Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

89 articles avec romans

Alice the movie, Alice the book

Publié le par Za

Alice, the movie...

Mouais...

 

Pas déçue des décors, non. Les forêts tarabiscotées de Tim Burton sont bien là et l'arbre de Sleepy Hollow nous fait de l'oeil. Les fleurs, les champignons sont tels que je les attendais: hallucinogènes, rien qu'à les regarder.Jusque là, tout va bien.

Pas déçue des costumes, des couleurs, non plus. Une explosion psychédélique, violette, orange, rouge, juste comme j'en rêvais.

Pas déçue de Johnny Depp (comment serait-ce possible ?) - parfait jusqu'à l'hommage rendu à sa merveilleuse moitié (les dents du chapelier fou, son sourire).

 

 

chapelier.jpg

 

 

La tête d'Helena Bonham-Carter est parfaitement effrayante et grotesque, Anne Hataway est une reine blanche aussi exaspérante que son pendant inverse, la reine de coeur. Le lapin blanc est tout mignon comme il faut, la chenille et le chat du Cheshire, épatants. Tim Burton est allé chercher des détails, des images, des mots (le Bandersnatch) dans les deux textes de Lewis Caroll.

 

Alors pourquoi suis-je sortie déçue, ennuyée d'être déçue, déçue de m'être ennuyée ? Deviendrais-je rabat-joie, voire snob avec l'âge, l'ai-je toujours été ? Ne répondez pas, merci.

 

Je m'attendais en fait à ce que Tim Burton entraîne Alice vers davantage de noirceur, vers ce ricanement que j'aime chez lui, depuis les impayables martiens de Mars Attacks jusqu'aux glaçantes Noces funèbres. Et dans l'univers d'Alice, il y avait de quoi faire ! Du noir, du cauchemardesque, de l'oppressant...

 

Et puis le scénario... On connaît Alice par Reine de coeur.

Ou du moins, on connaît le dessin animé de Walt Disney...

 

 

(just for my very dear friend Karen B.)

Pourquoi Tim Burton nous entraîne-t-il du côté de l'héroïc fantasy... Le combat d'Alice est inspiré du dessin de John Tenniel, qui illustra l'édition originale, si je ne me trompe:
jabberwock013.jpg
L'épée vorpaline ("He took his vorpal sword in hand...") devient une sorte d'Excalibur bien briquée et rien ne nous est plus alors épargné, jusqu'au combat dans la tour en ruines, avec montée et descente d'escalier, le classique... Et le premier quart d'heure... Je passe, tellement c'est curieux de trouver ça là.
Intriguée par l'intrigue (!), j'ai tiré de leur étagère, où ils dormaient côte à côte sous un peu de poussière (et alors?), une vieille édition d'Alice au pays des merveilles &  De l'autre côté du miroir en français, et son pendant en anglais. Oui, oui, lecteur fidèle, tu as bien lu, je me lance dans la VO, non sans appréhension, mais j'y vais !
Première difficulté pour moi, Lewis Caroll est un tritureur de la langue et moi, je ne sais pas faire la différence entre un mot anglais lewiscarollement bidouillé et un mot anglais que je ne comprends pas parce que je ne le connais pas... Exemple pour anglophone confirmé (voire natif):
"T'was brillig, and the slithy toves
Did gyre and gimble in the wabe:
All mimsy were the borogoves,
And the mome raths outgrabe."

Ah, les mome raths... Que nous retrouvons ici, d'ailleurs:
...où là, au deuxième plan ("Well, a rath is a sort of green pig: but mome I'm not certain about. I think it's short for from home - meaning that they'd lost their way, you know.")

