Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

2 articles avec neil gaiman

La belle et le fuseau

Publié le par Za

La belle et le fuseau
La belle et le fuseau

Ils avaient des noms, ces nains, mais les êtres humains n'étaient point autorisés à les connaître, ce genre de choses étant sacrées.
La reine aussi avait un nom, mais par ces temps on ne l'appelait plus que Majesté. Les noms n'abondent pas dans ce récit.

- Deux contes revisités avec intelligence pour n'en faire plus qu'un...
- Normal. Neil Gaiman transforme en intelligence tout ce qu'il touche comme l'autre, dont j'ai oublié le nom, le faisait avec l'or.
- Midas.
- ?
- Celui qui transformait ce qu'il touchait en or. Deux contes, donc. La Belle au bois dormant, bien sûr mais aussi Blanche-Neige, l'héroïne de cette histoire vénéneuse, accompagnée de trois des nains.
- Mais quelle Blanche-Neige ! Guerrière en armure, qui n'hésite pas à planter là son prince, la veille de leur mariage, pour courir l'aventure.
- Pas sûre d'ailleurs, que ce mariage l'emballe vraiment.
- Je ne te le fais pas dire !

La belle et le fuseau

- Tous les éléments du conte classique sont là : le château entouré de ronces, une vilaine sorcière super maléfique, un fuseau... Et puis le conte prend des chemins de traverses. Neil Gaiman le tord allègrement pour en faire une histoire originale et ébourriffante.
- Et Chris Riddell, dans tout ça ? Parce qu'on parlait d'or, tout à l'heure...

La belle et le fuseau

- De l'or, il y en a ! Dans les doigts de Chris Riddell, dans son oeil. Des images vertigineuses, noir et blanc, trouze milliards de petits traits (je suis fasciné par les petits traits et l'art si subtil de la gravure), et quelques touches d'or comme autant de points d'exclamation. Sa reine n'échappe pas aux stéréotypes cependant. Je lui ai trouvé un petit air de Lara Croft - le costume moulant sur des jambes interminables.
- Pfff, jalouse...

La belle et le fuseau

- S'tu veux, et j'admets que c'est aussi ce qui donne au conte cette allure moderne. Mais ce serait ma seule micro-réserve parce que pour le reste, c'est du grand art, de l'envoûtement. Les personnages ont autant de relief dans le texte que dans le dessin.

La belle et le fuseau

- Alors, conclusion ?
- Alboom !

La Belle et le fuseau
(The Sleeper and The Spindle, 2013-2014)
Neil Gaiman & Chris Riddell
traduit de l'anglais par Valérie Le Plouhinec
Albin Michel, 2015

 

logo challenge albums 2015

Partager cet article

Repost 0

coraline

Publié le par Za

Le courage, c'est quand on a peur, mais qu'on y va quand même.


 Gaff144876075.jpg

 

Chers parents, si un jour, d’aventure, vos minuscules ont émis l’hypothèse qu'ils seraient mieux considérés dans une autre famille, ce film est pour vous. Enfin pour eux…

Chers oncles, tantes, parrains, marraines, en butte à de ravissants tyrans de moins d’un mètre cinquante maudissant leur sort de sales enfants gâtés, ce film est pour vous. Enfin, pour eux…

Car dans la vie de Coraline, tout va de travers. Des parents très affairés, un déménagement  inopportun, une nouvelle maison de guingois, loin de tout, sans compter la pluie. Parce que, sachez-le, parfois, les éléments eux-mêmes se liguent avec les circonstances. Si vous voyez ce que je veux dire…

51VYijTpmUL._SS500_.jpg

 

Coraline est à l'origine un court roman de Neil Gaiman publié en 2002, aussi sec couronné d'une rafale de prix, tartiné de louanges et comparé à Alice au pays des merveilles, rien que ça – parce qu’à partir du moment où une petite fille passe dans un univers parallèle, vlan ! nous voilà du côté d’Alice. C’est bien d’avoir des repères simples. Quoi qu'il en soit, ce texte à peine terminé, Neil Gaiman demandait à son agent de le faire parvenir, au cas où, à Henry Selnick, réalisateur de l'Étrange Noël de Mr Jack...

