Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

263 articles avec albums

L'oiseau de Colette

Publié le par Za

L'oiseau de Colette

Des cartons dans le jardin. On déménage, on emménage et tout est à recommencer. Dans ce quartier en noir et blanc, le ciré jaune de Colette fait office de lumière. Son ciré et la mention fragile, qui éclate sur un carton vide. C'est cette boite banale entre toutes qui sert de prétexte à Colette pour entrer en contact avec les enfants du quartier. Dans le carton, il y avait son animal de compagnie - parfaitement imaginaire, qui s'est enfui.

L'oiseau de Colette

De rencontre en rencontre, l'imagination de Colette brode autour de cet animal. Il s'étoffe, prend des couleurs, un nom, devient extraordinaire au fur et à mesure que la bande s'agrandit. Et personne ne trouve à redire, personne ne doute des talents de cette perruche devenue géante au détour d'une rue. Le groupe fait corps autour de Colette qui balade son petit monde, au sens propre autant qu'au figuré.

L'oiseau de Colette

Il n'est pas ici question d'affabulation, encore moins de mensonge, évidemment. Colette parvient à fédérer une bande autour de la possibilité d'un oiseau fantastique. Peu importe qu'il existe ou non, la force de l'imagination et le plaisir de consentir à l'histoire suffisent.
La belle sensibilité d'Isabelle Arsenault fait mouche un fois encore. Avec une saine économie de moyens, elle nous fait adhérer sans réserve à cette petite bande accueillante. On en redemande,  et on en aura encore : Isabelle Arsenault nous promet en fin de livre d'autres aventures de La bande du Mile-End, quartier de Montréal où elle réside.

Isabelle Arsenault
L'oiseau de Colette (La bande du Mile-End)
Colette's Lost Pet (A Mile End Kids Story)
Les éditions de la Pastèque, mars 2017

L'oiseau de Colette

Partager cet article

Repost 0

on n'est pas des moutons

Publié le par Za

on n'est pas des moutons

La collection s'intitule Jamais trop tôt. C'est exactement ça. Il n'est jamais trop tôt pour sortir des cases. Le mieux serait d'ailleurs de ne pas y entrer. Si c'était si simple... On est/nait/devient fille ou garçon, enfant de son milieu et de son temps, de la société dans laquelle on baigne.
Et puis se forge la personnalité, avec son lot de conformismes et de différences. Et c'est là que cet album se glisse, lorsqu'on a peut-être besoin d'aide et de soutien pour se différencier, pour devenir ce que l'on est déjà ou forcer un peu la satané nature humaine.

on n'est pas des moutons

En jouant avec la langue et les expressions mettant en scène des animaux, Yann Fastier tend un fil entre enfant et adulte. Le premier reçoit les mots, les situations. Le second, souvent lecteur et prescripteur, s'il a l'envie de faciliter la compréhension de la métaphore, est malicieusement interpelé par la dernière double page, miroir tendu à ses comportements inconscients.
Les papiers découpés de Claire Cantais apportent le punch nécessaire au propos, pas de demi-mesure dans la couleur, dans les contrastes et les superpositions. Les personnages sont imaginaires, mais si l'on y regarde de plus près, les regards sont réels, photos découpées collées. On est à mi-chemin.
 

on n'est pas des moutons

Les valeurs qui traversent cet album sont l'indépendance, l'authenticité, le partage, la tranquillité et la lenteur. Là où il est question de laisser faire les enfants, de leur foutre un peu la paix, l'adulte empêtré est face à un effort. L'un apprend, l'autre désapprend.  Et si on se rassure en destinant ce livre à nos enfants, on en garde forcément une belle part pour nous : hurler avec les loups, s'abreuver aux médias de masse, se nourrir de même, les yeux ronds rivés sur des écrans... Et l'on se dit qu'avant d'en prémunir les minuscules, on pourrait décider de montrer un peu l'exemple...

