Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

5 articles avec marie-aude murail

Sauveur et fils

Publié le par Za

Sauveur et fils

C'est du grand, du très grand Marie-Aude Murail que nous avons là.
A condition de faire abstraction de la couverture, certes.
Marie-Aude Murail n'a pas son pareil pour dénicher l'humain, pour le rendre au centuple à son lecteur. Alors quel meilleur héros qu'un psychologue pour sonder les âmes ?
Autant vous le dire tout de suite, il me plait, ce Sauveur Saint-Yves. D'abord, il est joli garçon. Et Marie-Aude Murail n'y va pas avec le dos de la cuillère. Métis, grand, terriblement humain, n'en jetez plus. Et c'est bien là une preuve de la supériorité de la littérature sur le cinéma. L'image de Sauveur Saint-Yves ne nous est pas imposée, mais dès la page 10, on craque :

Sauveur avait la voix caressante de Nat King Cole vous chantant : "Unforgettable, that's what you are..."

Vous voyez le genre ?

Dans le cabinet de Sauveur défile une galerie d'adolescents, de familles qui souffrent, s'épaulent, essaient de comprendre, d'aller mieux. Phobie scolaire, séparations, recompositions, crise d'identité, chacun apporte ici un pan de réalité contemporaine. Toutes ces histoires sont regardées avec bienveillance par l'auteur/héros - tant il est clair que, de ce point de vue, Marie-Aude Murail et Sauveur ne font qu'un. Aucun jugement, mais la voix du narrateur, à la fois empathique et distanciée, insuffle humour et légèreté, là où il serait si facile de tartiner du désespoir.
Et puis il y a la relation entre Sauveur et son fils, Lazare. Un sauveur, un ressuscité. Entre ces deux-là, rien n'est simple non plus. La mort de la mère, les non dits, le racisme, la Martinique originelle, la vengeance, autant de fils difficiles à dénouer pour le psychologue, lui qui sait si bien éclaircir les sacs de noeuds des autres.
On rit, on s'émeut, on colle aux personnages. Sauveur et fils fait partie de ces livres qu'on dévore d'abord pour en ralentir la lecture vers la fin, parce qu'on sait pertinemment qu'ils vont tous nous manquer, les Gabin, Margaux, les Augagneur, Ella, Cyrille... Et Louise. Et les hamsters, aussi. Parce qu'il y a des hamsters.
D'un point de vue très très personnel, j'ai un faible pour Madame Dumayet. On sait les liens que Marie-Aude Murail a tissé au fil des années avec l'école - elle en est un auteur phare -, avec les enseignants. Et le personnage de Madame Dumayet est la preuve de cette perception juste et tendre. 
 

Madame Dumayet, suite à une conférence pédagogique donnée par monsieur l'Inspecteur, avait découvert la semaine précédente que l'écolier français manquait d'autonomie. Portant sur ses épaules l'avenir de la nation, elle afficha au mur de sa classe, grâce à ce soutien indéfectible du pédagogue qu'est la Patafix, un TABLEAU DES RESPONSABILITES.

Pour la Patafix au moins, je confirme.
J'ai fini par me résoudre à terminer Sauveur et Fils. Mais uniquement parce que je sais qu'à la rentrée, il y aura un deuxième tome. Et pourtant, je me lasse un brin des séries, des suites. Mais il y a des exceptions. Ce roman est est une. De taille.
Considérez cette modeste chronique comme la suite de ma grande déclaration d'admiration à Marie-Aude Murail. Et ce n'est qu'un début.