 

Coraline a donc des parents très occupés - Petitou laisse-moi, j'ai une chronique sur le feu - qui ne lèvent guère les yeux de leur ordinateur - je n'en ai pas pour longtemps, sois patient. Ou va jouer. Mais tout seul. Au hasard de l'exploration de leur nouvelle maison, parce que les enfants désœuvrés finissent toujours par trouver de quoi s’occuper, n’est-ce pas mon mignon ? la demoiselle va trouver ailleurs l'attention qu’elle cherche, au risque de tomber sur de nouveaux parents formidables, copie conforme des siens, absolument disponibles, mais vaguement inquiétants. Oh, trois fois rien, ils ont de gros boutons noirs à la place des yeux, comme ces poupées de chiffon, figée à jamais sur un sourire cousu main.  Souriantes mais flippantes…

Coraline hésita. Elle se retourna. Son autre mère et son autre père venaient vers elle en se tenant par la main. Leurs yeux-boutons noirs étaient fixés sur elle. En tout cas, elle en avait l'impression. Elle n'aurait pu en jurer.

L'autre mère tendit sa main libre et, l'index replié, lui fit gentiment signe de revenir. Ses lèvres décolorées articulèrent les mots Reviens vite, mais aucun son ne sortit de sa bouche.

Coraline inspira profondément, puis fit un pas dans les ténèbres où murmuraient des voix étranges tandis que le hurlement du vent résonnait dans le lointain. Tout à coup, elle eut la certitude qu'il y avait quelque chose derrière elle, dans le noir - quelque chose de très ancien et de très lent.

Le texte de Gaiman est finalement assez abstrait. Et c’est ainsi que l'envoûtement fonctionne, de Charybde en Scylla. Neil Gaiman va à l'essentiel, nous livre un squelette, une ossature solide et inspirante, construite sur l’os, sans superflu.

Et le film, me direz-vous…

 

 

Tout commence avec ce générique, ces premières images percutantes, envoûtantes. La référence à Burton et Edward aux mains d'argent saute immédiatement aux yeux, sans parler de la musique de Bruno Coulais qui, s'il zyeute souvent du côté de Danny Elfman, a - encore une fois - bien révisé son Benjamin Britten... Le genre de générique qui vous ferre immédiatement.

Le film traduit à la perfection la fascination vénéneuse, noire, oppressante que les parents alternatifs exercent sur Coraline. Car, comme dans tous les contes, la sorcière est en embuscade, le chat noir rôde, les artistes de music-hall empaillent leurs chiens. Ah non, ça, ce n'est pas très courant. Pas plus que les acrobates dresseurs de rats savants, d'ailleurs. La parenté avec Burton est aveuglante, il n’y a qu’à voir les éléments végétaux pas rassurants - ces gens-là ont une manière de représenter les arbres qui pourraient me dégoûter des balades en forêt, si ce n'était déjà fait. 

L'action se tend comme le fil de l'araignée, entre beauté et terreur, scènes loufoques et suspens à couper au couteau.  À déconseiller aux plus jeunes. Petitou a fait quelques bonds. Si nous avions vu ce film au cinéma, sur un grand écran, il m'aurait certainement arraché un bras... Nous dirons donc qu'à partir de 8 ans, c'est jouable. Mais surtout, chers adultes qui accompagnez avec abnégation votre progéniture dans sa découverte de la création cinématographique, et regrettez parfois d'avoir si bon cœur, je vous jure que vous ne vous ennuierez pas (non, je n'ai rien contre Rebelle) ! Tout le monde en aura pour son argent, les grands et les petits, sans clins d'œil appuyés aux grands (non, je n'ai rien contre Shrek), sans guimauve mystique (non, je n'ai rien contre Brendan et le livre de Kells).

Coraline est, en un mot comme en cent, un pur moment de jubilation.

Partager cet article

Repost 0