On n'est pas des moutons !
Claire CANTAIS & Yann FASTIER
la ville brûle, février 2016

on n'est pas des moutons

Partager cet article

Repost 0

Olivia joue les espionnes

Publié le par Za

She's back !

Olivia joue les espionnes

Olivia est mon héroïne.
Ian Falconer est mon héros.
Olivia est un cochon new-yorkais. Olivia est une fille. Une fille au caractère, disons... affirmé, qui ne s'en laisse pas conter (lire à ce sujet Olivia Reine des princesses), s'habille comme bon lui semble. Elle a des projets, des ambitions, des passions. Prenons par exemple la danse. Olivia est une admiratrice absolue de Martha Graham, ce qui n'est pas courant dans l'univers de l'album jeunesse, reconnaissons-le.

Olivia joue les espionnes

Mais il n'y a pas que la danse dans la vie, et Olivia a d'autres cordes à son arc. Comme l'espionnage.
Une conversation téléphonique, la mère qui se plaint de son volcan de fille, il n'en faut pas plus pour que l'inquiétude s'installe, pour que le goût du romanesque sans demi-mesure prenne le pas sur la réalité. S'en suivent alors une série de gags visuellement désopilants, servis par l'omniprésence d'une Olivia démultipliée, partout à la fois. L'économie de décor permet à Falconer de jouer la carte de l'héroïne hyperactive, toujours à l'image, même lorsqu'elle veut se camoufler.

Olivia joue les espionnes

Il pourrait y avoir une morale à cette histoire, une leçon de vie, un léger pensum sur la confiance à accorder à ses proches mais c'est sans compter avec la légendaire répartie d'Olivia qui a toujours le dernier mot et clôt l'album à sa manière.
Olivia joue les espionnes est un album drôle mais fin, multigénérationnel, qui échappe à tous les stéréotypes de genre sans pour autant en faire un principe. Pour tout cela, mais surtout pour le plaisir de retrouver - ou de découvrir - un personnage à nul autre pareil, lisez Olivia !

Olivia joue les espionnes
Ian Falconer
Seuil Jeunesse, juin 2017

Olivia joue les espionnes

Partager cet article

Repost 0

Maria Jalibert et des bricoles

Publié le par Za

En route mauvaise troupe ! Embarquons à bord du bric à brac !
La Maria Jalibert's touch, c'est ça. Une multitude de petits jouets en plastique, un recyclage joyeux de bidules familiers, de restes dépareillés de jeux, une roue, une lettre magnétique, des bestioles et des machins chouettes gagnant une glorieuse seconde vie, artistique, littéraire et tout et tout.

Maria Jalibert et des bricoles

Je suis parti en bateau et j'ai vu dans les flots...
Un vélo à l'envers,
un chien dans la théière,
un petit et sa mère.

Maria Jalibert et des bricoles

En route!, c'est un format à l'italienne allongé dans le sens de la route, une couleur par double page et des éléments à rechercher dans l'accumulation. On s'y perd, on s'y retrouve, on suit le texte, poétique et incongru, joliment surréaliste. La narration hoquette selon le temps que l'on consacre aux éléments camouflés tels des caméléons. Les enfants - et anciens enfants - qui liront cet album se régaleront à détailler les images, à y retrouver ces petits riens qu'ils conservaient dans des boites en fer de Chamonix Orange à l'effigie d'Astérix - mais je m'égare. En route! est un cherche et trouve redonne vie à des jouets délaissés et transforme le banal en exceptionnel.

Maria Jalibert et des bricoles

Et tant que nous y sommes, aujourd'hui, c'est deux pour le prix d'un !
Et qu'il est joyeux, ce Joyeux Abécédaire ! Une perfection du genre qui, s'il répond aux exigences du genre, le renouvelle d'un coup d'un seul, dans une fantaisie parfaitement débridée. Les objets sont ici victimes de collisions, de rencontres fortuites, qui donnent à l'ensemble une allure de cadavres exquis rigolards. Onomatopées, mouvement et couleurs, on ne s'ennuie pas une seconde en naviguant d'une lettre à l'autre et la relecture s'avère vite indispensable.

Maria Jalibert et des bricoles

Maria Jalibert

En route
Didier Jeunesse, 2017

Le joyeux abécédaire
Didier Jeunesse, 2016

Maria Jalibert et des bricoles

Partager cet article

Repost 0

si j'étais ministre de la culture

Publié le par Za

si j'étais ministre de la culture

Mercredi dernier, comme tout le monde, j'étais scotchée devant ma télé à attendre qu'un monsieur en costume annonce les noms des nouveaux ministres. A vrai dire, il n'y en a que deux qui m'intéressent : le mien et celui de la Culture. Oui, c'est comme ça, tous les sujets ne me passionnent pas. Alors, lorsque le monsieur en costume a dit Françoise Nyssen, j'ai cru que j'avais mal entendu et je me suis ruée sur le net, juste pour être sûre qu'il n'y en avait pas une autre et que c'était bien LA Françoise Nyssen d'Actes Sud. Vérification faite, je me suis dit que c'était une bonne nouvelle pour les livres, les libraires. Pour les auteurs, on verra. En attendant, je lui souhaite de réussir. Pour nous. Enfin, je nous souhaite qu'elle réussisse.

si j'étais ministre de la culture

Si j'étais ministre de la Culture...
Venu du Québec, d'où viennent souvent les bonnes idées, cet album nous présente une ministre de la Culture aux prises avec des ministres au look très IIIème République,  soucieux de promouvoir la Culture mais sans trop dépenser, parce que bon, il y a d'autres priorités. Ça me rappelle la chouette période de l'augmentation de la TVA sur le livre, ousk'on s'époumonait à suggérer que oui, le livre était un bien de première nécessité, RRONGNTUDJU !   Bref.
La ministre - qui ressemble un peu à Edith Cresson, non ? - a alors une idée radicale mais diablement efficace : montrer à ses confrères ce que serait un monde sans culture du tout. S'en suit alors une série de situation ubuesques mettant en scène une vie sans musique, danse ou toute autre forme d'art. Et évidemment, le quotidien devient d'une tristesse et d'une indigence sans nom, d'une pauvreté digne d'un début de soirée sur C8. 

si j'étais ministre de la culture

Montrer que la Culture qui nous entoure fait le sel de la vie, voici la vertu première de cette politique fiction décoiffante et radicale. Mais tout ceci est une farce et ne peut pas arriver. Non, sérieusement, on ne laisserait pas faire... Ce ne serait pas possible... Si ?

Si j'étais ministre de la Culture
Carole Fréchette & Thierry Dedieu
HongFei, mars 2017

logo challenge albums 2017

Partager cet article

Repost 0

Pomelo se souvient

Publié le par Za

Pomelo se souvient

Il se souvient de son pissenlit jaune plop, qui arrivait au printemps et partait avec l'hiver.
Des nuits trouées de questions.

Pomelo est de retour - et je ne suis que joie.
Pomelo, c'est l'éléphant rose, le petitou qui vit sa vie d'éléphant miniature sous un pissenlit. Si je devais donner un conseil à ceux qui n'ont jamais lu Pomelo, il serait simple : lisez-les tous. Les dessins de Benjamin Chaud y sont à la fois naïfs et énergiques, parés de couleurs franches. Le texte de Ramona Badescu sera pour vos chers minuscules une belle entrée en poésie tant il est évocateur. Texte et image, jamais l'un ne piétine les pieds de l'autre et les deux regardent avec tendresse ce personnage rêveur.

Pomelo se souvient

Dans le cas qui nous occupe, Pomelo se souvient, armé d'un crayon.
Il se souvient des couleurs, de la générosité du jardin. Il se souvient de ses amis, de ses parents - atypiques, les parents. Petits et grands bonheurs traversent l'univers de Pomelo. Et, le crayon à la main, le lecteur peut se souvenir avec lui- un lecteur actif donc, qui peut piocher dans sa mémoire les souvenirs de ses lectures précédentes. Et si ce n'est pas le cas, il est certain de cet opus éveillera chez lui la curiosité d'aller à la rencontre de ce personnage si attachant, tout en lui permettant de faire sien cet album décidément épatant.

Pomelo se souvient

Pomelo se souvient
Ramona Badescu & Benjamin Chaud
Albin Michel Jeunesse, 2017

logo challenge albums 2017

Partager cet article

Repost 0

Georgia

Publié le par Za

Georgia

Par où commencer ?
Allons-y pour un teaser une bande-annonce.

L'histoire d'abord. Lorsque Georgia emménage dans ce grand appartement avec sa tante, elle vient d'être séparée de ses soeurs. On imagine combien les valises doivent être lourdes, nul besoin de s'appesantir. Elle débarque là, accompagnée de rêves bruyants, encombrants et colorés - gloire à Benjamin Chaud !  L'illustrateur creuse ici du côté de l'invisible, ajoute au texte un pan de fantaisie et de joyeux désordre.

Georgia

Derrière un des murs de cet appartement, quelqu'un joue du violon toutes les nuits. Et Georgia, entre ses rêves et la musique, s'enferme, inquiète sa tante. Avec ce violoniste, c'est un pan de fantastique qui s'impose. Un musicien venu d'un autre temps et qui révèle à Georgia ce qu'elle sera, ce qu'elle est déjà : une chanteuse.

Georgia

Des albums-CD, livres-disques, albums musicaux, on en a écouté des charrettes, avec plus ou moins de bonheur, des chansons plaquées sur un texte, des textes adaptés à des univers classiques... Ici, l'équilibre est parfait et fait de Georgia une expérience immersive. Une trentaine de chansons, un beau travail d'équipe orchestré par Albin de la Simone. Et des interprètes au diapason : Ariane Moffat, Rosemary Stanley, Pauline Croze, Emilie Loizeau, Alain Chamfort... Un beau mélange de pop et de jazz, saupoudré des belles voix lyriques de Karine Deshayes et de Magali Léger, de la maîtrise de Paris.

Cécile de France prête sa voix à l'héroïne, avec simplicité et justesse. Elle est accompagnée avec douceur et bienveillance par Anny Duperey, marraine de l'Association SOS Villages d'enfants.
A mille lieux des textes à thèmes, pouah beurk, Georgia fait preuve d'une saine complexité, entremêlant deux histoires, sans crainte la profondeur, la complexité. L'histoire de Georgia va vous enrubanner tranquillement et vous emmener bien loin de la réalité. Mais tout doucement, l'air de rien et tout vous paraîtra aller de soi, l'incroyable et le merveilleux.

Georgia - Tous mes rêves chantent
Timothée de Fombelle & Benjamin Chaud
Gallimard Jeunesse
novembre 2016

logo challenge albums 2017

Partager cet article

Repost 0

Taupe a un souci

Publié le par Za

Taupe a un souci

Ma petite, si tu as un souci, roule une boule de neige en exprimant ce qui ne va pas et tu verras, tout disparaitra.

Taupe a un souci

Taupe a un souci.
Et un paquet de neige sur la tête.
Et pas d'ami.
Rien que de très commun dans les histoires. J'ai pas d'ami est un ressort régulièrement utilisé et diablement efficace. Il permet au héros de se lancer à la découverte du vaste monde et de les trouver, ces satanés amis.