mome-raths015.jpg
J'aime beaucoup cette illustration (toujours John Tenniel, 1865), un peu Jérôme Bosch, non ?
Vaguement perdue dans tout ça, j'ai adopté une lecture en double, jonglant d'un livre à l'autre, pas pratique quand on lit au lit (en fait, je viens d'inventer l'édition bilingue pour lecteur muni de plusieurs bras)...  Et je ne les ai plus lâchés, les deux, l'angliche et l'autre, ma béquille, ma roue de secours.
Cette lecture peut avoir l'effet d'un stage d'apnée, tant le texte est touffu, bavard (au bon sens du terme). Le rêve/cauchemar est là, sans queue ni tête, sans début ni fin, sans limites que celles du plateau d'un jeu d'échecs absurde et impitoyable ("Off with his head !"). Les gigots et les puddings parlent, les brebis tricotent au fond d'une obscure boutique où coule une rivière, les chevaliers tombent de leur cheval en déclamant des vers obscurs...
Alors, ne vous étonnez pas, les un(e)s & les autres, si un jour je vous salue d'un "You can't think how glad I am to see you again, you dear old thing !" (the Duchess to Alice), ce sera juste une reminiscence, l'envie parfois de passer de l'autre côté du miroir...J'en garde aussi la certitude qu'il faut croire au moins une fois par jour à quelque chose d'impossible, j'y travaille, j'y travaille...
"...when I was your age, [said the Queen], (...) sometimes, I've believed as many as six impossible things before breakfast."

"Dreaming as the days go by,
 Dreaming as the summers die:
 Ever drifting down the stream-
 Lingering in the golden gleam-
 Life, what is it but a dream ?"

http://idata.over-blog.com/2/99/28/34/divers/defi_classique.jpg

Partager cet article

Repost 0

la douane volante

Publié le par Za

Un titre mystérieux pour un livre qui ne l'est pas moins.

J'ai souvent beaucoup aimé les albums de François Place:

 


http://ecx.images-amazon.com/images/I/613xawOTZhL._SS500_.jpg
http://ecx.images-amazon.com/images/I/51A4YWzDb2L._SS400_.jpg



http://ecx.images-amazon.com/images/I/51TT9G6BXvL._SS500_.jpgLà, c'est un roman qui nous attend.


http://ecx.images-amazon.com/images/I/512vBVmEpLL._SS500_.jpg

Le récit débute en Bretagne en 1914. Le personnage noir de la couverture, en décalage avec le début du récit et l'époque évoquée nous amène doucement vers des atmosphères de brumes, de pierre, d'eau, où la mer se confond avec les canaux. Car Gwen le Tousseux, le jeune héros de ce roman, semble avoir voyagé dans le temps, emporté par une sinistre charrette noire... Il croisera sur sa route des médecins, des voleurs,  un oiseau attachant et grotesque, des enfants semblant tout droits sortis d'un roman de Dickens et l'inquiétante,  l'omniprésente Douane volante...

 

Le style de François Place colle aux atmosphères froides et cotonneuses de son récit, atmosphères contrastant avec la violence des situations, des rapports humains, des personnages. Les phrases ciselées, polies,  soupesées, sont un vrai bonheur de lecture, dont on aimerait souligner et garder certains passages pour être sûr de pouvoir les relire plus tard:

 

" Long, long, très long voyage, et la voûte si près du crâne, la fatigue plaintive de l'essieu, le grincement des roues et le vacarme de leurs grands cercles de fer, les pas lourds du cheval, le bois qui gémit à chaque ressaut de la descente, et le noir absolu dans lequel tout cela se propage, et qui fait qu'on est soi-même pierre, sabot, bois, fer, et tête de douleur."

 

" On reprit notre lente glissade que la brume rendait fantomatique. La plate, dans ce grand silence ouaté, semblait flotter dans l'espace, appuyée sur son reflet."

 

"Si belles, si sages, toutes ces façades. Rien qu'à les regarder, je savais que je me cognerai contre."

 

J'ai lu après coup que François Place s'était inspiré d'un tableau du peintre Jan van Goyen.

http://www.essentialvermeer.com/dutch-painters/dutchimages_two/van_goyen_c.jpg


http://images.artnet.com/artwork_images_767_450160_janjosefszvan-goyen.jpg

 

Ces belles et inquiétantes façades de briques m'en ont rappelé d'autres, pas si lointaines dans le temps, si proches de mon coeur...

 

IMG_0396.JPG

 

"La douane volante" est publiée par Gallimard Jeunesse (à partir de 12/13 ans).

 

 

Partager cet article

Repost 0

parler des livres

Publié le par Za

"Après le plaisir de posséder des livres, il n'y en a guère de plus doux que d'en parler. "
Charles Nodier, 1780-1844

N'est-ce pas,  Christine ?  Isn't it, Karen B. ?
Qu'y a-t-il en effet de plus agréable que de partager ses enthousiasmes, déceptions, énervements, souvenirs de lecture, rencontres de lecteurs, amitiés et connivences livresques... Pour ce qui est des déceptions ou des énervements, vous n'en verrez pas trace ici. Les livres qui me tombent des mains finissent dans le carton "à donner" et ciao!

