je suis le chien qui court

Publié le par Za

Je suis celui qui prend la nuit à rebrousse-poil.

je suis le chien qui court

Un album comme un geste poétique. Un album enveloppant où deux matières, deux techniques se côtoient, plume et huile. Les traits par milliers donnent des airs de gravures à la ville, à la route, au bord de mer. Le crépuscule est noir et blanc. Le chien est dense, flamboyant. Et il court. En chemin, les animaux s'effraient, lui emboîtent parfois le pas. La chouette l'accompagne. Ils se hâtent vers la nuit qui tombe, vers le blockhaus planté sur la plage où l'enfant attend. A eux trois, ils redonnent avec confiance des couleurs à la nuit, une nuit qui n'a plus rien d'effrayant.

je suis le chien qui court
je suis le chien qui court

Les images de Marc Daniau frappent par leur singularité, leur mouvement permanent. Le texte est sobre, minimal, haletant. Il traduit les pensées de celui qui est tour à tour le chien, l'oiseau et l'enfant, de ces personnages virevoltants, vivants. Je suis le chien qui court est un album envoûtant, sans concession.

Je suis le chien qui court

Marc Daniau

Seuil Jeunesse, 2013

 

Marc Daniau est l'illustrateur de Tous à poil !

Vous pouvez admirer son travail sur son site.

le château des étoiles

Publié le par Za

le château des étoiles

C'est tout d'abord l'objet qui attire. Un journal de vingt-quatre pages, un papier épais qui craque lorsqu'on tourne les pages, un format plus que généreux - 30 x 42, ce qui nous fait, arrêtez-moi si je me trompe, 60 x 42 lorsqu'il est ouvert, derrière lequel on peut se planquer à l'aise.

le château des étoiles

La bande-dessinée proprement dites est présentée dans cet écrin journalistique digne de l'Illustration ou du Petit Journal, tous deux publiés au tournant de la fin du 19ème siècle, jusqu'après la Première Guerre mondiale. Et c'est cet esprit que l'on retrouve dans les premières et dernières pages du Château des étoiles, mêlant documents historiques contemporains de l'intrigue (1868), informations plus fantaisistes sans oublier le cliffhanger palpitant vous donnant envie de vous ruer sur l'épisode suivant.

L'histoire s'ouvre sur deux doubles pages magistrales qui plantent le décor dans le ciel, où la mère du jeune Séraphin disparait à bord d'un ballon, à la recherche de l'éther - source d'énergie, chimère électro-magnétique. Cette exploratrice d'un nouveau monde laisse en héritage à son fils une curiosité à toute épreuve, un goût pour l'aventure qui les poussera, lui et son père à poursuivre ses recherches, parfois au péril de leur vie.

le château des étoiles
le château des étoiles

Le Château des étoiles est un cocktail épatant : une dose de Jules Verne, une dose d'Histoire (Louis II de Bavière et sa cousine Elisabeth d'Autriche font partie du voyage), une dose de sciences, le tout saupoudré d'un suspens rigoureux, de scènes dignes du Tour du monde en 80 jours, de personnages haut en couleurs...  La lecture est haletante, portée de bout en bout par le dessin léger et vivant d'Alex Alice, par son magnifique travail d'aquarelle.

le château des étoiles

Publiée en mai, juin et juillet derniers, cette histoire forme en réalité le début d'un diptyque. Les trois journaux ressortiront ce 24 septembre en un seul album cartonné. Les amateurs de grands formats - dont je suis - attendront la suite des aventures de Séraphin qui paraîtra au printemps prochain, sous la forme de trois nouvelles gazettes : Les naufragés du ciel  (mai 2015), Les secrets de la face cachée  (juin 2015) et Le roi-lune  (juillet 2015). Patience...

le château des étoiles

Le Château des étoiles

Alex Alice

Rue de Sèvres, 2014

Plus d'images et une interview passionnante d'Alex Alice sur BD'Gest.

comment remplir un cabas...

Publié le par Za

Prenez un temps menaçant, du genre couvert mais pas trop, du genre frais mais pas trop, enfin du genre suffisamment humide pour que la tondeuse à gazon cale à la moindre tentative, ce qui n'est finalement pas pire... Alors vient l'envie de remplir un cabas à ras bord, de rentrer et de se caler dans ce qui reste de soleil pour se régaler.

comment remplir un cabas...