Taupe a un souci

Surtout lorsqu'une grand-mère vous a donné la clé du bonheur : faire une boule de  neige. Et c'est ce que fait Taupe. Une belle boule de neige qui roule et grossit, au hasard d'une balade en forêt. Ce faisant, elle gagne en... contenu. Il faut voir l'inconscience des animaux prêts à se faire avaler... C'est tout proprement délicieux et l'on se réjouit de l'addition prévisible de bestioles, se demandant quelle sera la prochaine victime.

Taupe a un souci

A la manière de La moufle - et la taupe en arbore de belles, rouges -  ou du Bonnet rouge de John A. Rowe, c'est l'accumulation de personnages qui crée le mouvement. Mais au-delà de ce dispositif, les animaux vont devoir coopérer pour se sortir de cette vorace boule de neige. Les personnages de Sang-Keun Kim sont franchement irrésistibles et concourent à faire de cet album remuant un excellent moment de lecture et de partage !

Taupe a un souci
Sang-Keun Kim
La Pastèque, décembre 2015

logo challenge albums 2017

Partager cet article

Repost 0

Un trou, c'est pour creuser

Publié le par Za

L'herbe, c'est pour mettre sur la terre avec du sale dessous et du trèfle dedans.

Un trou, c'est pour creuser

Voici un petit livre absolument délicieux ! Publié pour la première fois en 1952, ce recueil de définitions enfantines présente des termes aussi essentiels que neige, trou, orteil, chats, soleil, terre, château...

Un trou, c'est pour creuser

Ce qui serait déjà touchant et plein de fantaisie en temps normal prend une dimension toute particulière sous le crayon de Maurice Sendak. Ce livre pourrait être une gentille réédition vintage, flatter notre nostalgie. Mais il n'en est rien. Les pages grouillent, sautillent, bruissent de minuscules réjouis. Courir, creuser, danser, manger, dormir, jouer, faire des câlins à un chien, dévaler, glisser, faire des grimaces...

Un trou, c'est pour creuser

C'est un concentré de vie qui se cache sous la couverture de ce livre, comme il s'en échappe parfois de ces moments simples où l'on surveille des jeux de loin, en tendant l'oreille et en riant sous cape.

Un trou, c'est pour creuser
Mon premier livre de définitions premières
Ruth Krauss & Maurice Sendak

éditions MeMo

logo challenge albums 2017

Cet album ouvre ma participation au Challenge "Je lis aussi des albums".

Partager cet article

Repost 0

Neige et contes de Noël

Publié le par Za

Neige et contes de Noël

Confort et réconfort, Neige et contes de Noël est le livre rêvé pour un hiver douillet. Certes, la neige y est omniprésente, mais, pour une fois, peu me chaut ! Trois contes d'Anguel Karaliitchev, une galette, la forêt, le froid. Les histoires se teintent subtilement de surnaturel, juste ce qu'il faut pour s'entrouvrir au rêve. Le temps d'une moufle perdue ou d'un flocon de neige dans l'oeil, on croit retrouver des contes connus et puis non. C'est l'inattendu qui gagne.

Neige et contes de Noël

C'est un exercice toujours casse-gueule que d'illustrer un texte très pré-existant, conçu pour se passer d'images. Élisabeth K. Hamon tisse autour des trois contes un cocon d'une douceur extrême sans jamais tomber dans la mièvrerie. Les regards sont attentifs, les mains s'étreignent, on se blottit au chaud des bras.
Et les bestioles... Ces merveilles d'ours, d'écureuil, de lapin qui sortent de la page... On les dirait brodés, posés là délicatement du bout de l'aiguille.

Neige et contes de Noël

Ces Contes de Noël ne sont pas seulement un livre de circonstance qu'on ouvrirait juste une fois l'an, il marque - même si c'est ici son deuxième album - les débuts d'Élisabeth K. Hamon dans la cour des illustrateurs qui comptent. Et c'est le Cabas qui vous le dit !

Neige et Contes de Noël
Anguel Karaliitchev &
Élisabeth K. Hamon
éditions Elitchka, décembre 2016

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>