si ce n'est déjà fait. Les amoureux de la mer y trouveront leur compte, les curieux seront comblés.

 

Océano

Anouck Boisrobert & Louis Rigaud

Hélium, avril 2013

Partager cet article

Repost 0

pop !

Publié le par Za

Ça, c'est de l'affiche !

 

421510_546717735361984_1092731969_n.jpg

 

Le livre est en mouvement, il s'anime, il nous anime ! Alors mettre à l'honneur Anouck Boisrobert & Louis Rigaud tombe sous le sens, non ?

Vous avez forcément croisé leurs livres dans vos librairies chéries et le Cabas les aime beaucoup.

51-7qPC0cHL._SS500_.jpg

hélium

2012

 41UdvmXKPlL._SL500_AA300_.jpgFlammarion

2012

51YFnKlvaBL._SL500_.jpg

 

hélium

2011

 

 

 

81qM9ze1UPS._AA1500_.jpg

texte de Joy Sorman

hélium

2009

Sans compter celui-ci, à venir...

Et toujours chez hélium !

41G1I-OYjbL._SL500_.jpg

 

Profitant de la fête, il y a eu des ateliers... 

 

 

... et il y a l'exposition Mouv' ton pop !

 

 283202 518252158216336 1299830286 n  602118 518107318230820 131339623 n
 601464 518126248228927 1936020481 n

 6594 519499064758312 1596371917 n

 

       photos © Anouck Boisrobert & Louis Rigaud

 

Quand on vous dit que c'est la fête !

Partager cet article

Repost 0

tip tap, iMAGIEr interactif

Publié le par Za

recette d'été

pour réaliser un imagier interactif épatant...

 

books-rigaud-boisrobert-13-253x300.jpg

ingrédients :

deux créateurs plutôt doués de leurs dix doigts

un album aux formes douces 

( joli papier et belles couleurs )

un cd-rom

votre ordinateur habituel

des mots

des images

beaucoup de temps

(où alors, ne mettez pas le nez dedans !)

 

Feuilletez l'album à la recherche du mode d'emploi, limpide et bien écrit, accessible à tous, un modèle du genre.

Munissez-vous d'un ordinateur et glissez le cd-rom dans le tiroir prévu à cet effet.

Écrivez un des mots présents dans l'imagier papier.

 

Un exemple - mon préféré - le pommier.

Tapez pommier puis le nom d'une saison et vous obtiendrez, selon vos envies :

 

TipTap_20127023916.png

 TipTap_20127023234.png
 TipTap_20127023941.png  TipTap_20127023259.png

 

Jouez l'accumulation pour obtenir une forêt d'automne :

 

TipTap 201270231351

 

Cette forêt pourra être peuplée d'animaux, agrémentée de plantes, envahie de voitures et autres tracteurs, même si ça finit par être un joyeux foutoir... Pour peu que vous ayez l'âme bucolique, vous pourriez même y organiser un pique-nique !

 

TipTap_201271080.png

 

Appelez alors le marmiton et laissez-lui les commandes (si l'on considère le côté addictif de l'entreprise, ce n'est pas la phase la plus facile...). En quelques minutes, il obtiendra (fièrement) ceci :

 

TipTap_201275171442.png

 

ou ceci :

 

TipTap_20127516572.png

 

Les amateurs de livres-où-on-apprend-des-choses-alors-c'est-bien, y trouveront leur compte. Le marmiton devra écrire sans erreur le mot qu'il veut voir se matérialiser sur l'écran. De petits rappels aux bonnes manières sont prévus, comme les marques du pluriel, par exemple. Et là je glisse un bémolounet : les plus jeunes risquent de trouver l'exercice un poil fastidieux . C'est alors que le parent ou grand-parent aux aguets, n'écoutant que son courage, viendra écrire pour lui les mille et une merveilles de tip tap. Avant, sans doute, de lui rappeler que "non vraiment c'est l'heure de la sieste", histoire de pouvoir continuer à créer tranquillement son jardin extraordinaire, tout seul, sans mignonne mimine pour parasiter le clavier de l'ordinateur...

Pour ma part, je retiendrai de cet imagier, la magie, justement. Voir s'animer les personnages , virevolter les oiseaux, grouiller les mille-pattes, pétarader les véhicules... Faites-moi confiance, vous allez vous retomber illico en enfance, vous lécher les dix doigts et le pouce !

 

Pour avoir une petite idée de la préparation de la tambouille,

voyez ce petit film :

 

 

 

tip tap, mon imagier interactif

Anouck Boisrobert & Louis Rigaud

Hélium, 2011

 

Suivez ce lien pour d'autres images et explications,

et celui-ci pour lire le billet de Mel de la Soupe de l'espace !

Partager cet article

Repost 0

la mémoire de l'éléphant

Publié le par Za

- Ohé, moussaillon !

- Oui, capitaine ?

- Radinez-vous donc avec votre album !

- Tout de suite capitaine !

[Je vous passe les négociations avec le moussaillon, occupé alors à briquer le pont, avant de s'attaquer à la corvée de patates, à moins qu'il n'ait été en train de joyeusement réduire à néant les heures consacrées au rangement de sa carrée...]

 

lire-relire-3-6748.JPG

 

- Moussaillon, ouvrez-moi ce livre à votre page favorite, s'il vous plaît.

- Oui, capitaine !

[J'exige qu'il m'appelle "Capitaine" espérant qu'ainsi, il finira par comprendre qui c'est le chef ici !]