Direction donc la médiathèque. Une averse plus tard, me voilà à l'orée de la caverne d'Ali Baba - qui se situe au bord de l'Oise, qu'on se le dise. Un paradoxe estival veut qu'il n'y ait aucun enfant en vue dans la section jeunesse. Je suis seule. Délice. D'autant que Petitou est en vacances de son côté et que je détiens sa carte, exempte de tout emprunt. Extase.

Ma médiathèque possède un rayon que j'adore, issu de la perplexité des bibliothécaires : le rayon des inclassables. En gros les alboumes dont on ne sait que faire, ni les classer dans une thématique particulière - ô joie ! - ni les envoyer au paradis des petitous ousk'ils seraient par trop malmenés, pire encore, où ils provoqueraient l'embarras des parents/enseignants prescripteurs. C'est généralement le secteur que j'explore en second, juste après le présentoir des nouveautés. C'est seulement après que je farfouille dans les autres rayonnages.

Ma récolte d'hier fut fructueuse : des alboumes que j'avais entrevus sur la blogosphère, des noms qu'on ne saurait rater, des couvertures alléchantes - je vous promets d'en chroniquer kek'z'uns !

comment remplir un cabas...

Et puis deux romans, Sacrées souris dont le sujet m'intrigue, et du coup me donne envie de me replonger dans L'élue, dévoré il y a très longtemps et qui me laisse un souvenir très fort.

comment remplir un cabas...

Mais tant qu'on y est, savez-vous que le Cabas possède une jolie page Facebook ?

couverture Ian Falconer / Victoria

couverture Ian Falconer / Victoria

Un lieu follement convivial mis à jour presque quotidiennement ouske, outre l'annonce de chaque nouvelle chronique, ce qui n'est pas rien, vous pouvez également suivre l'actualité brûlante de la littérature jeunesse - enfin surtout de l'alboume et de mes illustrateurs chéris, soyons honnêtes. Prenons au hasard l'exemple d'une information que je qualifierais de capitale :

comment remplir un cabas...

Alors n'hésitez pas à aimer cette page - comme ils disent. D'autant que c'est bientôt mon bloganniversaire et qu'il n'est pas impossible que j'organise ici et là-bas comme un petit concours...

A bientôt donc, mes gens !

 

Coeur de pierre / Séverine Gauthier & Jérémie Almanza / Delcourt, 2013

Je m'ennuie / Michael Ian Black & Debbie Ridpath Ohi / Seuil Jeunesse, 2013

Frère des chevaux / Michel Piquemal & Stéphane Girel / L'élan vert, 2012

Joseph avait un petit manteau / Simms Taback / Le Genévrier, 2011

Le livre abominable / Noé Carlain & Ronan Badel / Sarbacane, 2014

Drôle d'oeuf / Emily Gravett / Kaléidoscope, 2008

Sabotage / Isabelle de Catalogne & Marion Pradier / La joie de lire, 2010

J'en ai marre / Yann Fastier / Thierry Magnier, collection Tête de lard, 2014

Pomelo s'en va de l'autre côté du jardin / Ramona Badescu & Benjamin Chaud / Albin Michel Jeunesse, 2007

L'élue / Lois Lowry / Gallimard jeunesse, 2001

Sacrées souris / Lois Lowry / L'école des loisirs, 2014

(aujourd'hui, c'est série) le Trône de fer # et de 4 !

Publié le par Za

Ce qui est pénible attendrissant chez les série-addicts, c'est leur propension à considérer l'objet de leur affection comme une sorte d'alpha et d'omega. Rien n'a existé avant, rien n'existera après. A tel point que le pauvre - enfin pauvre, l'infortuné - enfin infortuné, George RR Martin, alias GRRM, s'est vu récemment obligé de préciser que oui, il y aurait une suite à la quatrième saison, qu'elle était même déjà écrite. Pire, déjà publiée. Je vous jure. Et même traduite en français, lucky you !

(aujourd'hui, c'est série) le Trône de fer # et de 4 !

