Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

4 articles avec rue de sevres

Zita, la fille de l'espace #3

Publié le par Za

Zita, la fille de l'espace #3

Ici Za, qui vous parle en direct du fond de l'armoire... Je me suis réfugiée dans ce recoin obscur afin de pouvoir vous parler du troisième tome de Zita, la fille de l'espace. Les effluves que vous percevez n'ont rien à voir avec les gaz d'échappement d'un quelconque vaisseau spatial. C'est de la naphtaline.
Je n'ai que peu de temps pour vous dire tout le bien que je pense de ce roman graphique. En effet, une horde d'enfant - sans s, il n'y a n'a qu'un - rôde, à la recherche du précieux objet.
- T'es oùùùù ?

Voici donc le troisième tome qui clôt les aventures de Zita, petit bout de fille sans super pouvoirs particuliers, si ce n'est un courage et une loyauté envers ses amis franchement hors du commun. Et une bonne dose d'inconscience aussi, il faut le dire. Mais c'est une héroïne et les héroïnes, c'est comme ça.
- T'es là ?
- Non !

Zita, la fille de l'espace #3

Au début de cette histoire, Zita est envoyée dans un cul de basse fosse par le maître des oubliettes, un affreux de la pire espèce qui, avouons-le, ne semble pas savoir à qui il s'attaque. Car Zita est une dure à cuire.
Pourquoi Fiston 1er est-il devenu fan de Zita, pourquoi a-t-il si facilement contaminé son entourage ?
- Allez, c'est pas que pour moi !
- T'avais qu'à pas le lui promettre ! J'ai une chronique sur le feu, moi !

Zita, la fille de l'espace #3

Zita se lit facilement, dans tous les sens du terme : images et texte. L'essentiel, dans une économie de moyens tout sauf réductrice. Le dessin de Ben Hatke est efficace et même si je ne raffole pas de la mise en couleurs. Son sens du mouvement embarque tout : ça saute, ça court, ça virevolte dans tous les sens ! Et même si l'omniprésence d'onomatopées parfois redondantes m'a un peu gênée, ce troisième et dernier tome clôt la série en forme de feu d'artifice.
- Clang ! Grrrr... CHOOM !
- Ne te fatigue pas, je n'ai pas peur !

Zita, la fille de l'espace #3

Ce serait donc la fin des aventures de Zita - je ne veux pas y croire, Fiston 1er  balaie même cette idée d'un revers de la main dédaigneux. Mais s'il faut en finir, autant que ce soit dans une explosion de créatures nouvelles, squelette déjanté - et désossé, tas de chiffons doté de la parole et d'un sens de l'humour assez particulier, robots, affreux, bestioles, tout un bestiaire interstellaire franchement réjouissant.
- Je peux, ça y est ?
- Ouais, tiens ! Tu n'auras qu'à le ranger avec les deux autres, dans TA bibliothèque !
Et merci qui ?
Voilà. Zita s'en est allée vers de nouvelles aventures, de nouveaux rayonages... Mais jusqu'à quand ?

Zita, la fille de l'espace #3

Zita, la fille de l'espace
tome 3
Ben Hatke
Rue de Sèvres
septembre 2014

 

Partager cet article

Repost 0

bonne journée

Publié le par Za

C'est vraiment une bonne journée que celle qui commence ainsi...

bonne journée

Olivier Tallec avait déjà montré çà et là que le dessin d'humour n'avait aucun secret pour lui. Voici largement de quoi l'installer dans un genre pas si prisé en France, mais élevé au rang des beaux-arts par l'américain Gary Larson. Un seul dessin, fort peu de texte, quelques mots ou rien même.

bonne journée

L'absurde affleure, le moment n'a l'air de rien, le décalage fait la différence. Et la tendresse aussi. Des enfants sérieux - comme peut être sérieux un enfant qui joue, quelques pages préhistoriques, des super héros, et des animaux qui parlent. Beaucoup d'animaux qui parlent...

(Celui-là m'a fait mourir de rire.)

(Celui-là m'a fait mourir de rire.)

Un grand beau livre, tendre et désopilant, pour les grands qui ne connaîtraient pas encore Olivier Tallec. Parce que les petits, eux...

Olivier Tallec
Bonne journée
Rue de Sèvres
octobre 2014

Partager cet article

Repost 0

le château des étoiles

Publié le par Za

le château des étoiles

C'est tout d'abord l'objet qui attire. Un journal de vingt-quatre pages, un papier épais qui craque lorsqu'on tourne les pages, un format plus que généreux - 30 x 42, ce qui nous fait, arrêtez-moi si je me trompe, 60 x 42 lorsqu'il est ouvert, derrière lequel on peut se planquer à l'aise.

le château des étoiles

La bande-dessinée proprement dites est présentée dans cet écrin journalistique digne de l'Illustration ou du Petit Journal, tous deux publiés au tournant de la fin du 19ème siècle, jusqu'après la Première Guerre mondiale. Et c'est cet esprit que l'on retrouve dans les premières et dernières pages du Château des étoiles, mêlant documents historiques contemporains de l'intrigue (1868), informations plus fantaisistes sans oublier le cliffhanger palpitant vous donnant envie de vous ruer sur l'épisode suivant.

