Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

94 articles avec romans

Hugo de la nuit

Publié le par Za

Hugo de la nuit

Alors, le nouveau Santini, il est comment ?
Parce qu'on en est là. Depuis le Yark, Jonas ou le Journal de Gurty, on sait que cette seule signature est la garantie d'un excellent moment passé avec un livre comme un rendez-vous avec un excellent ami.
Commençons par la couverture. Elle est pas magnifique, la couverture ? Ces couleurs, ce dessin en ombres chinoises, délicat comme pas deux. Et ce fronton orné d'animaux nocturnes élégants, souligné d'une lampe/lune inattendue, c'est pas une splendeur ? Un véritable écrin ?

Hugo de la nuit

Mais je digresse, je préambule. Alors tout d'abord, sachez que votre dévouée Za n'a pas du tout la culture du film / du livre qui fait peur. Mais alors pas du tout. Et ce simple détail de la couverture aurait suffi, en d'autres temps, à me refroidir.

Hugo de la nuit

Mais je te suis, ô lecteur, toute dévouée - c'est écrit plus haut. Alors, j'ai bravé ma peur de la-main-crispée-crochue-qui-sort-du-sol et j'ai ouvert ce roman. Pour ne plus le refermer.

Hugo aurait dû ressentir de la peur, de la terreur même, à planer au-dessus du monde dans les bras d'un fantôme. L'enfant n'éprouvait pourtant qu'un sentiment d'abandon, tout au plus teinté d'une vague appréhension.

Hugo est un garçon de douze ans moins un jour, entouré de parents, d'une nourrice (grandiose), d'un chien, d'amour. Mais, car il y a un hic, voilà qu'une sombre - mais alors très sombre - affaire fait exploser la quiétude provençale et l'embarque - et nous avec - dans un tourbillon fantastique au sens propre du terme.
Vous avez lu L'étrange réveillon, un album de Bertrant Santini et Lionel Richerand, dans lequel des fantômes excessivement sympatiques sont invités à un banquet de fête ?

Hugo de la nuit

Eh bien, j'ai eu la très agréable impression des les retrouver, ces spectres. Mais en mieux. Je serais tentée de dire en plus vivant, s'ils n'étaient aussi franchement décédés. Ils sont magnifiques, ces fantômes : amoureux, touchants, truculents, tordants, un peu foldingues, terriblement savoureux. Ce sont eux, les véritables héros de ce roman. Bertrand Santini leur offre des chapitres d'une fraicheur jubilatoire. Chacun d'eux est traité par leur auteur avec bienveillance et amicale moquerie. Mention spéciale au Père Poudevigne, mon préféré...

"Benezet Trophime, dit Père Poudevigne. Disparu le 1er Aprilis 1503 à l'âge de quarante et un ans !
Cause du décès : Mort par noyade dans un tonneau de vin blanc."

Chacun de ces fantômes est une histoire en soi. Nicéphore, Dame Betti, Gertrude, Adélaïde, Cornille, Poudevigne, une petite société de morts s'étripant joyeuse autour d'une hypothétique poêlée de champignons, de scènes de ménage éternelles, de fous rires nerveux, d'amour maternel étouffant. Tout cela rend la mort bien douillette et finalement moins terrible que la vie.
Il y a aussi les zombies, juste affreux comme il faut - j'ai assez bien supporté, merci - avides, goulus, des zombies, quoi.
Au jeux des références, où seul Bertrand Santini aurait le dernier mot, derrière Kubrick, Shakespeare, Scoubidou, Gremlins, et d'autres choses horrifiques que je me refuse à entrevoir, il me vient encore un auteur qui m'a sauté aux yeux, à la mémoire, au coeur, avec ce passage :

En reprenant de l'altitude, il aperçut sa maison. "Qu'elle est petite !" songea-t-il, presque dans un rire. "Comment ai-je pu tenir là-dedans ?"

Allez, je vous raconte ma vie cinq minutes. Quand j'étais petite, il y avait chez moi un gros coffret de 33 tours (on dit vinyles, aujourd'hui). C'était Les lettres de mon moulin d'Alphonse Daudet, lues par Fernandel. Un chef d'oeuvre d'intelligence. Et de trouille aussi. Qui n'a jamais entendu la fin de La chèvre de Monsieur Seguin par Fernandel ne sait rien des terreurs enfantines et vespérales - parce qu'on n'écoute jamais ce genre de trucs le matin, allez savoir. Et pourquoi La chèvre de Monsieur Seguin ? Pour ça :

Une fois, s'avançant au bord au bord d'un plateau, une fleur de cytise aux dents, elle aperçut en bas, tout en bas dans la plaine, la maison de M. Seguin avec le clos derrière. Cela la fit rire aux larmes.
"Que c'est petit ! dit-elle; comment ai-je pu tenir là-dedans ?"