Car oui, bande de veaux, le Trône de fer est, à la base, ô aventure incommensurable, un... - j'ose à peine l'écrire tellement c'est osé... une série de livres ! Ecrits par un auteur, humain, qui n'a pas trois mains. Et les conjectures qui consistent à spéculer sur sa santé, son âge, voire sa mort, commencent, Patricia mon petit, à les lui briser menu. Certes, le succès de la série et avant elle, des romans, font que l'honorable George Raymond Richard Martin, né à Bayonne - New Jersey - est désormais accueilli partout où il passe comme une rock star.

Mais revenons à nos dragons.

(aujourd'hui, c'est série) le Trône de fer # et de 4 !

On devrait jamais quitter Winterfell pourrait être le sous-titre de cette quatrième saison, si les producteurs ne lui avaient préféré le nettement plus glamour All men must die, ou Valar Morghulis - pour ceux qui auraient fait haut-valyrien LV2. Pour ma part, après mûre réflexion, j'aurais choisi La psychologie, y en a qu'une : défourailler le premier, tant la plus élémentaire réflexion, le plus simple sens de la realpolitik semblent faire défaut à nos héros. Né-go-cier, ce n'est tout me même pas compliqué de né-go-cier. Mais non, vous les connaissez, le genre réservé, mousse et pampre, c'est tellement plus festif de de se vautrer dans la tripaille ! Pour y avoir vu passer un flot d'intestins tout frais, je ne saurais trop vous déconseiller le septième épisode aux heures des repas. On  ne peut donc hélas que déplorer de voir la ruse céder trop souvent le pas au coup de hache dans la tronche, ou à l'explosion à deux mains de la boite crânienne - je ne vous dis pas qui, je ne vous dis pas quand, je vous laisse la surprise.

Notons aussi au passage quelques citations flagrantes. L'épopée de Daenerys se fend d'une allusion à Spartacus - à force de libérer des esclaves, c'est bien le moins qu'elle pouvait faire. Et puis le dernier épisode cligne joliment de l'oeil vers Jason et les Argonautes, version 1963. Mais je ne vous en dis pas plus, je m'en voudrais de spoiler. Se poiler, c'est une chose, spoiler, c'est mal.

Sachez enfin que j'ai eu un vrai moment d'hésitation proche du problème de conscience avant de regarder les deux dernier épisodes tant l'antépénultième m'avait laissée pantoise, l'estomac au bord des lèvres, l'espoir en berne. Et je ne suis pas la seule. Même elle en reste perplexe...

(aujourd'hui, c'est série) le Trône de fer # et de 4 !

Pourtant, elle est fan, je le sais. La preuve !

Mais revenons à nos sauvageons. M'étant l'an dernier attardée sur les personnages féminins de la troisième saison, j'apporterai cette année un brin de testostérone à ma chronique. Parce qu'il faut reconnaitre, c'est du brutal.

(aujourd'hui, c'est série) le Trône de fer # et de 4 !

Jon Snow d'abord, sans peur et sans reproche, est toujours droit dans ses bottes, le sourcil immanquablement chiffonné, agacé comme tout par l'incurie béante de ses supérieurs. Il recevra quand même une belle leçon de savoir vivre de Mance Rayder. Leçon inattendue mais très classe. Du coup, entre la marmoréenne Garde de nuit et des Sauvageons qui ne sauraient plier le genoux devant un quelconque monarque, mon cœur s'est mis à balancer. L'ennemi n'est peut-être pas celui qu'on attendait et le salut a un arrière-goût pas frais.

Attention les filles - et les garçons, voici Oberyn Martell. Mû par la vengeance, bisexuel, lettré, raffiné et viril, fine lame, il est, de loin, un des personnages les plus fascinants de cette saison. J'oubliais : il a un accent... torride.

Et le Limier, Sandor Clegane, brutasse au grand cœur - mais qui l'ignore -, protecteur d'Arya Stark bien malgré lui. Je ne saurais me lasser de ses considérations sur la vie en général et le meurtre en particulier, considérations mises immédiatement en pratique, de façon un brin péremptoire, quoique efficacement définitive. A moins que ce ne soit définitivement efficace.

Lors de la séance de dédicaces de George RR Martin à Dijon, un lecteur arborait une pancarte sur laquelle on pouvait lire cette supplique "Don't kill Tyrion !" Son personnage, forcément fragile, de pur jouisseur est devenu inquiet et lucide, véritable pivot de l'intrigue. Je m'adresserais alors à son ange gardien, monsieur GRRM, qui tient son destin au bout de sa plume : "Yes please, don't kill Tyrion..."

