Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

2 articles avec ilya green

les plus belles berceuses jazz

Publié le par Za

Quand je vous dis les plus belles, ce sont vraiment les plus belles ! Laissez tomber ce que vous étiez en train de faire, calez-vous ces musiques au creux des oreilles, autour du cou comme une douce écharpe cachemire tricotée main, entre les mains comme une tasse de thé fumant.

berceuses-jazz_.jpg

15 chansons choisies avec soin, 15 chemins parfaits vers le jazz vocal, dans les pas des plus grands, Ella Fitzgerald, Sarah Vaughan, Nat King Cole, Chet Baker, Franck Sinatra, Billie Holiday... Rien ne manque de mes admirations, pas même Michel Legrand ! De quoi esquisser une première et solide culture jazz ! J'en suis restée baba ! Eh, progéniture, écoute-moi ça ! Écoute cette chanson, ma préférée entre toutes... C'est du Jazz, mon grand, et le Jazz, ça, c'est de la musique ! Attention des berceuses, peut-être, mais pas soporifiques !

 

 

Chaque chanson est accompagnée d'un court texte la replaçant dans son contexte musical, puis du texte en anglais et de sa traduction française. Je salue bien bas Misja Fitzgerald Michel qui a sélectionné les chansons, c'est du grand art ! Un bouquet parfait, ballades classiques, voix qui embarquent illico over the rainbow... Et comme si ce n'était pas suffisant, voici les illustrations d'Ilya Green qui enrobent, emballent, magnifient le tout. Les univers nocturnes, oniriques lui vont comme un gant. Douceur et sérénité. Je vous l'annonce : cet album fait du bien ! Et c'est tout. Et c'est suffisant.

 

lire-relire-4-7813.JPG

 

Le trait précis d'Ilya Green est reconnaissable au premier coup d'oeil. Visages délicats et familiers, cieux étoilés et peuplés de rêves, son univers de crayons et papiers découpés se love tout naturellement contre les voix. C'est assez exceptionnel de cohérence et d'harmonie.

 

lire-relire-4-7819.JPG

 

 

Un grand coup de coeur pour un album de très grande classe !

 

Les plus belles berceuses Jazz

illustrations d'Ilya Green

traductions de Valérie Bouzeau

15 berceuses sélectionnées par Misja Fitzgerald Michel

Didier Jeunesse, 2012

 

Voir aussi l'avis de Gaëlle & la chronique de la Mare aux Mots.

 

 

 

 

Allez, une dernière avant la nuit,

for my very dear Bree,

too far away from me,

this Russian Lullaby...

 

Partager cet article

Repost 0

peter pan, wendy et charles mingus

Publié le par Za

 

 

 

 

Soudain, la porte de la chambre s'ouvrit.

c'étaient Monsieur et Madame Darling, alertés par le bruit.

Ils restèrent là, plantés, étonnés, sidérés, le coeur déchiré, n'en croyant pas leurs yeux:

leurs enfants s'envolaient dans le ciel étoilé.


Peter Pan est pour moi un roman de l'abandon, de l'enfance sans pitié, le roman d'une certaine cruauté.
Rien de joyeux dans cette histoire crépusculaire.

Mais c'est ce qui en fait tout le sel.

 

5147Xd3kqSL._SS500_.jpg

 

Cet album est une adaptation très singulière du roman de Barrie, à mille lieues des sucreries habituellement déversée lorsqu'on veut présenter Peter Pan aux enfants - j'exclus évidemment ici la lecture définitive qu'en fait Loisel et qui est destinée aux adultes.

 

lire-relire-3 6719

 

Et cette fois, c'est Ilya Green qui s'y colle, et avec quel talent ! Crayon de couleur et papiers découpés, de grands aplats noirs et des regards en biais qui ne cesse d'inquiéter. Les enfants perdus surgissent des rêves/cauchemars des enfants Darling avec des visages impassibles qui ne présagent rien de bon. Les personnages d'Ilya Green ont les yeux noirs. De grands yeux, profonds comme une nuit sans lune. Seul Peter Pan promène sur cette histoire un regard vert un peu bizarre, un regard qui nous dit qu'il ne s'en laissera pas conter. Il y a aussi les yeux clairs d'une sirène à la mine renfrognée...

 

Enfin ils arrivèrent en vue de l'île. Ou peut-être ce fut elle qui vint à leur rencontre.

 

lire-relire-3 6721


Neverland... La mer semble sans cesse déchaînée, les arbres aux couleurs froides n'offrent qu'un abri bien dérisoire. Il faudra d'ailleurs attendre le retour à Londres pour assister à une explosion de couleurs rassurantes - rassurantes comme le réveil au sortir d'un rêve agité...

L'adaptation de Jean-Pierre Kerloc'h offre un texte alerte et vivant, sans qu'aucune description superflue ne vienne brouiller la lecture des illustrations. Et peu importe les libertés qu'il prend avec l'histoire originale, le déroulement des évènements reste parfaitement cohérent.

 

lire-relire-3 6724

 

L'enregistrement qui accompagne cet album parachève l'impression d'étrangeté, de nouveauté. Qui attendrait la musique de Charles Mingus en contrepoint de cette histoire ? Les passages musicaux ne sont pas ici destinés à illustrer l'action. Ils répondent au texte, créent une ambiance décalée, avec une pointe d'aridité parfois. J'avoue avoir commencée l'écoute avec scepticisme pour finalement me laisser embarquer par la lecture d'Éric Pintus - l'auteur d'Ours le bouffe et du récent Faim de loup

 

 

 

Une belle expérience, pas gagnée d'avance, audacieuse mais qui vaut le voyage !

 

Peter et Wendy

J.M. Barrie

adaptation de Jean-Pierre Kerloc'h

musique de Charles Mingus

illustrations d'Ilya Green

Éric Pintus, récitant

Didier Jeunesse

2011

 

ca2012bigLogo1

Partager cet article

Repost 0