 

lire-relire-3-6741.JPG

 

- Marcel est un éléphant d'Afrique, très chic. Mais depuis Babar, on savait que l'éléphant pouvait porter le costume avec distinction. Monsieur Marcel a le pied marin, des amis fidèles, un bureau magnifique. Il a eu une vie bien remplie. Bien remplie comme sa mémoire. Car notre éléphant est une véritable encyclopédie. Oui, moussaillon ? Quelque chose à ajouter ?

- J'aime bien aussi la page des bateaux !

 

lire-relire-3-6742.JPG

 

- Bonne pioche, moussaillon ! Cet album magnifique est aussi une "encyclopédie bric-à-brac" qui suit les méandres de la mémoire de Marcel. Page de gauche, l'histoire se déroule. Page de droite, une mine d'informations sur des sujets aussi variés que les vêtements, la musique, l'architecture, les animaux, les desserts, le design et les éléphants, évidemment.

- Et les bateaux !

- Et les bateaux ?

- Et les bateaux, Capitaine !

- Je préfère.

- Et il y a même le Titanic !

[J'avoue que j'ai rajouté cette réplique dans le seul but d'y glisser ce lien vers un autre article, des fois que...]

- Les bateaux, donc...

 

lire-relire-3-6743.JPG

 

Les informations contenues dans les pages encyclopédiques, loin d'être anecdotiques, sont passionnantes.

- Et moi j'aime bien les documentaires !

- Oui mais, mignon moussaillon, il s'agirait plutôt ici de miscellanées.

- Mie c'est l'année ?

- Miscellanées.

- Missel âne et ?

- Un ensemble de petits textes qui forment une sorte de puzzle, de mosaïque, un exercice d'érudition jamais ennuyeux puisqu'écrit sur le mode du butinage, de la flânerie.

- Si tu veux Capitaine. En tout cas, cet éléphant, il a peut-être une bonne mémoire mais il a oublié un truc que moi, je n'oublierai jamais, tu vois ! Parce que tous ses amis sont venus pour son...

 

lire-relire-3-6745.JPG

 

- On ne va peut-être pas tout raconter, moussaillon !

- Ben pourquoi ? Y a personne qui nous écoute !

- Qui nous écoute, non. Mais qui nous lit... Va savoir...

 

Sur ce même album, voir les articles de Mel de la Soupe de l'Espace, de Sophie Van der Linden et celui de Gaëlle sur cette nouvelle pépite des éditions Hélium !

 

La mémoire de l'éléphant

Sophie Strady (également auteur de La forêt du paresseux)

Jean-François Martin

Hélium, 2012

 

  ca2012big

 

Logo1

Partager cet article

Repost 0

dans la forêt du paresseux

Publié le par Za

Il y a livre animé et livre animé.

Les pop-up fleurissent en ce moment comme les poils sur les pieds d'un hobbit. D'autres se parent de découpages savants, de dentelles délicates d'une fragilité telle qu'à peine achetés, ils sont illico remisés loin des petites mains dévastatrices, comme des reliques. Et lorsque l'animation ne vient que vaguement en contrepoint du texte, lorsqu'elle ne sert qu'à nous en mettre plein la vue (mais que c'est fait exprès, que ça se voit, pas comme le Drôle d'oiseau de Philippe Ug, on en recause bientôt), on les referme en ce disant, "oui, et ?", ou "so what ?" si on est d'humeur british. On en arrive alors à des livres qui n'en sont plus ou, pire, qui s'excusent d'en être. Et ça aurait tendance à m'agacer.

Du coup, celui-ci m'a agréablement surprise, je dirais même qu'il m'a déçu en bien (ça, c'est quand je suis d'humeur helvète), enfin, bref, je l'aime ! 

 

51-7qPC0cHL._SS500_.jpg

 

Je l'ai mis en douce sur la lettre au PN, et le grand barbu l'a déposé sans faillir dans les petits souliers pointure trente-trois. Preuve qu'il a un goût très sûr malgré son grand âge...

Dans la forêt du paresseux, il y a un monde fou. Des animaux en pagaille se camouflent au pied des arbres, des oiseaux multicolores animent le feuillage, des gens se promènent, discutent, rêvent et le paresseux dort...

 

lire-relire-2-6088.JPG lire-relire-2-6089.JPG

 

Tout à l'air paisible et harmonieux, sage et bien rangé, jusqu'à l'arrivée d'engins aux mâchoires impitoyables. Chaque page tournée voit la forêt se vider de ses habitants. Et le paresseux ? Il dort toujours, sans se douter que désormais, il ne reste plus que son arbre...

La forêt finira par renaître, plus belle encore et plus sauvage. Elle revivra de la main de l'homme, ce qui mérite d'être remarqué, pour une fois qu'on ne nous sert pas l'habituel discours écolo-culpabilisateur.

 

lire-relire-2-6259.JPG

 

lire-relire-2-6255-copie-1.JPG

 

Dans la forêt du paresseux  fourmille de détails qui invitent à se perdre entre les arbres. Le texte de Sophie Strady n'est pas écrasé par les planches pop-up, qui ont une vraie utilité dans le récit. Voilà un livre dont je ne suis pas prête de me lasser !


lire-relire-2-6258.JPG

À découvrir, de trois à cent trois ans !

la vidéo sur le blog de la Soupe

 

Anouck Boisrobert et Louis Rigaud

Sophie Strady

Éditions Hélium

2010

Partager cet article

Repost 0