Sauveur et Fils, saison 1
Marie-Aude Murail
L'école des loisirs
avril 2016


 

Partager cet article

Repost 0

mon école des loisirs #2

Publié le par Za

Mon école des loisirs, ce sont aussi des romans, et parmi eux, une signature. Parce que s'il n'y en avait qu'une, ce serait Marie-Aude Murail. De ses personnages, Emilien est le premier à être venu vers moi, avec l'inénarrable Martine-Marie.

mon école des loisirs #2

Puis Simple, Miss Charity et Malo de Lange...

mon école des loisirs #2
mon école des loisirs #2

Et un jour, j'ouvre Oh, boy ! C'était avant. Ce roman date de 2000. Tout rond. Une époque pourtant si proche où on pouvait rencontrer un texte comme ça, sans craindre la moindre crispation. Un texte d'avant les pisse-vinaigre. Oh, boy ! est l'opposé absolu du roman à thème - que je déteste. Et pourtant Murail y aborde la question de la famille - ou ce qu'il en reste. Mais elle le fait tranquillement, sans chercher à imposer une quelconque idéologie. Et l'homosexualité d'un des héros n'est pas une question en soi, elle est un élément comme un autre du l'intrigue, ni plus ni moins. Tout cela nous donne un superbe roman d'amour et d'humour - magnifiquement adapté au théâtre par Catherine Verlaguet et mis en scène par Olivier Letellier.

mon école des loisirs #2

Les livres de Marie-Aude Murail m'ont appris que la littérature de jeunesse est avant tout de la littérature, et une littérature qui transcende les âges. Ils m'ont appris qu'un roman, c'est une histoire qu'on peut raconter sans se regarder écrire, sans prendre de pose. Le style de Marie-Aude Murail est tout ce que j'aime et tout ce que je respecte en littérature. Sans alourdir la phrase pour faire genre, en allant droit au but, droit au sens, l'écriture avance, sans se vautrer dans l'adverbe et l'adjectif. Cette efficacité, modeste et simple, laisse toute sa place aux personnages. Et quels personnages !

Alors donc, voilà. Ce deuxième épisode de mon école des loisirs était en réalité une déclaration d'admiration béate. Le prochain sera consacré à une chouette trilogie... Et pour la bibliographie de Marie-Aude Murail, les romans que je vous conseille ici et les autres, allez donc chez Ricochet !

Partager cet article

Repost 0

oh, boy !

Publié le par Za

oh, boy !

Peut-on s'appeler Venise Morlevent ?
Peut-on être orphelin, membre d'une fratrie indissociable, gravement malade, terriblement triste, surdoué, insolent, drôle, perdu, débordant d'amour, inconsolable et se relever de tout, guérir de tout ?
Oui.
Dans un roman de Marie-Aude Murail tout cela est possible.

"Oh, boy !" est un grand cru classé de 2000 - comment m'avait-il échappé, d'ailleurs ? Des personnages qui auraient pu être caricaturaux, des situations qui auraient pu être too much chez n'importe quel autre auteur.
Mais... Marie-Aude Murail.
Je sais, à ce niveau d'admiration, je ne réfléchis plus, comme on dit chez moi, je bade. Je scrute l'art du dialogue, j'épie le sens de la formule. Il y a de la légèreté dans le drame, une sorte d'empathie douce et bienveillante, sans complaisance, sans se vautrer dans le drame, qui pourtant est bien là.
Ce roman s'ouvre sur une magnifique citation de Romain Gary, du genre qui peut accompagner une vie entière: "L'humour est une déclaration de dignité, une affirmation de la supériorité de l'homme sur ce qui lui arrive."

- Je ne sais pas de quoi vous parlez, répondit-il, le ton neutre.
- Que ta mère s'est tuée en buvant du Canard Vécé.
La douleur déchira le maigre corps de Siméon. Il comprenait enfin ces regards qu'on lui jetait, entre horreur et pitié, ces murmures qui s'éteignaient quand il entrait dans une pièce. Il prit le temps de sourire avant de répondre:
- N'importe quoi ! C'était du Décap four.
Le foyer de la Folie-Méricourt était un concentré de misère juvéniles. Mais ça, ça en imposait. Les deux garçons, bizarrement impressionnés, se collèrent au mur pour laisser passer Siméon. Quand celui-ci entra dans la salle du petit déjeuner, il vit tout de suite que les petites soeurs déjà attablées avaient pleuré.
- Qu'est-ce qui ne va pas ? demanda-t-il en s'asseyant devant son bol.
- C'est Dent-de-lapin, répondit Morgane. Il dit que Maman est morte parce qu'elle a... qu'elle a... bubu... bubu...
Elle se mit à sangloter, momentanément incapable de terminer la fin de sa phrase. Siméon se retourna vers sa petite soeur qui chuchota comme un secret honteux:
- Parce qu'elle a bu du Canard Vécé.
Siméon prit de nouveau le temps de sourire. C'était le truc qu'il avait pour préparer ses réponses lorsqu'il était un peu pris de court.
- N'importe quoi, dit-il avec autorité. On n'a jamais eu de canard Vécé à la maison.
- Ah bon, soupira Venise, pleinement réconfortée.

Oh, boy !
Marie-Aude Murail
L'école des loisirs, 2000

Partager cet article

Repost 0

les beaux jours #2

Publié le par Za

Lectures de juillet, toujours.

Dickens et Murail.

Murail et Dickens. Encore, tant ces deux-là, par sa faute à elle, sont pour moi un peu indissociables.

 

marie aude dickens

 

 

Une biographie enlevée et admirative écrite par Marie-Aude Murail pour celui qu'elle surnomme son "père céleste". De l'enfance chahutée de Dickens à la gloire immense, des tournées harassantes de lectures publiques au petit ouvrier de douze ans, emballant des boites de cirage, le portrait est passionnant.

 

 

malo.jpg

 

 

"Pour ma part, j'avais lâché le mouchoir en route. Il y a des souvenirs dont il vaut mieux ne pas s'encombrer, comme disait le monsieur qui avait scié sa femme en morceaux."

 

Lire Malo de Lange, c'est s'embarquer dans un roman d'aventures classique: voleurs, enfants perdus, saintes femmes, prêtres retors, douces demoiselles, auberges borgnes. Un héros de seize ans, marqué à l'épaule de l'infamante fleur de lys. Inoubliable Craquelin, fragile petit acrobate, personnage infiniment touchant.

Marie-Aude Murail excelle encore et toujours dans les dialogues, cette fois émaillés d'argot des voleurs. Référence absolue en la matière: Eugène-François Vidocq, dont l'ombre tutélaire plane sur cette histoire.

 

Partager cet article

Repost 0

Marie- Aude Murail & Charles Dickens

Publié le par Za

Deux lectures de décembre:

http://www.gallimard-jeunesse.fr/medias/06//21017849607.gif
Celui-ci est un classique de saison. Remarquablement traduit, à mon sens, par Marcelle Sibon. Il fait partie de ces livres qu'on pense avoir lus, tant ils sont familiers, et puis non. Et c'est le bonheur, l'émerveillement...


miss-charity2.jpg

Vrai/faux roman pour la jeunesse (563 pages), voici Miss Charity, petite demoiselle londonienne des années 1880. Elle grandit seule, dans sa nursery, en compagnie d'une bonne écossaise dont la folie ne fera que grandir au fil des années. Pour tromper sa solitude, Charity s'entoure de bestioles en tout genre: lapins, hérissons, oiseaux, canards, corbeau, qu'elle commence à peindre. Quinze ans plus tard, elle les fera vivre dans des histoires qui remporteront un incroyable succès et feront d'elle une femme indépendante, espèce rare et scandaleuse à cette époque (ce roman est librement inspiré de la vie de Beatrix Potter, l'auteure du délicieux  Peter Rabbit).

On suit Charity pendant une quinzaine d'années, en étouffant un peu avec elle de cette éducation que recevaient les filles, élevées pour être les épouses de d'hommes (plus ou mois) convenables. Charity est un auteur, courant ainsi le risque de devenir une vieille fille excentrique (horreur!).

Mais d'abord, dans ce roman, où l'on croise Georges Bernard Shaw (délicieux & cocasse), Oscar Wilde,  il y a l'humour, l'humanité de tous les romans (et ils sont nombreux) de Marie-Aude Murail, grande amoureuse de Charles Dickens (dont elle a écrit une biographie publiée également à l'École des Loisirs). En un mot, je me suis régalée, pas ennuyée une seconde ! Et, nananèreuuuuuu, mon exemplaire est dédicacé de l'auteure même ! Voilà.

Partager cet article

Repost 0