L'histoire s'ouvre sur deux doubles pages magistrales qui plantent le décor dans le ciel, où la mère du jeune Séraphin disparait à bord d'un ballon, à la recherche de l'éther - source d'énergie, chimère électro-magnétique. Cette exploratrice d'un nouveau monde laisse en héritage à son fils une curiosité à toute épreuve, un goût pour l'aventure qui les poussera, lui et son père à poursuivre ses recherches, parfois au péril de leur vie.

le château des étoiles
le château des étoiles

Le Château des étoiles est un cocktail épatant : une dose de Jules Verne, une dose d'Histoire (Louis II de Bavière et sa cousine Elisabeth d'Autriche font partie du voyage), une dose de sciences, le tout saupoudré d'un suspens rigoureux, de scènes dignes du Tour du monde en 80 jours, de personnages haut en couleurs...  La lecture est haletante, portée de bout en bout par le dessin léger et vivant d'Alex Alice, par son magnifique travail d'aquarelle.

le château des étoiles

Publiée en mai, juin et juillet derniers, cette histoire forme en réalité le début d'un diptyque. Les trois journaux ressortiront ce 24 septembre en un seul album cartonné. Les amateurs de grands formats - dont je suis - attendront la suite des aventures de Séraphin qui paraîtra au printemps prochain, sous la forme de trois nouvelles gazettes : Les naufragés du ciel  (mai 2015), Les secrets de la face cachée  (juin 2015) et Le roi-lune  (juillet 2015). Patience...

le château des étoiles

Le Château des étoiles

Alex Alice

Rue de Sèvres, 2014

Plus d'images et une interview passionnante d'Alex Alice sur BD'Gest.

Partager cet article

Repost 0

Zita, la fille de l'espace

Publié le par Za

Zita, la fille de l'espace

Que diriez-vous aujourd'hui d'une interview de fan ? Oui, Zita a ses fans. J'en ai rencontré un, par hasard. Il sortait de la salle de bain, le cheveu humide et hérissé et lorsque je lui ai proposé de nous parler de Zita, il m'a répondu très spontanément : "Ok m'man !" Il a cependant souhaiter garder l'anonymat. Nous l'appelleront simplement P.

Zita, la fille de l'espace

le Cabas de Za - Qu'est-ce qui t'a donné envie de lire cette BD ?

P - La couverture, avec Zita et les animaux bizarres autour d'elle.

lCdZ - L'épaisseur du livre - près de 200 pages - ne t'a pas rebuté ?

P - Au début un peu mais il n'y a pas trop à lire sur chaque page, et comme j'aimais l'histoire, j'ai continué.

lCdZ - Peux-tu nous raconter l'histoire ?

P. - Une petite fille, Zita, trouve une télécommande avec un bouton rouge. Elle appuie sur le bouton et un portail s'ouvre. Son ami Joseph est emporté dans un mode bizarre, sur une autre planète. Zita le suit. Elle va devenir une héroïne.

lCdZ - Zita mise à part, quel personnage as-tu préféré ?

P. - Mulot le rat. Il a un collier avec des fiches qui sortent quand il s'exprime. Dans le deuxième livre, la magicienne. Elle est drôle, mystérieuse.

lCdZ -Que penses-tu du style du dessin ?

P. - Les dessins m'ont tout de suite plus. Les décors sont un peu vides. Il n'y a pas trop de détails, c'est simple et facile à lire.

lCdZ - Habituellement, aimes-tu la science-fiction ?

P. - Oui, mais on peut aimer Zita quand même si on aime pas trop la science-fiction. Il y a beaucoup de robots dans cette BD. Dans le deuxième livre, il y en a un qui prend l'apparence et la place de Zita. Mais ils vont finir par coopérer. Dans le premier livre, les robots sont plutôt méchants, moins dans le deuxième.

Zita, la fille de l'espace

lCdZ - Comment trouves-tu le tome 2, par rapport au premier ?

P. Il est plus triste parce qu'elle a perdu la confiance de ses amis, sauf Mulot. L'histoire est plus intéressante, il y a davantage de personnages. J'ai beaucoup aimé le petit vaisseau qui est en réalité une créature vivante.

lCdZ - Penses-tu que Zita retournera chez elle ?

P. -  Non, parce qu'elle ne voudra pas quitter ses amis.

lCdZ - Le fait que l'héroïne soit une petite fille change-t-il quelque chose à l'histoire ?

P. - Rien du tout. Un garçon peut tout à fait imaginer être à sa place.

lCdZ - C'est quoi, pour toi, une héroïne ?

P. - C'est une fille rusée, courageuse, comme Zia (Les Cités d'or) ou Fifi Brindacier !

Tout ça pour vous dire que l'on attends le tome 3 avec impatience !

Zita la fille de l'espace

Ben Hatke

Rue de Sèvres

2013/2014

Zita, la fille de l'espace

Cet autoportrait de Ben Hatke est extrait de son blog.

Zita, la fille de l'espace

Retrouvez Zita au bord de la Mare aux mots et chez Leiloona, tome 1 & tome 2 !

Partager cet article

Repost 0