Et les dragons, me direz-vous ? Il y en a toujours. Mais moins mignons. Le dragon, sachez-le, grandit vite, et cesse aussi très vite d'être...

(aujourd'hui, c'est série) le Trône de fer # et de 4 !

... mignon.

(aujourd'hui, c'est série) le Trône de fer # et de 4 !

pop-up !

Publié le par Za

Lorsque l'image surgit du livre et vous saute aux yeux ! Le livre pop-up est l'objet d'un délicieux dilemme car, s'il est souvent destiné aux enfants, il n'en est pas moins fragile et précieux. Ceci dit, les plus beaux réunissent les petits et les grands autour de la même admiration. Pour les participant-e-s au challenge Je lis aussi des albums, le jour est au pop-up. N'arrivant pas à me résoudre à en choisir un, en voici un cabas plein !

pop-up !

Au royaume du pop-up, ces deux-là sont rois. Depuis quelques années, Anouck Boisrobert et Louis Rigaud cisèlent sans relâche des albums parfaits où le dispositif colle au propos comme l'arapède au rocher. Impossible de se lasser, chaque relecture apporte son lot de nouveauté, on est dans l'inépuisable.

pop-up !

Au royaume du pop-up, il y a le maître, Philippe Ug, qui a fait du papier un matériau à part entière. Son album Drôle d'oiseaux, paru en 2011, est un modèle du genre, qu'on ouvre, qu'on réouvre, qu'on tourne, qu'on retourne, qu'on ressort de la bibliothèque régulièrement, jusqu'à plus soif.

pop-up !
pop-up !

J'avais pris un genre de claque en découvrant ce livre, en plongeant dans la métamorphose de l'oisillon en oiseau de feu, en oiseau de paradis. Jetez un oeil à la courte chronique de Gérard Collard, qui - à mon sens - malmène un peu l'objet. Mais doucement ! Un peu de respect, de déférence, que diable ! (et vous avez vu, derrière lui, il y a le Bal des Echassiers de monsieur Paul Echégoyen !)

Au royaume des Pop-up, il y a l'ancêtre vénéré, Jan Pienkowski, né en 1936.

pop-up !

Ce grand classique de 1979, heureusement réédité en 2013, a élu domicile depuis bien longtemps dans ma bibliothèque, leg généreux de ma chère Bree.

pop-up !

Son étrangeté n'a pas pris une ride. Mieux, le vernis vintage qui l'entoure désormais ne fait qu'ajouter à sa valeur. On y va mollo, c'est celui de marraine quand elle était petite !

pop-up !
pop-up !
pop-up !

Popville, Dans la forêt du paresseux, Oceano

Anouck Boisrobert & Louis Rigaud

Hélium, 2009 - 2010 - 2013

 

Drôle d'oiseaux

Philippe Ug

Les grandes personnes, 2011

 

La maison hantée

Jan Pienkowski

Nathan, 1979 - 2013

 

une femme et un homme

Publié le par Za

une femme et un homme
une femme et un homme

Deux maisons se font face, deux fenêtres, deux derniers étages. Pas de la première jeunesse, les bâtisses. De l'herbe sur le toit, le crépis qui s'effrite, deux maisons grises et exiguës au-dessus d'autres toits tout aussi tristounets. Et pourtant...

Chacun à sa fenêtre, une femme et un homme se rencontrent. Elle est là depuis longtemps, toujours peut-être. Il vient d'arriver. Et la conversation s'installe, découverte, défis, sourires.

une femme et un homme

Format à l'italienne, reliure horizontale, voilà un album pas tout à fait comme les autres. Le dialogue entre la femme et l'homme, présenté au-dessus de l'image, flirte avec un surréalisme joyeux et tendre. Le texte de Grassa Toro est une joute tendre et amusée, une surenchère poétique.

- Qu'est-ce que vous mangez ?

- Des pêches, a-t-elle répondu.

- Entières ? s'est-il exclamé avec surprise.