Et puis il y a l'emprunt des noms, comme un hommage, Cornille, Gringoire, ou l'esprit du texte, L'élixir du révérend père Gaucher et Les trois messes basses où le fameux Poudevigne pourrait se balader à l'aise.... Alphonse Daudet donc.
Et puis des noms qui sonnent doucement à mon oreille, Bouffarel - ici bien peu angélique... Et que dire d'Aza, cette merveille de nourrice, de ces gens qui ne peuvent aimer sans rouspéter. Elle, dans mon petit cinéma de lectrice, c'est l'Honorine de Marius - la sublime Alida Rouffe. Ces références ne bouleversont pas le jeune lecteur de 12 ans et + préconisé sur la quatrième de couverture. Mais ils font aussi la profondeur de cette histoire, la manière inimitable de raconter les histoires qui fait la patte de Bertrand Santini.
Alors, oui, Hugo de la nuit est un roman haletant, hilarant, effrayant, mais pour moi, c'est un livre tendre. Tendre comme la chair sous la dent acérée du zombie affamé, tendre comme les engueulades pagnolesques d'Aza, tendre comme une léchouille de Fanette - Gurty, on t'a reconnue !
Donc, pour résumer cette chronique beaucoup trop longue, Hugo de la nuit est désopilant, très bien écrit, flippant, terriblement attachant. Lisez-le ! Et comme ce samedi c'est la  Journée mondiale du livre et du droit d'auteur, achetez-le ! 

Hugo de la nuit
Bertrand Santini
Grasset Jeunesse, avril 2016

Partager cet article

Repost 0

mon école des loisirs #3

Publié le par Za

Elle aurait pu faire l'effort de m'appeler Violette. Mais non, il a fallu qu'elle choisisse Verte. Quelquefois j'ai eu l'envie de l'attaquer en justice. Mais quelquefois je l'aime et j'ai envie de lui offrir des vacances de rêve à Honolulu. Rien n'est plus fatigant qu'une mère. Etant entendu que je ne sais pas ce que c'est qu'un père.

mon école des loisirs #3

La première fois que j'ai rencontré Verte, il y a presque longtemps aujourd'hui, elle ne ressemblait pas à la jeune fille dessinée par Soledad Bravi. La première édition de ce roman avait pour couverture un dessin de Gaudelette, tiré de Radada la méchante sorcière. Autant vous dire que l'ambiance proposée était sensiblement différente...

mon école des loisirs #3

Ce premier roman, paru en 1996, racontait l'histoire de Verte, dernier rejeton d'une lignée de sorcières pas communes, pas commodes non plus. Des sorcières tout ce qu'il y a de moderne, vivant dans une ville banale, immeuble, appartement, tribu matriarcale, mais rien de trop voyant non plus. On est sorcière mais pas trop. L'histoire se raconte à plusieurs voix, chacun présentant son point de vue, ses doutes, ses agacements. Ursule la mère, Verte la fille, Anastabotte la grand-mère et un personnage masculin aussi, Soufi, l'ami/amoureux - à cet âge-là, on ne sait jamais vraiment.
Comment se construire une identité vivable, lorsqu'on trimblle une généalogie aussi peu banale, comment intégrer un père dans cette famille où la cocotte-minute ne sert pas qu'à préparer la soupe, vaste programme... Et défi relevé haut la main par une Marie Desplechin très en verve.

Pome débarque en 2007. Encore une sorcière... Ce deuxième roman gagne quelques personnages masculins. Soufi est rejoint par Gérard, le père, apparu dans Verte et par Ray, inénarrable grand-père, ancien commissaire de police, qui trouve bien des charmes à Anastabotte... La famille s'élargit avec bonheur.

Et puis Mauve en 2014. Un troisième roman bien différent. Plus profond, un peu venimeux - avec le personnage de Mauve-, tenté par l'aventure, par un surnaturel plus spectaculaire mais aussi bien ancré dans le monde - harcèlement, exclusion. On veut y brûler des sorcières. La différence fait désordre, chassons-la, rallumons les bûchers.

Le vieil appel s'est levé, il a enflé, il est monté vers le ciel. "Sorcières... Sorcières..." Des briquets se sont allumés dans la nuit. La bousculade autour de nous s'est aggravée.