Avant de m'attaquer aux Trois Mousquetaires & profitant des vacances puis d'un climat qui ne vous laisse guère qu'un choix: lire, j'ai fait la connaissance de Bartleby ("Herman Melville est un dieu" - Maurice Sendak). Un être énigmatique et minéral, qui vous laisse d'abord perplexe, puis vous angoisse un brin, avant de finalement vous hanter un chouïa, lui et  son "I would prefer not to", longtemps après avoir refermé le livre (belle édition d'ailleurs, Allia).

"I would prefer not to"... L'angoisse du traducteur...


bartleby003.jpg

Mais revenons à nos mousquetaires. Voici donc que je quitte à regrets Portos, Aramis et Athos. Surtout Athos... Pas d'Artagnan. N'en déplaise aux béarnophiles et vu de mes yeux anachroniques de femme du XXIème siècle (si, si, j'ai des yeux anachroniques ! Je suis sûre que personne ne l'avait remarqué et ça me vexe un peu...), ce d'Artagnan, quel mufle ! Un peu cornichon aussi, non ? Alors qu'Athos... Quelle classe... Même si, comme me l'a fait remarquer un ami cher et lecteur invétéré, "qu'est-ce qu'il picole !" J'en conviens.

 

Parler des livres... Que dire des Trois Mousquetaires ? Tout a été dit. Tu as raison Christine, il y a tout là-dedans: amour, humour, aventure, suspens... Ah, la fin de Milady... Quelle femme, cette Milady ! Et le dîner chez la maîtresse de Porthos... Le Cardinal...

Il y a, dans un coin du livre, une fable délicieuse à mes yeux anachroniques etc, etc...La voici:


"- Comme c'était au temps des guerres des catholiques contre les huguenots, et que [mon père] voyait les catholiques exterminer les huguenots et les huguenots exterminer les catholiques, le tout au nom de la religion, il s'était fait une croyance mixte, ce qui lui permettait d'être tantôt catholique, tantôt huguenot. Or, il se promenait habituellement, son escopette sur l'épaule, derrière les haies qui bordent les chemins, et quand il voyait venir un catholique seul, la religion protestante l'emportait aussitôt dans son esprit. Il abaissait son escopette dans la direction du voyageur; puis lorsqu'il était à dix pas de lui, il entamait un dialogue qui finissait toujours par l'abandon que le voyageur faisait de sa bourse pour sauver sa vie. Il va sans dire que lorsqu'il voyait venir un huguenot, il se sentait pris d'un zèle catholique si ardent, qu'il ne comprenait pas comment, un quart d'heure auparavant, il avait pu avoir des doutes sur la supériorité de notre sainte religion. Car moi, Monsieur, je suis catholique, mon père, fidèle à ses principes ayant fait mon frère aîné huguenot.
- Et comment a fini ce digne homme ? demanda d'Artagnan.
- Oh ! de la façon la plus malheureuse, Monsieur. Un jour, il s'était trouvé pris dans un chemin creux entre un huguenot et un catholique à qui il avait déjà eu affaire, et qui le reconnurent tous deux; de sorte qu'ils se réunirent contre lui et le pendirent à un arbre; puis ils vinrent se vanter de la belle équipée dans le cabaret du premier village où nous étions à boire, mon frère et moi.
- Et que fîtes-vous ? dit d'Artagnan.
- Nous les laissâmes dire, reprit Mousqueton. Puis, comme, en sortant de ce cabaret, ils prenaient chacun une route opposée, mon frère alla s'embusquer sur le chemin du catholique, et moi sur celui du protestant. Deux heures après, tout était fini, nous leur avions fait à chacun son affaire, tout en admirant la prévoyance de notre pauvre père qui avait pris la précaution de nous élever chacun dans une religion différente."




J'ai rejoint le défi:

et puis aussi celui-là:

Partager cet article

Repost 0

a witch !

Publié le par Za

Et voici un enfoncement de porte ouverte. Et largement ouverte même !

Aimer Roald Dahl n'est pas très original. Mais s'y plonger, y replonger est toujours un vrai moment de gourmandise. Après Fantastic Mr Fox, nous voici aux prises de redoutables Sorcières, horrifiquement illustrées par Quentin Blake (vrai génie à mon sens).

Mon moment préféré, un pur délice, se trouve page 11, alors que je lis, sans ciller, sans quitter le texte des yeux, en détachant chaque mot, d'une voix juste un petit peu plus grave, le passage suivant:


"Maintenant, vous savez que votre voisine de palier peut être une sorcière.
Ou bien la dame aux yeux brillants, assise en face de vous dans le bus, ce matin.
Ou cette femme au sourire éblouissant qui vous a offert un bonbon, au retour de l'école.
Ou encore (et ceci va vous faire sursauter !) votre charmante institutrice qui vous lit ce passage en ce moment même. Regardez-la attentivement. Elle sourit sûrement, comme si c'était absurde. Mais ne vous laissez pas embobiner. Elle est très habile.
Je ne suis pas, bien sûr, mais pas du tout, en train d'affirmer que votre maîtresse est une sorcière. Tout ce que je dis, c'est qu'elle est peut en être une. Incroyable ? ... mais pas impossible !"


Et là, je lève les yeux du livre et je remercie intérieurement Roald Dahl.
Merci.
Merci pour ces bouilles:

bouilles002.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans romans, Roald Dahl

Partager cet article

Repost 0

Minusman et Fantastique Monsieur Renard

Publié le par Za

Me revoilà, moi et ma manie d'assommer les petits enfants avec la lecture de textes  édifiants! Dès la première heure, à peine ont-ils eu le temps de s'asseoir et de vider leur cartable que je les attaque tout en férocité avec ce moment de lecture, dite "lecture offerte" par les textes officiels. Parce que je me connais, je termine toujours la journée en retard, par "l'affolement de 16 heures 29", alors, c'est comme l'anglais (qui suit presque invariablement le moment délicieux où je les oblige à m'écouter), autant le faire tout de suite ! Et, de toute manière, ils sont coincés là, dans la même pièce que moi pour au moins cinq heures (si j'enlève les récrés et les séances de sport)...

Lus récemment donc:


 http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/6/4/7/9782211092746.jpghttp://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/3/8/2/9782211081283.jpg
http://www.nathaliebrisac.com/livres/minus.jpg



















Mon préféré, c'est Minusman.
Dans la vie d'Isaac, alias Minusman, il y a trop d'injustice. A la maison, à l'école, l'injustice est partout. Jusqu'au jour où il rencontre la sorcière Yapa qui lui confie LA formule magique qui va tout changer: "Vous êtes en train de commettre une grave erreur. Réfléchissez plus longtemps." Un roman de Nathalie Brisac (Mouche de l'École des Loisirs), court et sensible, où les grands ont autant à apprendre que les petits.

Extrait: "Mon frère a fini le pot de Nutella et il ne reste rien pour mon petit-déjeuner. Mon frère, un ogre, se lève avant moi pour aller au collège; ça doit être fait exprès. Si j'étais Minusman, aucun grand frère ne pourrait faire ça ! A la troisième tartine, le pot de Nutella leur échapperait des mains et il en resterait toujours pour les plus petits. Mais voilà, en vérité, dès le matin, il n'y a aucune loi pour nous protéger."

http://www.culture24.org.uk/asset_arena/7/59/20/202957/v0_master.jpg
Quentin Blake


Mr-Fox004.jpg
Jill Bennett

J'ai enchaîné avec "Fantastique M. Renard" de Roald Dahl, dans une édition de poche,  même pas illustrée par Quentin Blake, mais par Jill Bennett, pas mal non plus. J'ai été tout à fait surprise par la qualité du silence qui s'est installé au bout de trente secondes.  Je ne m'y attendais pas; je  crois ces petites personnes plus blasées qu'elles ne le sont réellement. J'ai tort, quel bonheur !
Il faut dire qu'on tient là un vrai suspens, de vrais affreux ! Et  un vrai héro ! Quelle classe, ce renard, un peu dandy, un peu désinvolte, un renard, quoi, dans la grande tradition du Goupil.

 

Pour finir, un fois n'est pas coutume, un album que je n'ai pas encore lu mais dont le sujet me plaît beaucoup: l'histoire d'un chien qui aime les livres à la folie et qui,  pour assouvir et partager cet amour devient ... libraire.

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41yNeQ26HKL._SS500_.jpg

 

le 12 avril 2010, je viens de lire cet album !

Des illustrations légères et tendres, une mise en page aérée, une si jolie histoire, où les livres, partégés avec générosité deviennent un remède contre la solitude.

Partager cet article

Repost 0

les grandes personnes, vaudrait mieux en faire de la soupe !

Publié le par Za

C'est le titre d'un livre de Guus Kuijer (qui parmi vous saurait le prononcer ?).

Énervement n°1:
Il est de bon ton, dans certains cercles littéraires de mépriser la littérature de jeunesse, d'en faire une sous-littérature mièvre et inutile, tant il est merveilleux de lire Dostoïevski à 12 ans ! J'exagère à peine, je l'ai entendu à la radio, il y a quelques temps, dans la bouche d'un philosophe connu. Et là, je me retrouve en train de crier à mon poste : " Et Ponti, et Ungerer, c'est des coureurs cyclistes, peut-être ?! "  Ridicule, d'autant que je suis seule dans la pièce, personne pour profiter de ce bel énervement... Habituellement, j'aime mieux quand il y a un peu de public...

Énervement n°2:
Moi - Tu avais un livre à lire pendant les vacances ?
Demoiselle L., élève de 6ème - Oui, plusieurs chapitres des Métamorphoses d'Ovide, j'ai rien compris, et on avait un DM (devoir à la maison) dessus..

Grrrrrr.... Est-il vraiment urgent de faire lire Ovide à des élèves de 6ème ? J'entends, sans les accompagner dans cette lecture, non, mais en leur confiant simplement le livre à la veille des vacances,  " vous me lirez ça pour la rentrée. Circulez". Comprenons-nous bien, je ne suis pas en train de vous refaire le plan de la Princesse de Clèves.. Je n'ai rien contre l'idée d'initier nos petits bouts de lecteurs aux bons vieux classiques. Moi même, en classe... Mais c'est une autre histoire... Pourrait-on au moins essayer de le faire moins brutalement, s'il vous plait...

Je me demande souvent comment on peut transmettre à son tour ce qui vous a été donné, un jour, avec générosité, le sourire au coin des lèvres, la connivence en plus ?  Qu'est-ce qui fait naître un lecteur curieux, avide, heureux ? Cultivé, certes, mais d'abord heureux !
Pour les petits, pas de doute, il faut leur donner des textes à entendre ( ce qui satisfait pleinement mon goût du one-maîtresse-show !). Tout est bon à prendre, tout est bon à lire: Marie-Aude Murail (first !), Roald Dahl (ah ! contrefairrre la voix de la Grrrandissime Sorrrcièrrre), les aventures d'Ulysse, Andersen, Fifi Brindacier, Alice au pays des merveilles, le Petit Nicolas (ça marche toujours très bien), Susie Morgenstern, les contes de tous les continents et de tous les temps, Peau d'Ane, la Barbe-Bleue, le Petit Poucet, le Minotaure, Jason et la toison d'or, Baba Yaga, Soundiata l'enfant-lion, Nasreddine Hodja... Je vous cite ceux-là parce que je les ai tous essayés, avec bonheur.

Tiens, en parlant de Nasreddine Hodja, l'autre matin, ouvrant le manuel de Français (Facettes/Hachette) avec mes CM1 pour chercher un exercice sur l'imparfait, visez un peu ce que j'ai trouvé:

jdarwiche054


Si, si ! Notre Jihad dans les manuels scolaires !!! Bon, cette phrase s'adresse un peu exclusivement à certains de  mes fidèles lecteurs & amis... Pour ceux ne le connaîtraient pas, Jihad Darwiche est sans conteste le meilleur conteur de tous les temps, et je n'exagère pas (comme si c'était mon genre, d'ailleurs...) ! Ses nombreux recueils de contes se trouvent  sur les rayonnages des (bonnes) bibliothèques & des (excellentes) librairies. C'est également un être humain comme on en croise rarement, un ami très cher, un frère.  
 http://www.mondoral.com/spip.php?rubrique97


http://www.actusf.com/spip/IMG/jpg/LeBonheurSansPrevenirMoyen.jpgMais revenons à Guus Kuijer, parce que  moi, j'aime les livres Guus Kuijer (et que je ne me lasse pas son nom...) !  Et, délice, parmi les nouveautés de ce printemps, avec les hirondelles qui ne manqueront pas de revenir investir  les poutres du porche de la maison, arrivera également  le nouveau Guus Kuijer: "Porté par le vent vers l'océan". C'est le quatrième tome des aventures de Polleke (traduit en Français par Pauline). Pauline a un PC (père compliqué) aux prises avec la drogue, une maman qui file le parfait (?) amour avec l'instituteur, un amoureux, Mimoun, des grands-parents à la campagne, un veau comme animal de compagnie.
Tout ça se passe aux Pays-Bas, dans un quartier populaire d'Amsterdam. Il est question d'amour, de famille, d'amitié, ça part dans tous les sens, c'est vivant, bref, ça décoiffe ! Guus Kuijer ne s'encombre pas de politiquement correct, de langue de bois gnan-gnan. Et, j'allais oublier, en plus, c'est drôle !

Les quatre tomes des aventures de Pauline (" Unis pour la vie", "La vie, ça vaut le coup", "Le bonheur surgit sans prévenir" (j'aime ce titre) et "Portés par le vent vers l'océan") sont édités par l'École des Loisirs.



Partager cet article

Repost 0

pourquoi j'ai aimé lire la Princesse de Clèves...

Publié le par Za

C'est l'histoire d'un livre qu'on traîne sur ses étagères depuis si longtemps... Je ne sais même pas d'où il vient, peut-être est-il hérité de la bibliothèque du 4 place Cassaignol, Narbonne, Aude.

Il est relié de cuir gris-bleu. Il a voyagé d'une maison à l'autre, d'un carton à l'autre. Il est de ces livres qu'on croit connaître tant il est classique, dont on a dû lire des extraits dans son Lagarde & Michard, mais sans aller jusqu'à l'ouvrir.

Et puis un beau matin, à la radio, j'entends qu'on suggère qu'il est ridicule de le lire à l'école... Et voilà la (mauvaise) raison qui me pousse à le chercher. Je le pose sur ma table de nuit, au sommet de la pile vertigineuse des livres à lire... où je l'oublie. Mais il figure pourtant en bonne place parmi ce que j'appelle "mes romans de la quarantaine". C'est mon syndrôme quarantenaire à moi. Je rattrappe mes lectures en retard: Proust, Dickens, Stevenson, Dumas, Melville...

Et puis, un jour, l'envie de prolonger une visite au Louvre et je me lance. A nous deux Princesse !  Ceci dit, j'aurais dû m'entrainer à l'apnée avant... C'est touffu, touffu, tarabiscoté...

Portrait-d-une-jeune-fille-de-la-maison-d-Este-vers-1433.jpg" Il y a des personnes à qui on n'ose donner d'autres marques de la passion qu'on a pour elles que par les choses qui ne les regardent point; et, n'osant leur faire paraitre qu'on les aime, on voudrait du moins qu'elles vissent que l'on ne veut ête aimé de personne.[...] Et ce qui marque mieux un véritable attachement, c'est de devenir entièrement opposé à ce que l'on était, et de n'avoir plus d'ambition, ni de plaisir, après avoir été toute sa vie occupé de l'un et de l'autre."

Mais il y a là ce que j'aime ( à petite dose, j'entends ): l'imparfait du subjonctif  et le point virgule...

Rien n'est dit, tout est corseté, les sentiments emmurés. On s'épie. Quelques regards déclenchent des cataclysmes. On se meurt de tristesse et d'amour.

" Je perds par mon imprudence le bonheur et la gloire d'être aimé de la plus aimable et de la plus estimable personne du monde; mais si j'avais perdu ce bonheur sans qu'elle en eût souffert et sans lui avoir donné une douleur mortelle, ce me serait une consolation; et je sens plus dans ce moment le mal que je lui ai fait que celui que je me suis fait auprès d'elle."

Et cette manière d'utiliser sans cesse la négation: "sa passion n'était point diminuée", "il ne lui était pas indifférent", "M. de Nemours n'était pas effacé de son coeur"...

Et quand je dis tarabiscoté: "La jalousie n'avait point de part à ce trouble: jamais mari n'a été si loin d'en prendre et jamais femme n'a été si loin d'en donner"...

Finalement, je ne sais pas tout à fait expliquer pourquoi cette lecture m'a emportée et ravie. Mais j'ai refermé à regrets le petit livre gris-bleu.

Le suivant, en haut de la pile ?
Les trois mousquetaires !!








Partager cet article

Repost 0

Marie- Aude Murail & Charles Dickens

Publié le par Za

Deux lectures de décembre:

http://www.gallimard-jeunesse.fr/medias/06//21017849607.gif
Celui-ci est un classique de saison. Remarquablement traduit, à mon sens, par Marcelle Sibon. Il fait partie de ces livres qu'on pense avoir lus, tant ils sont familiers, et puis non. Et c'est le bonheur, l'émerveillement...


miss-charity2.jpg

Vrai/faux roman pour la jeunesse (563 pages), voici Miss Charity, petite demoiselle londonienne des années 1880. Elle grandit seule, dans sa nursery, en compagnie d'une bonne écossaise dont la folie ne fera que grandir au fil des années. Pour tromper sa solitude, Charity s'entoure de bestioles en tout genre: lapins, hérissons, oiseaux, canards, corbeau, qu'elle commence à peindre. Quinze ans plus tard, elle les fera vivre dans des histoires qui remporteront un incroyable succès et feront d'elle une femme indépendante, espèce rare et scandaleuse à cette époque (ce roman est librement inspiré de la vie de Beatrix Potter, l'auteure du délicieux  Peter Rabbit).

On suit Charity pendant une quinzaine d'années, en étouffant un peu avec elle de cette éducation que recevaient les filles, élevées pour être les épouses de d'hommes (plus ou mois) convenables. Charity est un auteur, courant ainsi le risque de devenir une vieille fille excentrique (horreur!).

Mais d'abord, dans ce roman, où l'on croise Georges Bernard Shaw (délicieux & cocasse), Oscar Wilde,  il y a l'humour, l'humanité de tous les romans (et ils sont nombreux) de Marie-Aude Murail, grande amoureuse de Charles Dickens (dont elle a écrit une biographie publiée également à l'École des Loisirs). En un mot, je me suis régalée, pas ennuyée une seconde ! Et, nananèreuuuuuu, mon exemplaire est dédicacé de l'auteure même ! Voilà.

Partager cet article

Repost 0

demain, c'est la rentrée...

Publié le

" - Moi, déclara Zazie, je veux aller à l'école jusqu'à soixante-cinq ans.
- Jusqu'à soixante-cinq ans ? répéta Gabriel un chouïa surpris.
- Oui, dit Zazie, je veux être institutrice.
- Ce n'est pas un mauvais métier, dit doucement Marceline. Y a la retraite. [...]
- Retraite mon cul, dit Zazie. Moi c'est pas pour la retraite que je veux être institutrice.

- Non, bien sûr, dit Gabriel, on s'en doute.
- Alors c'est pourquoi ? demanda Zazie.
- Tu vas nous expliquer ça. [...]
- Pour faire chier les mômes, répondit Zazie. Ceux qu'auront mon âge dans dix ans, dans vingt ans, dans cinquante ans, dans cent ans, dans mille ans, toujours des gosses à emmerder.
- Eh bien, dit Gabriel.
- Je serai vache comme tout avec elles. Je leur ferai lécher le parquet. Je leur ferai manger l'éponge du tableau noir. Je leur enfoncerai des compas dans le derrière. Je leur botterai les fesses. Parce que je porterai des bottes. En hiver. Hautes comme ça (geste). Avec des grands éperons pour leur larder la chair du derche.
- Tu sais, dit Gabriel avec calme, d'après ce que disent les journaux, c'est pas du tout dans ce sens-là que s'oriente l'éducation moderne. C'est même tout le contraire. On va vers la douceur, la compréhension, la gentillesse. N'est-ce pas, Marceline, qu'on dit ça dans le journal  ?
- Oui, répondit doucement Marceline. Mais toi, Zazie, est-ce qu'on t'a brutalisée à l'école ?
- Il aurait pas fallu voir.
-D'ailleurs, dit Gabriel, dans vingt ans, y aura plus d'institutrices: elles seront remplacées par le cinéma, la tévé, l'électronique, les trucs comme ça. [...]
- Alors, déclara [Zazie], je serai astronaute.
- Voilà, dit Gabriel approbativement. Voilà, faut être de son temps.
- Oui, continua Zazie, je serai astronaute pour aller faire chier     les Martiens."

Et ce fut écrit en 1959.  Après re-lecture du roman, je me suis demandée qui oserait encore le publier aujourd'hui, c'est tellement politiquement incorrect...

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9