- Non, seulement le noyau. Manger le reste, c'est facile. J'essaie d'éviter les situations faciles, a-t-elle prévenu.

une femme et un homme

Les collages facétieux d'Ana Yael ne se contentent pas d'illustrer le texte, ce serait trop facile, ils accompagnent le texte plus loin encore. Il n'y a rien à croire, rien à voir, il n'y a qu'à imaginer. Les maisons se transforment au gré de la conversation, profitent même de l'absence des protagonistes pour se parer d'atours végétaux spectaculaires.

Boire à même les nuages, user d'un mètre pliable pour évaluer la distance qui nous sépare de l'autre, descendre pieds nus dans la rue, se laisser porter par des oiseaux... Rien n'est trop beau pour enchanter cette rencontre.

Impossible de n'être pas ému par cette lecture, de ne pas béatement sourire en refermant ce livre.

Une femme et un homme

Grassa Tora & Ana Yael

L'atelier du poisson soluble

mars 2014

ogre vole

Publié le par Za

L'ogre, c'est comme le loup. Incontournable. Quasi obligatoire. Encore que. Il doit y avoir moins d'ogres que de loups en ce monde de livres. La figure du loup, bien que menaçante, n'est pas dérangeante comme l'ogre. Le loup est aujourd'hui lointain, l'ogre l'est moins. Et même si le croque-mitaine est passé de mode, le personnage fait toujours frémir.

Des ogres, on en a croisé quelques-uns dans le Cabas, certains dans l'indispensable encyclopédie de Sylvie Chausse - illustrée par les non moins indispensables Durual et Turin, d'autres - et non des moindres - dans le conte délicat d'Albert Lemant...

 

ogre vole

Tout commence par un matin de neige et un ogre possiblement sympathique, bien que mal vu dans la région. Un matin de neige donc, de ceux qui vous donnent l'envie de crapahuter en forêt (enfin vous peut-être, moi toujours pas).

ogre vole

La nature vous fait parfois de drôles de cadeaux. En l'occurence, une belle paire d'ailes, prêtes à l'emploi, enthousiasmantes de nouveauté. Ogre vole !

ogre vole

Le texte de Rascal est d'une élégante sobriété, renvoyant cet ogre à celui des contes par une langue classique, sans effets.

Ogre battait à présent des deux ailes et volait comme un oiseau au-dessus de la campagne. Il pouvait aperceoir sa maison qui avait désormais la taille d'un briquet à pierre, le moulin du père Roland à peine plus haut qu'un pain de sucre, et la rivière gelée qui scintillait entre les vallons comme une couleuvre blanche. Ogre volait de plus en plus haut, et finit par traverser les larges nuages gonflés de neige.

Et qu'y trouve-t-il, dans cet au-delà des nuages d'hiver ? Une punition pour la noirceur de sa vie, la possibilité de changer d'existence, de se repentir, une vengeance ourdie depuis des années par ses victimes, un juste châtiment ? Eh bien, à vrai dire, chacun pourra y voir un peu de tout ça.

ogre vole

Le dessin d'Edith campe un ogre plutôt rigolard, qui, là aussi, laissera à chacun le loisir d'imaginer son ogre. Cette histoire d'ange étrange voletant au-dessus de l'hiver nous offre de grands aplats à peine mouchetés sur lesquels se détachent les bottes rouges, bottes de sept lieux bien inutiles à ces altitudes. Les visages d'enfants souriants seraient, eux, presque inquiétants de tant de similitude, avec leurs grands yeux noirs et leurs sourires à l'unisson.

Ogre vole est un conte merveilleux et subtil où j'aimerais finalement que les apparences soient trompeuses...

 

Ogre vole

Rascal & Edith

Pastel / L'école des loisirs

mars 2014

les pigeons du Luxembourg

Publié le par Za

Et voilà qu'au détour d'un catalogue, je craque pour cette couverture.

les pigeons du Luxembourg

La tête des pigeons... Etonnés, apeurés, ahuris. Les pigeons du Luxembourg, qui plus est. Les pigeons parisiens donc, honnis, détestés, gavés, adorés. Coursés par une gamine aux cheveux jaunes, à la robe bleue. Le titre joue des boucles, sert de perchoir. Et de tout cela se dégage un charme délicat que la lecture ne fera que confirmer.