Ces trois textes forment une trilogie cohérente et attachante, à lire d'une traite !

Verte, Pome, Mauve
Marie Desplechin
L'école des Loisirs
1996, 2004, 2014

Partager cet article

Repost 0

mon école des loisirs #2

Publié le par Za

Mon école des loisirs, ce sont aussi des romans, et parmi eux, une signature. Parce que s'il n'y en avait qu'une, ce serait Marie-Aude Murail. De ses personnages, Emilien est le premier à être venu vers moi, avec l'inénarrable Martine-Marie.

mon école des loisirs #2

Puis Simple, Miss Charity et Malo de Lange...

mon école des loisirs #2
mon école des loisirs #2

Et un jour, j'ouvre Oh, boy ! C'était avant. Ce roman date de 2000. Tout rond. Une époque pourtant si proche où on pouvait rencontrer un texte comme ça, sans craindre la moindre crispation. Un texte d'avant les pisse-vinaigre. Oh, boy ! est l'opposé absolu du roman à thème - que je déteste. Et pourtant Murail y aborde la question de la famille - ou ce qu'il en reste. Mais elle le fait tranquillement, sans chercher à imposer une quelconque idéologie. Et l'homosexualité d'un des héros n'est pas une question en soi, elle est un élément comme un autre du l'intrigue, ni plus ni moins. Tout cela nous donne un superbe roman d'amour et d'humour - magnifiquement adapté au théâtre par Catherine Verlaguet et mis en scène par Olivier Letellier.

mon école des loisirs #2

Les livres de Marie-Aude Murail m'ont appris que la littérature de jeunesse est avant tout de la littérature, et une littérature qui transcende les âges. Ils m'ont appris qu'un roman, c'est une histoire qu'on peut raconter sans se regarder écrire, sans prendre de pose. Le style de Marie-Aude Murail est tout ce que j'aime et tout ce que je respecte en littérature. Sans alourdir la phrase pour faire genre, en allant droit au but, droit au sens, l'écriture avance, sans se vautrer dans l'adverbe et l'adjectif. Cette efficacité, modeste et simple, laisse toute sa place aux personnages. Et quels personnages !

Alors donc, voilà. Ce deuxième épisode de mon école des loisirs était en réalité une déclaration d'admiration béate. Le prochain sera consacré à une chouette trilogie... Et pour la bibliographie de Marie-Aude Murail, les romans que je vous conseille ici et les autres, allez donc chez Ricochet !

Partager cet article

Repost 0

refuges

Publié le par Za

refuges

Lorsque la littérature dite de jeunesse s'empare d'un sujet d'actualité aussi brûlant, il arrive, dans le meilleur des cas, qu'elle le fasse sans faux-semblants ni manières, avec ce respect du lecteur qui consiste à imaginer, quel que soit son âge, qu'il puisse penser par lui-même. Et cela donne ce roman, un texte d'une acuité remarquable.
Il y a le fait d'actualité. Lampedusa, île minuscule située à 350 km de la Lybie est, depuis des années, la porte d'entrée en Europe de migrants et réfugiés venus d'Afrique, du Moyen-Orient. Une première lecture de ce roman consiste donc à s'approcher de cette situation pour la vivre de l'intérieur. Une seconde lecture attend l'auteur au tournant. Comment s'approcher du sujet, comment le rendre audible à un lecteur adolescent ?
Sans jamais affadir son sujet, Annelise Heurtier le croise avec l'histoire de Mila, adolescente romaine originaire de Lampedusa, une île qui lui est presque étrangère. Un drame familial pousse sa famille a y retourner, le temps d'un été. Retrouver des racines, se retrouver, chercher aussi refuge.
Deux écritures se font face, par chapitres intercalés. L'une, qui raconte l'été suspendu de Mila sur l'ile de Lampedusa, est introvertie. Elle tourne et retourne, explore, se demande, avance mais pas tout à fait. L'autre, qui parle à la première personne, est la voix des réfugiés qui abordent l'ile depuis la Libye toute proche, venant d’Érythrée. Cette autre face de l'écriture, bouleversante, est dépouillée de tout artifice. Des artifices qui seraient tout à fait inutiles, déplacés.
Ce que comprend Mila du drame qui se joue à Lampedusa est d'abord lointain. Puis s'impose à elle le courage des habitants de l'île, contrevenant à la loi parce que leur conscience le leur ordonne. Pas de grands discours dans ce texte, ni de démonstration de bonne conscience. Il ne s'agit pas de statistique, mais de destins, d'humanité.

