Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

3 articles avec ransom riggs

1723 pages

Publié le par Za

Moi, l'été, je tourne des pages.

Za, blogueuse et lectrice impénitente

1723 pages

Intrigante, accrocheuse, cette couverture. Et l'annonce d'un roman dont l'héroïne est un gorille femelle, n'en parlons pas. Alors, on tourne autour, on l'ouvre, et on est embarqué par une histoire formidable, à mi-chemin entre l'intrigue policière et le roman d'aventure, formidable galerie de portraits, de la chanteuse de fado au maharadja.

1723 pages

Sally Jones, puisque c'est son nom, sait lire, écrire, manie la clé à molette avec génie. Mécanicienne à bord du Song of Limerick, elle est plongée dans une sombre histoire de complot (mais une histoire de complot n'est-elle pas toujours sombre ?) qui voit le capitaine Koskela accusé d'un meurtre qu'il n'a pas commis. Sally Jones n'aura de cesse que de prouver son innocence. Et c'est parti pour une enquête hors norme, menée - à la première personne - par l'intelligente et courageuse Sally Jones. 
Retenez le nom de Jakob Wegelius, auteur illustrateur suédois, à qui l'on doit aussi les images qui ouvrent le livre, les en-tête de chapitres.  Le 5 octobre paraitra Sally Jones, La grande aventure, récit qui se situe chronologiquement avant ce roman.

Sally Jones
Jakob Wegelius
traduit par Agneta Ségol & Marianne Ségol-Samoy
Editions Thierry Magnier, 2016

 

1723 pages

Et de 3 ! Miss Peregrine sera donc une trilogie. Ce dernier opus plonge le lecteur dans un univers encore une fois fort différent des précédents, Miss Peregrine et les enfants particuliers et Hollow City. Jack et Emma sont sur les traces de Miss Peregrine, des Ombrunes et des Particuliers enlevés par les Estres et sous bonne garde de redoutables Sépulcreux - ami lecteur, si tu n'as pas encore lu Ransom Riggs, cette phrase te paraitra sans doute obscure, j'ai fait exprès. Voici nos héros évoluant dans une version parallèle des bas-fonds de Londres, l'Arpent du Diable - nul doute que Ransom Riggs ait lu Le peuple d'en bas de Jack London. La bibliothèque des âmes est de loin le roman plus sombre de la série. Il galope sans un temps mort vers le dénouement dont je ne dévoilerai évidemment rien, même si, je l'avoue, il mitige un peu l'enthousiasme que j'aurai pu avoir pour ces enfants particuliers. Les photographies sont toujours-là, étranges et inquiétantes. Elles demeurent la marque de fabrique de ces romans à l'univers taillé sur mesure pour Tim Burton, évidemment. Rendez-vous le 5 octobre pour le film... Tiens, le même jour que la sortie des pré-aventures de Sally Jones...

Miss Peregrine et les enfants particuliers
La bibliothèque des âmes
Ransom Riggs
traduit par Sidonie Van den Dries
Bayard Jeunesse, 2016

 

1723 pages

Si, comme moi, vous avez dévoré le premier tome, Les fiancés de l'hiver, vous devriez retrouver avec plaisir Ophélie, la passe-miroir.  On ne peut que s'attacher à cette anti-héroïne maladroite, déterminée, à l'écharpe tout droit sortie d'un roman de Boris Vian. Christelle Dabos creuse avec bonheur le sillon du premier tome. Chaque lieu est un personnage à part entière, doté de ses propres pouvoirs, tout comme les protagonistes de cette histoire. Une enquête policière s'entremêle cette fois aux intrigues de cour. On évolue sans peine d'un ascenseur à un autre, d'un miroir à l'autre, dans la citacielle hostile et baroque de Farouk, l'esprit de famille du Pôle. Les faux-semblants s'accumulent, les coups de théâtre tiennent en haleine. Les disparus du Clairdelune  est un roman immersif et terriblement efficace. Et n'oublions pas la magnifique couverture signée Laurent Gapaillard !

La passe-miroir
Les disparus du Clairdelune, tome 2
Christelle Dabos
Gallimard Jeunesse, 2015

 

Partager cet article

Repost 0

hollow city

Publié le par Za

hollow city

Habituellement, je ne suis pas forcément très suite, je serais plutôt pour attendre que la série soit terminée, histoire de savoir à combien de tomes il faut s'attendre. Mais comment résister ici ?

Je m'en voudrais de dévoiler l'histoire - d'autant que je ne l'avais pas fait pour Miss Peregrine, ce qui est fort méritoire, vous l'avouerez. Mais si vous saviez dans quelle panade se trouve cette pauvre Miss Peregrine...

Le temps de reprendre pied dans la réalité angoissante de Jacob Portman, et c'est parti pour 500 pages sans un temps mort. Ce deuxième tome se déroule à Londres en septembre 1940, sur trois jours, pas un de plus, dans un compte à rebours implacable et cette fois encore sacrément bien ficelé. On y retrouve les héros du premier volume, aux prises avec des Sépulcreux décidemment entêtés. Le monde des particuliers se peuple peu à peu de nouveaux personnages, pour certains assez inattendus. Sachez, par exemple, qu'il existe des animaux particuliers...

hollow city

Moi qui m'angoisse pour un rien, j'ai franchement frissonné au détour de quelques photos pour le moins étrange, surtout si l'on se souvient qu'elle sont authentiques, bidouillées à l'époque par leurs auteurs, collectionnées des années plus tard par des passionnés de bizarre.

hollow city

On imagine sans peine combien ces clichés ont pu inspirer Ransom Riggs. On trouve cependant dans ce deuxième opus d'autres images, infiniment moins étranges ou morbides. Mais l'atmosphère de l'intrigue est un brin envahissante et le moindre décalage devient glaçant...

hollow city

Tout comme le premier tome, Hollow City n'est pas seulement un roman haletant, c'est aussi un bel objet, surprenant, inquiétant.

Hollow City
Ransom Riggs
traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Sidonie Van den Dries
Bayard Jeunesse

juin 2014
 

Partager cet article

Repost 0

miss peregrine et les enfants particuliers

Publié le par Za

51lfS3zFJWL._SS500_.jpg

 

Non.

Je ne vous raconterai pas Miss Peregrine et les enfants particuliers, que j’ai lu en deux jours.  N’insistez pas. Lisez plutôt le résumé de la quatrième de couverture, tiens !

Une histoire merveilleusement étrange, émouvante et palpitante. Un roman fantastique qui fait réfléchir sur le nazisme, la persécution des juifs, l’enfermement, l’immortalité.

Gnagnagnagnagna... Ah, l’indispensable résumé de la quatrième de couverture… Exercice de haute voltige ! Sauf qu'à mon sens, celui-ci n’a qu’un très lointain rapport avec l’histoire, à se demander si son rédacteur a seulement lu le roman jusqu’au bout.

Certes, il est question d’enfermement, d’immortalité mais point de réflexion sur le nazisme – convoqué ici de manière anecdotique, tant il est vrai que le nazi est un méchant très photogénique - et encore moins de réflexion sur la persécution des juifs – si ce n’est dans une scène où l’auteur frôle le (très) mauvais goût. À moins qu’il ne s’agisse d’une métaphore, mais si lourdingue que je me refuse tout simplement à l’envisager.

Mais alors, qu’est-ce qui se cache derrière cette énigmatique couverture, hein, hein ? Ne comptez pas sur moi pour soulever le moindre petit bout de voile sur cette histoire. Que dalle. D'autant que le livre est d'ores et déjà traduit dans une trentaine de langues (si, si !), c'est dire si c'est une découverte... L’intrigante photo de couverture devrait d’ailleurs suffire à vous mettre l’eau à la bouche. Regardez bien les pieds de la fillette, à quelques centimètres du sol, son regard fatigué, ce sérieux qui colle si mal à son âge...

Le texte seul ne brillerait pas par son originalité. Il brode autour de thèmes maintes fois abordés ailleurs : des enfants doués de pouvoirs particuliers, des créatures effrayantes, la quête de la vérité, un voyage dans le temps, une histoire d’amour…  Mais qu’est-ce que je raconte ? Oubliez immédiatement ce que vous venez de lire !

Non, ce qui m'a scotchée à mon hamac, c'est la maîtrise dont Ransom Riggs fait preuve pour son premier roman. 433 pages construites selon un scénario implacable, avec rebondissements et crescendo final – un bon film. D'ailleurs, ce serait pour 2013, avec Tim Burton dans le rôle du réalisateur ! Ransom Riggs est un vrai page turner à l’américaine (pléonasme), le genre d'auteur que vous suppliez de vous laisser aller faire pipi à la page deux cents, que vous implorez cent pages plus loin de vous permettre de souffler un peu vu que le hamac est désormais au soleil  et que je crame. Il y a du métier derrière tout ça, une technique impeccable, un pragmatisme d’horloger, un art qui ne laisse deviner ni ficelle ni échafaudage. Une fois que Miss Peregrine aura refermé ses serres sur votre nuque, vous comprendrez ce que je veux dire…

Mais l'idée géniale de Miss Peregrine repose sur les photos, qui illustrent le livre de leur glaçante étrangeté et lui confèrent un réalisme inattendu.6a00d8341c630a53ef0154324a70b4970c-320wi.jpg

 

Des photos que j’ai crues réalisées pour le livre, naïve que je suis, mais qui sont en réalité d’authentiques clichés, trésors de collectionneurs. Une fois intégrés à l’intrigue, de bizarres au premier abord, ils deviennent saisissants, mettent mal à l’aise et les moins spectaculaires feront courir de délicieux frissons le long de votre échine enduite de crème solaire…

 

tumblr_lqbuzrl0qG1r1daouo1_500-219x300.jpg

 

De ces images est née l'histoire, de ces enfants à mi-chemin entre Freaks et Edward Gorey. Edward Gorey que Riggs cite volontiers, comme une parenté qu'il partagerait avec Burton et qui me ravit au plus haut point."I was thinking maybe they could be a book, like 'The GashlycrumbTinies' ", he said "Rhyming couplets about kids who had drowned. That kind of thing."   (Los Angeles Times, 17 mai 2011)

51wwCH8f7lL._SS500_.jpg

 

Voilà, j’espère avoir été assez confuse pour vous donner envie d’aller voir Miss Peregrine et les enfants particuliers de plus près. Mais pas trop près, on ne sait jamais…

 

Miss Peregrine et les enfants particuliers

(Miss Peregrine's Home for Particular Children)

Ransom Riggs

traduit par Sidonie Van den Dries

Bayard Jeunesse, mai 2012

Partager cet article

Repost 0