les pigeons du Luxembourg

Les cousins des champs rendent visite aux cousins des villes le temps du Salon de l'agriculture à Paris. Et, lorsqu'on est perdue sur le macadam, qu'est-ce qui ressemble plus à un pigeon qu'un autre pigeon, qu'est-ce qui est plus rassurant, plus familier que la bestiole qu'on a l'habitude de nourrir tous les jours ? Au jardin du Luxembourg, Manon découvre, joue et se lance avec les autres enfants dans une chasse au pigeon où sa débrouillardise fera des merveilles.

les pigeons du Luxembourg

Voici un album tout en sourires, une ligne claire de bon aloi d'où émergent les deux couleurs associées à la petite Manon, le gris des ailes des pigeons. Les illustrations d'Arthur Le Diouris soulignent le texte sans l'alourdir, esquissent les décors. Les enfants courent, les pigeons volent, on suit l'histoire à ras du sol ou du haut d'une branche. Pas de message à deux balles non plus : on est bien à la campagne, certes, mais rien ne dit que les pigeons sont malheureux à Paris. On change de vie le temps d'une découverte, on retourne chez soi, on reviendra sans doute. D'autant qu'un brin de magie s'est peut-être mêlé à la promenade...

Les pigeons du Luxembourg

Dorothée Noyon & Arthur Le Diouris

L'école des loisirs, mars 2014

 

la pastèque

Publié le par Za

Aujourd'hui, focus sur une maison d'édition dont les publications m'enchantent, m'émeuvent, m'émerveillent, m'amusent - aucune mention inutile. La Pastèque a fêté l'an dernier ses 15 ans. Elle a reçu en mars dernier le BOP, Bologna Prize du meilleur éditeur jeunesse d'Amérique du Nord.

la pastèque

Dans cette livraison, ce ne sont pas moins de trois albums que je vous propose de glisser dans la valise de vos vacances.

la pastèque

J'aime particulièrement les gros livres cartonnés. C'est le pavé du tout petit, la mimine encombrée par une histoire longue, regorgeant d'images à explorer. C'est lourd, ça en impose, ça tient droit, ça résiste au vent, j'adore. Pas moins de dix-huit doubles pages, tout le temps pour poser tranquillement une fable futée. La rencontre entre du chat et de la chouette autour d'un panier de poissons apparemment inaccessible pour l'un et pour l'autre... La finesse et la ruse qui permettront à l'un des deux de s'emparer de cette pêche miraculeuse... Mais quel bonheur de lecture !  Le texte de Nadine Robert, auteur de l'irrésistible Joseph Fipps, est désarmant de clarté, de simplicité, et rend cette histoire accessible aux plus jeunes.

J'avoue avoir aussi un faible pour le travail de Christopher Duquet, l'art de feutrer la laine à l'aiguille - qu'il m'arrive de pratiquer parfois, avec infiniment moins de talent, l'art d'insuffler la vie à travers un sourcil relevé, une oreille en berne. Les décors minutieux de Brigitte Henry mettent une touche finale de fraicheur, de naïveté à cet album décidémment épatant.

 

la pastèque
la pastèque

La spécialité de M. Flux, c'est le changement, la transformation, la nouveauté. Tout le contraire de Martin qui voit d'un très mauvais oeil ce monsieur bouleverser sa vie et celle de son quartier. Martin est-il capable d'accepter de voir un peu de fantaisie débarquer dans sa très prévisible existence ? Les choses immuables n'ont-elles pas parfois des avantages ? Inspiré d'un mouvement artistique né au début des années soixante, le fluxus, cet album joue du paradoxe d'une jeunesse conformiste bousculée par un homme en costume strict, arborant monocle et col dur. Les illustrations de Matte Stephens penchent vers un vintage assumé, singulier qui rendent ce livre unique. Le texte de Kyo Maclear, auteur de Virginia Woolf, met en avant les détournements du quotidiens qui peuvent conduire vers de grands changements, avec bienveillance et fantaisie.

la pastèque

Tabarnak ! Quand on est français, cette exclamation est un genre de cliché qui trahit immédiatement le québécois. Mais nous sommes souvent dans la même situation que le jeune héros de Jacques Goldstyn.

la pastèque

C'est une enquête rigoureuse que vont mener les enfants, à la recherche de la signification de ce mot mystérieux, ce sacre, ce blasphème, témoin des maladresses et des emportements du père. Les suppositions ne manquent pas : bête préhistorique, maladie redoutable, dictateur cruel, tout y passe. Comment imaginer que le curé détient la réponse...