Refuges
Annelise Heurtier
Casterman, 2015

Mirontaine, Lu Cie & Co et les Sandales d'Empédocle parlent aussi de ce roman.
A lire également, cet article de Libération.

Partager cet article

Repost 0

le journal de Gurty

Publié le par Za

Des trains, il y en a plein. Au moins quatre. Il y en a un pour Paris, un pour la Provence et puis un autre pour l'Amérique, mais celui-là, il vole.

le journal de Gurty

C'est justement du train pour la Provence que débarquent Gurty et son maître, sur le quai de la gare d'Aix-en-Provence, pour de longues vacances, du 1er au 42 juillet. D'ailleurs, une petite invraisemblance pour commencer, qui peut bien bénéficier de vacances aussi longues ? (à part moi, bien sûr)

Mais en attendant, je suis allée me coucher. La sieste dans le train m'avait épuisée et il fallait que je sois en forme pour demain, car j'aurais plein de vacances à faire.

Les vacances donc, à hauteur de Gurty, une très épatante bestiole. On savait que Bertrand Santini écrivait carrément bien - et ce texte le confirme une fois pour toutes. Et voilà que, lassé sans doute d'avoir à partager les projecteurs des dédicaces et l'admiration des admirateurs, il a illustré ce roman lui-même. Bien lui en a pris ! Qui d'autre aurait pu dessiner Gurty sans la trahir ? Qui d'autre aurait pu rendre si justement ce regard malin, cette truffe frémissante, ce poil enjoué, ce caractère ébourriffé ? (ou l'inverse) Qui d'autre aurait pu brosser cet hilarant bestiaire ?

le chat Tête de Fesses / l'écureuil qui fait hi hi / Fleur (c'est elle que je préfère)
le chat Tête de Fesses / l'écureuil qui fait hi hi / Fleur (c'est elle que je préfère)

le chat Tête de Fesses / l'écureuil qui fait hi hi / Fleur (c'est elle que je préfère)

Les vacances, c'est l'aventure, le grand air, les retrouvailles avec les amis, la rigolade. (et je m'y connais en vacances, croyez-moi) Cependant, je me permettrai ici une remarque. Quand je lis, je n'aime pas rire - parce que je lis le plus souvent allongée et que ça secoue le livre.
C'est pénible.
Et ça m'est arrivé souvent en lisant Le journal de Gurty.

A ma surprise générale, Gaspard m'a traité de cochonne et il m'a dit que c'était nul d'avoir tué "un animal comme moi".
Mais d'abord, c'est pas moi qui l'ai tué, le rat. Il s'ennuyait tout seul dans la cuisine, alors je l'ai mordu pour rigoler et ensuite, il est mort de vieillesse, peuchère. Et puis, le rat n'est pas "un animal comme moi". Lui, il est moche et noir, alors que moi je suis belle et en couleur.

Heureusement, ce texte est paré d'autres vertus que la pure rigolade. Car les livres, tout le monde le sait, c'est surtout fait pour faire réfléchir, notamment lorsqu'on s'adresse à des enfants, personnes au cerveau maléable, puisqu'en cours d'élaboration. Et j'en connais un rayon en cerveaux enfantins (comme dirait le Yark), vu que je passe une grande partie de mon temps à essayer d'en remplir une vingtaine (de cervelles). (le reste du temps, je suis en congés)
Grâce soit rendue à l'auteur de ce livre, ces vacances trépidantes et joyeuses sont également pour la candide Gurty l'occasion de se poser quelques questions essentielles, pour ne pas dire existentielles. A cet égard, nous lirons avec attention le chapitre en date du 32 juillet, intitulé Les oiseaux, une petite merveille du genre...

A ce sujet, des légendes prétendent que lorsqu'on meurt, on va au ciel. Si c'était vrai, ça ne changerait pas grand chose pour les oiseaux, de toute façon. Mais je trouve que ce ne serait quand même pas une raison pour les tuer de leur vivant.
Bizarre cette légende... Si elle était vraie, on ne saurait jamais si les oiseaux qu'on voit passer dans le ciel sont des vivants ou bien des morts.

J'arrive au terme de ce billet en me posant deux questions.
La première est importante, la seconde est cruciale.
La première donc : me suis-je bien fait comprendre ? Allez-vous, une fois ma chronique lue, vous ruer chez votre libraire indépendant le plus proche afin d'acheter ce roman échevelé et désopilant, qui vous tartinera de tendresse, à défaut de le faire de caca ? (car le caca est ici élevé au rang des beaux-arts, s'il en fallait un dixième)
La seconde me hante depuis plusieurs jours. Dans le rabat de la première de couverture, on peut lire ces quelques mots : Sous le pseudonyme de Bertrand Santini, Gurty a écrit et illustré ce livre elle-même. Cette phrase m'a fait frémir. Mais alors, lecteur chéri, si Gurty, toute mignonne et poilue qu'elle est, se révèle être la plume de Bertrand Santini, qui, je te le demande, lecteur égaré, alors qui, juste ciel, a écrit le Yark ?

le journal de Gurty

Le journal de Gurty
(Vacances en Provence)
Bertrand Santini
(à moins que ce ne soit la per
sonne à côté)
Sarbacane
collection Pépix
mai 2015 (c'est à dire tout de suite)

Partager cet article

Repost 0

des filles ! (non mais)

Publié le par Za

Deux livres, tous deux signés Stéphanie Richard, deux filles qui me plaisent !

des filles ! (non mais)

Ce que je déteste par-dessus tout, c'est quand on m'explique que je peux pas jouer au foot sous prétexte que je suis une fille ou que je ne sais pas me battre sous prétexte que... ben, pareil. Alors que je suis tout de même l'inventrice de la célèbre Prise de l’Éléphant.

Cette prise, dont je ne vous dirais rien, fait de Popy une justicière tout à fait respectée dans la cour de récréation. Popeline, dite "Popy", a une famille ou plutôt deux, ce qui fait une famille finalement, deux lieux de vie radicalement différents mais qui font d'elle une fille équilibrée et... décidée. Et puis il y a ce super pouvoir...

des filles ! (non mais)

... un super pouvoir qui lui donne un redoutable ascendant sur son entourage. Encore faut-il le contrôler, ce super pouvoir... Popy se rends compte qu'elle ne fait pas l'unanimité. Des lettres anonymes circulent. Car, toute à sa curiosité, Popy en oublie parfois de ménager la sensibilité de ses amis, de sa famille. Ce roman est une tornade d'une drôlerie et d'une énergie communicative, peuplée de personnages attachants et doucement déjantés - mention spéciale à Greutch le hérisson - et les dessins de Joêlle Dreidemy n'y sont pas pour rien si vous voulez mon avis.

des filles ! (non mais)

Popy la tornade
Stéphanie Richard & Joëlle Dreidemy
Editions Sarbacane
collection Pépix, 2015

des filles ! (non mais)

Pour tout vous dire, je n'ai jamais fait de danse quand j'étais petite. C'est comme le patin à roulette, ça ne m'est jamais venu à l'idée. Et puis le tutu, ça ne va pas à tout le monde, c'est même assez casse-gueule comme exercice, je trouve.

des filles ! (non mais)

A moins que la danse ne soit une nature. On est danseur/danseuse ou pas. L'héroïne de cet album, sacrifiée sur l'autel des regrets maternels, est constamment décalée et ne le fait vraiment pas exprès, je vous l'assure. Mais comment convaincre sa mère que non, décidément, elle n'aime pas la danse ?

des filles ! (non mais)

Cet album vif, rapide, bat en brèche les idées reçues avec humour, sans ironie, juste pour s'amuser, avec tendresse aussi. Mais ne serait-ce pas ainsi tellement plus efficace ?

J'aime pas la danse
Stéphanie Richard & Gwenaëlle Doumont
Editions Talents Hauts
avril 2015

 

logo challenge albums 2015

Partager cet article

Repost 0

Jonas, le requin mécanique

Publié le par Za

J'ai une sainte horreur des films qui font peur, et autant vous l'avouer, je n'ai jamais vu Les dents de la mer. Et je ne le verrai jamais car je tiens à continuer à me baigner dans la mer.

Jonas, le requin mécanique

Malgré une vrai gueule de l'emploi, Jonas est différent. C'est un acteur. Créé par l'homme, propulsé en son temps tout en haut du box office, il coule désormais une retraite paisible dans un parc d'attraction pour monstres vieillissants : vampires, zombies, dragons, martiens et fantômes - tout ce que j'aime... Quelle horreur... Sauf les dragons. Je le signale d'ailleurs en passant à l'auteur : les dragons, c'est pas pareil, faudrait voir à ne pas tout mélanger.
Mais tout lasse et surtout les monstres de pacotille. Jonas doit partir, quitter Monsterland. Sous peine de finir à la casse, il doit retrouver une nature qu'il  ne connait pas, et surtout découvrir sa propre nature de bête désormais libre.

Jonas, le requin mécanique

Dans cette quête, le requin perd beaucoup de lui pour finir par gagner l'essentiel. Et les humains qui l'avaient portés au pinacle de leur peurs délicieuses ne lui sont pas d'un grand secours, bien au contraire. Au long de son odyssée, Jonas croise un échantillon délicieux de l'humanité : des peureux, des méchants, des avides, des lamentables. Et c'est drôle.
A cet égard, je ne saurais trop vous conseiller le septième chapitre, Wanpanig Island. Jamais plus vous ne vous vautrerez sur la plage de la même manière. Jamais. D'autant que le texte, à cet endroit fort instructif, risque aussi de bouleverser considérablement les idées reçues qui sont fatalement les vôtres.

Depuis la nuit des temps, les requins suscitent une frayeur sans égale. Il est vrai que ces animaux tuent chaque année cinq ou six baigneurs imprudents. Mais si l'on considère que durant la même période, l'homme extermine cent millions de requins, force est d'admettre que ces gros poissons sont assez peu rancuniers.

Jonas, le requin mécanique

Toute communauté en proie à des peurs irraisonnées - pléonasme ? - s'organise, cherche le sauveur providentiel. Et Wanpanig Island ne déroge pas à la règle.

Jonas, le requin mécanique

Permettez -moi d'ailleurs de m'arrêter un instant sur ce personnage réjouissant : le Capitaine Grisby qui, comme son nom l'indique, n'est absolument pas un être vénal, non, non. Cet Achab lamentable est le héro de quelques moments de bravoure délicieux jusqu'à une fin spectaculaire et tout à fait morale - comme quoi des fois, on n'a que ce qu'on mérite. Non mais.

A son singe mort-vivant, fait écho le personnage de Loopy, le manchot, sorte de Jiminy Cricket version agaçante/attachante. Le débrouillard des mers est dôté d'une opiniatreté hors du commun, d'une bonne humeur inextinguible.
- Du large, crevard ! J'ai dix ans de cirque dans les nageoires ! Tu n'arriveras jamais à m'atraper !
- Tu vois bien que je ne veux pas te manger, voyons !
- C'est ça, prends-moi pour une huître ! ricana Loopy qui sautillait au-dessus des vagues comme sur un trampoline.
- Je cherche seulement à devenir ton ami, insista Jonas.
- Ha ! Ha ! Ton ami en sandwich, tu veux dire !
Le manchot nargua le requin par une ultime pirouette avant de disparaitre sous l'eau dans un grand éclat de rire.
- Allez, bye bye, tête de thon !

L'écriture de Bertrand Santini, l'auteur du Yark, fait encore une fois mouche. Il embarque d'abord le lecteur dans des aller-retours incessants entre une connivence drôlatique, un second degré jubilatoire, et l'empathie nécessaire à cette métamorphose. Paul Mager accompagne le texte de scènes impitoyables pour les humains - vraiment pas à la fête, parodiant les films de grosses bestioles avec humour, mais lui aussi sait regarder le requin avec sympathie.
Car le voyage de Jonas n'est pas que drôle - ou plutôt grinçant comme les rouages de l'animal déglingué. Il est aussi vraiment émouvant. Au bout du chemin, il y a une nouvelle peau, une autre vie. On n'est pas un monstre en toc toute sa vie, on peut changer, retrouvrer une nature sauvage sans guimauve ni anthropomorphisme. Un requin est un requin. Et rien d'autre.

Jonas, le requin mécanique

Jonas, le requin mécanique
Bertrand Santini & Paul Mager
Grasset jeunesse, octobre 2014

Et puis vous savez quoi ? Si vous voulez vraiment un avis éclairé sur ce roman, vous n'avez qu'à lire la quatrième de couverture ! (avec la Mare aux mots et la Soupe de l'espace)

Jonas, le requin mécanique

Partager cet article

Repost 0

Catherine Certitude

Publié le par Za

"A la proue du bateau voguant vers l'Amérique,
Surtout n'oubliez pas les amis de Paris,
Car, si New-York est belle et Broadway féérique,
Il ne faut pas renier notre parc Montsouris."

(poème de Monsieur Castérade)

Catherine Certitude

Dans ce monde où il est si tendance de brailler à la décadence de notre pays, de notre société,
dans ce monde littéraire où les coup éditoriaux et les meilleures ventes se calculent en litres de fiel,
dans ce monde de lecteurs - mais vont-ils vraiment les lire - où on engloutit la bile d'un ex première dame avant de se faire un rail de la peur et de la mauvaise foi d'un chroniqueur cathodique,
le prix Nobel de Patrick Modiano fait du bien.

Rendre ainsi hommage à un homme discret qui écrit sur la pointe des pieds, en s'en excusant presque, qui bâtit une oeuvre sans se répandre, tout cela est suffisamment rare pour qu'on s'y arrête un moment.

Et pourquoi pas pour relire Catherine Certitude.
 

Catherine Certitude

Catherine Certitude est née d'une rencontre dans Paris, trop belle pour être vraie, que raconte Sempé.
"Ils [Patrick Modiano et sa femme] étaient à une centaine de mètres. Je me suis dit, cette fois, c'est moi qui propose qu'on travaille tous les deux. Et je vais même inventer le sujet! Ma fille s'appelait "Catherine" à l'époque - elle a depuis choisi le beau prénom de sa grand-mère, Inga - et elle me séduisait par son aplomb, ses enthousiasmes. Il m'arrivait, pour rire, de l'appeler "Catherine Certitude". Quand je suis arrivé à la hauteur des Modiano, avant que Dominique ouvre la bouche, j'ai dit, sûr de moi: "Alors, voilà, nous allons écrire l'histoire d'une petite fille, danseuse, myope, qui porte des lunettes, qui va partir à New York, et qui s'appelle "Catherine Certitude". Maintenant, on s'y met!" (Sempé, Un peu de Paris et d'ailleurs, éd. Martine Gossieaux, 2011)

Catherine Certitude

Catherine est une merveille de petite fille, frêle, dont le portrait effleure à peine le papier. Elle est myope, comme son père. Et comme lui, elle a un truc imparrable pour changer le monde...

Je me souviens qu'à l'époque de Madame Dismaïlova, je m'exerçais pendant la journée à ne plus porter mes lunettes. Les contours des gens et des choses perdaient leur acuité, tout devenait flou, les sons eux-mêmes étaient de plus en plus étouffés. Le monde, quand je le voyais sans lunettes, n'avait plus d'aspérités, il était aussi doux et aussi duveteux qu'un gros oreiller contre lequel j'appuyais ma joue, et je finissais par m'endormir.

La mère de Catherine est danseuse, américaine, et elle est partie, ce n'est pas très clair, ça non plus, le mal du pays, ou autre chose de plus compliqué... Alors Catherine vit avec son père, une vie pimentée de la folie douce de cet homme doux. Mais elle danse elle aussi. Et sans lunettes, forcément.
L'univers de Catherine tient dans le Xème arrondissement de Paris, dans des crépuscules citadins, entre le magasin "Casterade & Certitude", le studio de danse, les bistrots, l'école.

Catherine Certitude

On lit ce court roman en fondant de tendresse pour les personnages si touchants, si vrais. La légèreté du dessin de Sempé affirme encore l'élégance du propos, la douceur, le charme qui s'en dégagent.

Catherine Certitude
Patrick Modiano & Jean-Jacques Sempé
Gallimard, 1988
folio junior, 1998

Pour finir, je me permets d'emprunter une image à Elise Gravel, une image qui se passe de commentaire.

Catherine Certitude

Et comme c'est aujourd'hui ton anniversaire, je te dédie, sorella mia, cette chronique, que tu liras là-bas, au pays de la maman de Catherine Certitude.

Partager cet article

Repost 0

hollow city

Publié le par Za

hollow city

Habituellement, je ne suis pas forcément très suite, je serais plutôt pour attendre que la série soit terminée, histoire de savoir à combien de tomes il faut s'attendre. Mais comment résister ici ?

Je m'en voudrais de dévoiler l'histoire - d'autant que je ne l'avais pas fait pour Miss Peregrine, ce qui est fort méritoire, vous l'avouerez. Mais si vous saviez dans quelle panade se trouve cette pauvre Miss Peregrine...

Le temps de reprendre pied dans la réalité angoissante de Jacob Portman, et c'est parti pour 500 pages sans un temps mort. Ce deuxième tome se déroule à Londres en septembre 1940, sur trois jours, pas un de plus, dans un compte à rebours implacable et cette fois encore sacrément bien ficelé. On y retrouve les héros du premier volume, aux prises avec des Sépulcreux décidemment entêtés. Le monde des particuliers se peuple peu à peu de nouveaux personnages, pour certains assez inattendus. Sachez, par exemple, qu'il existe des animaux particuliers...

hollow city

Moi qui m'angoisse pour un rien, j'ai franchement frissonné au détour de quelques photos pour le moins étrange, surtout si l'on se souvient qu'elle sont authentiques, bidouillées à l'époque par leurs auteurs, collectionnées des années plus tard par des passionnés de bizarre.

hollow city

On imagine sans peine combien ces clichés ont pu inspirer Ransom Riggs. On trouve cependant dans ce deuxième opus d'autres images, infiniment moins étranges ou morbides. Mais l'atmosphère de l'intrigue est un brin envahissante et le moindre décalage devient glaçant...

hollow city

Tout comme le premier tome, Hollow City n'est pas seulement un roman haletant, c'est aussi un bel objet, surprenant, inquiétant.

Hollow City
Ransom Riggs
traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Sidonie Van den Dries
Bayard Jeunesse

juin 2014
 

Partager cet article

Repost 0

comment remplir un cabas...

Publié le par Za

Prenez un temps menaçant, du genre couvert mais pas trop, du genre frais mais pas trop, enfin du genre suffisamment humide pour que la tondeuse à gazon cale à la moindre tentative, ce qui n'est finalement pas pire... Alors vient l'envie de remplir un cabas à ras bord, de rentrer et de se caler dans ce qui reste de soleil pour se régaler.

comment remplir un cabas...

Direction donc la médiathèque. Une averse plus tard, me voilà à l'orée de la caverne d'Ali Baba - qui se situe au bord de l'Oise, qu'on se le dise. Un paradoxe estival veut qu'il n'y ait aucun enfant en vue dans la section jeunesse. Je suis seule. Délice. D'autant que Petitou est en vacances de son côté et que je détiens sa carte, exempte de tout emprunt. Extase.

Ma médiathèque possède un rayon que j'adore, issu de la perplexité des bibliothécaires : le rayon des inclassables. En gros les alboumes dont on ne sait que faire, ni les classer dans une thématique particulière - ô joie ! - ni les envoyer au paradis des petitous ousk'ils seraient par trop malmenés, pire encore, où ils provoqueraient l'embarras des parents/enseignants prescripteurs. C'est généralement le secteur que j'explore en second, juste après le présentoir des nouveautés. C'est seulement après que je farfouille dans les autres rayonnages.

Ma récolte d'hier fut fructueuse : des alboumes que j'avais entrevus sur la blogosphère, des noms qu'on ne saurait rater, des couvertures alléchantes - je vous promets d'en chroniquer kek'z'uns !

comment remplir un cabas...

Et puis deux romans, Sacrées souris dont le sujet m'intrigue, et du coup me donne envie de me replonger dans L'élue, dévoré il y a très longtemps et qui me laisse un souvenir très fort.

comment remplir un cabas...

Mais tant qu'on y est, savez-vous que le Cabas possède une jolie page Facebook ?

couverture Ian Falconer / Victoria

couverture Ian Falconer / Victoria

Un lieu follement convivial mis à jour presque quotidiennement ouske, outre l'annonce de chaque nouvelle chronique, ce qui n'est pas rien, vous pouvez également suivre l'actualité brûlante de la littérature jeunesse - enfin surtout de l'alboume et de mes illustrateurs chéris, soyons honnêtes. Prenons au hasard l'exemple d'une information que je qualifierais de capitale :

comment remplir un cabas...

Alors n'hésitez pas à aimer cette page - comme ils disent. D'autant que c'est bientôt mon bloganniversaire et qu'il n'est pas impossible que j'organise ici et là-bas comme un petit concours...

A bientôt donc, mes gens !

 

Coeur de pierre / Séverine Gauthier & Jérémie Almanza / Delcourt, 2013

Je m'ennuie / Michael Ian Black & Debbie Ridpath Ohi / Seuil Jeunesse, 2013

Frère des chevaux / Michel Piquemal & Stéphane Girel / L'élan vert, 2012

Joseph avait un petit manteau / Simms Taback / Le Genévrier, 2011

Le livre abominable / Noé Carlain & Ronan Badel / Sarbacane, 2014

Drôle d'oeuf / Emily Gravett / Kaléidoscope, 2008

Sabotage / Isabelle de Catalogne & Marion Pradier / La joie de lire, 2010

J'en ai marre / Yann Fastier / Thierry Magnier, collection Tête de lard, 2014

Pomelo s'en va de l'autre côté du jardin / Ramona Badescu & Benjamin Chaud / Albin Michel Jeunesse, 2007

L'élue / Lois Lowry / Gallimard jeunesse, 2001

Sacrées souris / Lois Lowry / L'école des loisirs, 2014

Publié dans albums, romans

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>