Les scènes dans l'église sont particulièrement savoureuses. Poussiéreuse, inquiétante malgré la bonhommie du prêtre, elle recelle une galerie réjouissante et horrifique de saints de tout poil, hérissés de flèches, la tête sous le bras.

Les personnages de Jacques Goldstyn - cousins du Petit Nicolas de Goscinny et Sempé - sont à la fois malicieux, attendrissants, infiniment drôles. Il faut scruter chaque détail, chaque mouvement pour se délecter de cette histoire linguistiquement québécoise certes, mais finalement joyeusement universelle.

la pastèque

Le Poisson frais

Nadine Robert, Brigitte Henry & Christopher Duquet

La Pastèque, janvier 2014

M. Flux

Kyo Maclear & Matte Stephens

La Pastèque, décembre 2013

Le petit Tabarnak

Jacques Goldstyn

La Pastèque, octobre 2013

Visitez le site de la Pastèque, suivez sa page Facebook.

calpurnia

Publié le par Za

Venez que je vous présente ma nouvelle amie !

calpurnia

Elle a onze ans, presque douze, un esprit en alerte, une curiosité insatiable. D'ailleurs, tout est dit sur la magnifique couverture. Elle a tout de la petite fille modèle : la natte sage, le tablier, la robe à volants, le dos droit, l'air sérieux. Mais regardez mieux... Calpurnia - quel prénom ! - tient un filet à papillons et autour d'elle volètent des insectes. Des oiseaux, des écureuils, un tatou, un microscope, des bocaux d'observation l'entourent.

Bon-papa m'avait dit que les guêpes peuvent choisir d'être mâle ou femelle quand elles sont à l'état de larve. une idée intéressante : je me demandais pourquoi les enfants humains n'avaient pas ce choix pendant qu'ils étaient encore en cours de formation, disons jusqu'à cinq ans. Après tout ce que j'avais vu sur la vie des garçons et sur celle des filles, j'aurais choisi sans hésiter d'être une larve masculine.

Le roman suit Calpurnia tout au long de cet été texan étouffant qui épuise les corps mais laisse vagabonder les esprits. Puis viens l'automne, passe le temps, le siècle s'achève, et se rapproche le moment où les obligations de toute jeune fille de bonne famille prennent le pas sur la liberté, l'envie de découvrir.

Au-delà de l'aventure scientifique vécue avec ce grand-père étrange et lointain, c'est l'avenir d'une femme qui se joue, tiraillée entre ce qu'elle doit faire et ce qu'elle veut faire. Et ce qu'elle veut faire est si loin de l'éducation qu'elle reçoit. Au point de se demander si les filles peuvent devenir des savants, elles aussi... Cette simple question plonge le grand-père dans un abîme de perplexité. Car la réponse, évidente pour lui, risque fort de poser des difficultés à cette enfant, si singulière qu'elle se croit seule de son espèce.

- Je vois, dit-il. Est-ce que tu te rappelles le jour où nous nous sommes assis au bord de la rivière, il y a quelques mois pour parler de Copernic et de Newton ?

- Je m'en souviens, comment pourrais-je l'oublier ?

- N'avions-nous pas parlé de l'élément de Mme Curie ? De la chouette de Mrs Maxwell ? Du ptérodactyle de Miss Anning ? De son ichtyosaure ?

- Non.

- Des équations de madame Kovalevsky ? des voyades de Miss Bird aux îles Sandwich ?

- Non.

- Tant d'ignorance... marmonna-t-il.

Les larmes me montèrent aussitôt aux yeux. Etais-je donc si ignorante ?

- Pardonne mon ignorance, s'il te plait, Calpurnia. Tu m'avais siffisamment mis au courant de l'état rudimentaire de l'éducation publique que tu as reçue, et j'aurais dû savoir que tu n'avais aucune connaissance de certaines questions scientifiques. Laisse-moi te parler de ces femmes.

Pas un temps mort dans ce texte, rien qui donnerait envie de remettre à demain une nouvelle rencontre avec une héroïne terriblement attachante.

Vous partez bientôt en vacances ? Glissez  Calpurnia dans votre valise !

 

Calpurnia

Jacqueline Kelly

traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Diane Ménard

illustration de couverture : Beth White

mars 2013

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog