Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

89 articles avec romans

le mardi sur son 31 [2]

Publié le par Za

"Nous étions assis dans l'un des jardins de la Cité Pourpre, non loin du quartier des eunuques, à l'abri des regards, nul ne pouvait nous entendre ni nous voir; le vent faisait frémir le bosquet de bambous qui nous encerclait, les longues tiges vertes vibraient au soleil."

 

51jPvDwGNQL._SS500_.jpg

 

Élise Fontenaille

Le palais de mémoire

Calmann-Lévy, 2011

 

logo-mardi-31

Publié dans romans

Partager cet article

Repost 0

le mardi sur son 31

Publié le par Za

L'idée de Sophie m'a séduite. Tous les mardis, ouvrir le livre qu'on est en train de lire à la page 31 et en noter une phrase. Pas toujours facile cependant...

 

logo-mardi-31.jpg

Voici donc ma première contribution...

 

" M. Cornélius, votre grand-oncle, en vous faisant son héritier (d'ailleurs sous condition, comme vous le verrez) ne vous a légué que des biens modestes..."

 

Je lis Malicroix, un roman d'Henri Bosco, et cette phrase, tirée de la page 31 de l'édition Folio, résume assez parfaitement l'intrigue camarguaise du livre.

 

malicroix.gif

 

A mardi prochain !

Publié dans romans

Partager cet article

Repost 0

histoire du prince pipo

Publié le par Za

Le prince Pipo est heureux. Heureux comme on peut l'être lorsqu'on est le fils unique d'un roi débonnaire, et que l'on a été choisi par son père avant même d'être né. Le prince Pipo a un cheval rouge qui s'appelle Pipo aussi, Pipo le cheval. Et le temps pourrait s'écouler de façon parfaitement ennuyeuse si le cheval, un jour, n'écoutant que son instinct de bête aventureuse, n'entraînait son maître à l'orée d'un volcan, si près du bord qu'ils seront, le prince et sa monture, expédiés très loin par le souffle du volcan.

C'est là que la vie commence, la vie proprement dite, une vie faite pour les livres d'histoires, avec un dragon, des enchantements, une sorcière, une princesse endormie et des tiroirs qui s'ouvrent sur d'autres contes... Le prince Pipo découvre alors une réalité bien triste, où ses parents sont des êtres cruels, où le monde est carcéral, militaire.

 

Le texte de Pierre Gripari, publié la première fois en 1976 dans une édition illustrée par une quinzaine de dessinateurs dont Claude Lapointe et René Haussmann, est aujourd'hui réédité par Grasset Jeunesse. Nouvelle maquette, claire et moderne, nouvel illustrateur ! Et cette fois, c'est Laurent Gapaillard qui s'y colle, tout seul ! Oui, le Monsieur du Yark, lui-même !

Déjà, rien que la couverture vaut le détour... Mouvement, couleur, tout y est !

 

GRIPARI_GAPAILLARD_HistoireduPincePipo_2012.jpg

J'aime ce cheval qui saute par-dessus la lune, comme la vache de la comptine...

 

On se jette alors dans le livre pour voir tout, et tout de suite, et l'on reste coi, quoi !

 

lire-relire-3-6522.JPG

 

Car loin de trahir le texte d'une quelconque manière, Laurent Gapaillard l'attire du côté noir et désespéré de la quête de Pipo, il l'embarque directement chez Dickens, à l'ombre de Gustave Doré, une ombre qui hante les arbres menaçants. Et que dire des espaces oniriques et vertigineux, de ce monde oppressant, des trognes inquiétantes...

 

lire-relire-3-6524.JPG

 

C'est magistral, virtuose au meilleur sens du terme, lorsque la virtuosité est au service du texte, le dépoussière, nous le donne à redécouvrir. Car sans ces images, et malgré l'immense talent de conteur de Gripari, je n'aurais peut-être pas autant aimé cette histoire impossible à résumer...

 

gapaillard.jpg

" Et c'est pourquoi, mes petits amis, si vos aînés se moquent de vous parce que vous aimez les contes, laissez-les dire et soyez bien tranquilles : des tas de gens d'autrefois, très vieux, très sages, avec de grandes barbes, les ont aimés, comme vous, et ils avaient pour ce la d'excellentes raisons ! "


Sur les rééditions de Gripari chez Grasset Jeunesse,

voir l'article de la Soupe de l'Espace...

 

Histoire du prince Pipo, de Pipo le cheval et de la princesse Popi

Pierre Gripari

ill. Laurent Gapaillard

Grasset Jeunesse, mars 2012

Partager cet article

Repost 0

copinYARKge !

Publié le par Za

Et oui, encore !

Pour vous signaler aujourd'hui trois interviews sur Ricochet.

 

Le trio infernal.

 

Laurent Gapaillard, l'illustrateur démoniaque. L'entretien est agrémenté de dessins vertigineux, à tomber, au sens propre. Des perspectives époustouflantes, qui vous happent. Et des références qui trahissent un homme de goût : Mervyn Peake et Gormenghast. Et voilà. Et Howard Pyle aussi, dont il a été question ici, il y a peu. Et puis des passages hilarants.

 

"- Quel est l'animal auquel vous ressemblez le plus ? Pourquoi ?
Disons que j’ai de l’empathie pour les hirondelles. Bon je me donne le beau rôle, beaucoup de gens me voient comme un ours. Si je devais être vraiment honnête, je dirais que je ressemble à une huître plutôt.
 
- Quel est le mot que vous préférez dans la langue française ?
Anesthésie, si j’avais une fille, je l’appellerais comme cela.
 
- Que souhaiteriez-vous que l'on retienne de vous ?
Si je suis une huître, il n’y a qu’a garder la coquille pour en faire un cendrier ! "

 

Petite chanson pour la future Anesthésie...

 

 

http://www.ricochet-jeunes.org/public/imgmagazine/70-4f3b9dfbb3e55.jpg

 

Bertrand Santini, l'auteur redoutable, qui cite les si charmants Calvin et Hobbes, histoire de tromper l'ennemi. J'aime beaucoup son analyse du succès d'un livre :

 

" - Selon vous, qu'est-ce qui fait vendre un livre ?
Le budget publicitaire que lui consacre l'éditeur et/ou le talent du libraire. "

 

 

Je dédie cette phrase à Mel et Jean...

 

Calvin_Hobbes_grimaces.png

 

Valéria Vanguelov, l'éditrice infernale qui rend ses collègues verts de jalousie, parce que le Yark, fallait oser, mais quel livre ! Quel livre ! Elle aussi a l'art des références impeccables : Sendak, Gorey, Erik Satie, Wonder Woman (pour les bottes, je suppose)... Un seul bémol à cette interview, le choix de la photo, que je prends comme une attaque personnelle...

 

http://www.ricochet-jeunes.org/public/imgmagazine/68-4f3ba040688c1.jpg

Partager cet article

Repost 0

la boulangerie de la rue des dimanches

Publié le par Za

Attention, ce livre est hautement subversif ! Il véhicule en effet une idéologie dangereuse qu'il serait judicieux de ne le réserver qu'à des lecteurs avisés.

 

boulangerie

 

Jack Talboni est le fils d'Adèle Pelviaire et de Louis Talboni, deux musiciens sans le sou qui élèvent leur enfant dans la pauvreté et l'amour. Et dans la musique, aussi. Les quatre saisons de Vivaldi. Curieuses saisons, transposées dans une hasardeuse version pour tuba et flûte traversière...

 

boulangerie191.jpg

 

Six ans plus tard, Adèle et Louis étaient encore plus pauvres. Ils n'avaient plus que les mouches à manger.

L'été : Vivaldi et mouches fraîches.

L'hiver : mouches sèches et Vivaldi sous les combles glacés.

Mais, couvé entre les quatre murs de sa soupente cloquée, tendrement chéri par ses deux parents mélomanes, le petit Jack ignorait ce qu'était ma misère, puisqu'il ignorait ce qu'était la richesse.

Tous les jours, avec Papa et  Maman, c'était dimanche, tant il est vrai qu'Amour et Musique savent reboucher bien des trous, et panser bien des plaies.

 

Ces deux-là finissent par se consumer assez rapidement, et Jack atterrit dans un orphelinat, prouvant par là-même que, franchement, quand on est pauvre, ce n'est pas très malin, d'être, en plus, musicien. À moins que ce ne soit l'inverse.

 

boulangerie190.jpg

 

Jack Talboni ne suit pas les traces de ses parents, même s'il conserve précieusement leurs instruments et que bon sang ne saurait mentir. Il devient boulanger-pâtissier. Enfin, il apprend à faire les baguettes pas trop cuites et les religieuses au chocolat. Je dois avouer que c'est ce dernier point qui m'a donné envie de lire ce roman. Connaissez-vous rien de plus beau, de plus parfait qu'une (excellente) religieuse au chocolat ?

 

Et c'est là que l'histoire exemplaire de ce jeune homme méritant dérape. Car la suite du livre tendrait à prouver qu'on peut vivre un éternel dimanche, de délices oisifs en promenades ensoleillées, comme ça, gratuitement. Pour le plaisir, sans contrepartie vénale. On croit rêver...

 

boulangerie192.jpg

 

Tout le monde réapprit à tout le monde ce qu'était le dimanche, car les lundis passant, on avait presque oublié : pas de réveil, on traîne au lit le matin, on joue sous la couette à pince-mi à pince-moi, on va chercher sa baguette et sa religieuse chez Talboni, puis on se donne un tas d'occupation récréatives pour chasser le spleen en baillant et se détendre les mollets.

Autant dire, au fond, qu'avec un peu d'application et de concentration, ça ne fut pas un effort si violent.

 

Une réjouissante utopie que peu de candidats à la présidence de la République oseraient afficher à leur programme. Je suis d'ailleurs prête à apporter mon soutien au premier qui le ferait.

J'ai déjà l'accessoire idéal...

 

KIF 5049

religieuse196-copie-1..accessoire discret, certes,

   mais je n'ai pas encore osé tricoter celui-là...


Je ne saurais trop recommander aux gourmands que vous êtes l'écriture délicieuse d'Alexis Galmot, ses personnages doucement dingues dont le charme ne devrait plus vous quitter. Et que dire des fragiles et savoureuses illustrations de Till Charlier, dans une palette aux accents sépia, au charme incontestable...

 

Dans une interview pour Le choix des libraires, Alexis Galmot associait son roman à cette chanson de Lou Reed.

 

 

 

La boulangerie de la rue des dimanche

Alexis Galmot

Till Charlier

Grasset Jeunesse

Collection Lecteurs en herbe

mai 2011

 

Bravo et merci à Grasset Jeunesse pour cette collection originale où l'on retrouve le Yark, c'est dire si j'attends les suivants avec impatience !

 

le 1er juillet 2012 : lecture commune de ce livre

sur le site coopératif

à l'ombre du grand arbre !

Partager cet article

Repost 0

forcément...

Publié le par Za

hny.jpg

 

Une fois encore, je n'ai pu résister à l'appel du Yark...

 

Publié dans romans

Partager cet article

Repost 0

y a-t-il une vie après le Yark ?

Publié le par Za

Il semblerait que la saison soit à l'emballement, alors emballons-nous ! J'ai devant moi un album tout frais qui va vous plaire, j'en suis sûre. Après le Yark, je l'avoue, j'étais un peu embarrassée... Qu'est-ce qui, après ce scud littéraire et visuel pouvait trouver grâce à nos yeux tourneboulés ? Car notre nouvel ami a beau être charmant, il n'en est pas moins encombrant (ôte ta patte de là !). Et depuis qu'il rôde chez nous, la vie est un peu compliquée (non, ne bave pas dans la soupe ! Ben oui, il n'y a que des légumes dedans, désolée, pas de ravitaillement, Petitou est malade et je n'ai pas encore repris l'école). Je vous parlerai donc aujourd'hui de cet album magnifique :

photocabine1.jpg

(oui, d'accord, depuis que tu te laves les dents trois fois par jour, tu as un très joli sourire, je l'avoue, non, non, ça va, je l'ai vu, mais dis-moi, tu te laisserais pas pousser les griffes, par hasard ? C'est pour mieux me ? Montre-moi le livre que tu es en train de lire ! "Le petit chap..." ? Laisse tomber, ça ne va pas te plaire ! Rends-le moi tout de suite !) Cet album incroyable, disais-je, d'autant plus remarquable que (quoi ? Oui, moi aussi j'ai faim, je termine ça et je mouline la soupe. Comment ça "très faim" ? Dis donc, je n'aime pas trop la façon dont tu me regardes... Il y a du jambon dans le frigo, si tu veux. Un ? Un bisou ? Je ne saurais pas t'expliquer pourquoi mais je ne le sens pas, là...

Non...

Nooon !

Pas ça !

AAAAAHHH !!!!!)

photocabine2-copie-1Le Yark

Bertrand Santini et Laurent Gapaillard

Grasset Jeunesse

Partager cet article

Repost 0

le yark

Publié le par Za

Voilà pourquoi je garde toujours les cheveux très courts.

Même décoiffée par ce genre de livre,

je reste digne, impeccable.

Alors, mettez vos capuches,

resserrez  les élastiques vos couettes,

accrochez-vous à votre ombrelle...

Prêts ? 

 

 

Car voici

le Yark !

2111.jpg

Enfin, un bout du Yark.

 

Je vous livre immédiatement le nom des deux coupables : Bertrand Santini et Laurent Gapaillard. Car ce livre est un pur scandale. Oui, un pur scandale d'intelligence, salement bien écrit, salement bien illustré. Autant vous le dire franchement, on n'a pas affaire à des amateurs. Non, la noirceur de leur âme transparaît derrière chaque mot, derrière chaque trait. On se retrouve contraint de lire ce court roman jusqu'au bout, d'une traite, et on finit par retourner en savourer les premiers chapitres, les plus croustillants, le genre qui craque sous la dent comme un os tendre. Quelle délicieuse torture que ce texte enlevé, pétillant, drôle, brillant. Quand je vous dis qu'on est dans l'exceptionnel, le redoutable ! 

 

Le Yark est un ogre monstrueux et goulu, un vrai gourmet à la digestion délicate. Seul l'enfant sage trouve grâce à ses papilles. Seulement, vous l'admettrez avec moi, ce genre de gourmandise se fait rare. Et c'est là tout le drame. Trouver du chérubin à se mettre sous la dent n'est pas une mince affaire. Le Yark moderne n'est pas à la fête.

 

Hélas notre époque contraint le Yark au régime. Les temps modernes ne produisent quasiment plus d'enfants comestibles.

De nos jours les chenapans pullulent sur terre comme des pustules au menton des sorcières. Les cours d'école grouillent d'un petit peuple bête et méchant, portrait craché de leurs parents. (chapitre 3, Les enfants modernes) 

2112.jpg

Si encore ce Yark n'avait été qu'un texte purement jubilatoire, mais non ! Il fallait encore l'accompagner d'illustrations monstrueuses, réjouissantes d'horreur et de virtuosité, d'influences et de références bien digérées. Je vous conseille l'article enthousiaste de Jean de la Soupe de l'Espace avec, en commentaire, l'emballement d'un autre illustrateur, pas manchot lui non plus, avouons-le ! 

 

2110-copie-1.jpg

 

Le Yark ne rejoindra pas tout de suite l'étagère des mes présssssieux, non, je vais le laisser traîner, exprès, à portée d'yeux minuscules et impressionnables. Ce livre est un remède contre la médiocrité. Après l'avoir lu, jamais plus un marmot ne supportera de guimauve à base de mignonne coccinelle ou de trognon lapin.

 

Seul bémol, mais tout petit, seul bémolounet donc, la fin. J'aurais aimé me vautrer dans le ricanement jusqu'au bout... À croire que ce livre libère les pires instincts en chacun de nous, ou seulement est-il salvateur pour ceux qui sont quotidiennement et professionnellement en butte aux grouillantes créatures dont le Yark se repaît...

 

- Que fais-tu ici ? insiste le petit Anglais.

Ne surtout pas répondre ! se redit le Yark en se mordillant l'intérieur des joues. Pas question de se laisser embobiner ou attendrir ! C'est que c'est un sensible, le Yark ! Combien de fois pour avoir trop conversé avec sa proie, a-t-il ressenti un peu de peine au moment de la croquer ? Ce n'est déjà pas drôle de devoir chasser sa nourriture. S'il faut en plus sympathiser avec son dîner!

Tuer son prochain est une sale besogne et aucun monstre ne trouve de charme à ces crimes carnivores, exception faite, bien sûr, des vampires, des zombies et des toréadors. (chapitre 6, Lewis)

 

yark_.jpg

Grasset Jeunesse (chapeau bas !)

Octobre 2011 (tout frais)

80 pages (pas assez)


 

Et allez donc jeter un oeil au blog de Laurent Gapaillard,

vous n'en reviendrez pas !

Ou alors, dans très longtemps...

Partager cet article

Repost 0

du domaine des murmures

Publié le par Za

murmures.jpg

  Jean Bondol, Suzanne délivrée par Daniel, 1372

On l'attendait, ce livre.

Depuis Le coeur cousu, on l'attendait.

Quel inconfort sans doute pour un auteur, que l'avidité du lecteur, son exigence supposée après tant d'émerveillement. Car le premier roman de Carole Martinez était une météorite d'étrangeté.

 

Avec Du domaine des murmures, on reste dans l'étrangeté. L'étrangeté d'une époque, le douzième siècle, où une toute jeune fille prénommé Esclarmonde (ce nom résonne comme une gifle), choisit la réclusion avec joie, décide sans qu'on l'y contraigne de se retirer du monde, de vivre désormais dans une cellule si petite et qui sera sa tombe. Elle renonce au mariage qu'on lui promettait, défie son père, avec fierté, avec l'arrogance de ses certitudes. Dieu l'attend pour soulager les souffrances des hommes, le Christ réclame ses prières, un bonheur infini l'attend.

 

Les recluses sont un phénomène qui m'a toujours intriguée. Cette vie retirée du monde mais cible de tous les regards, de toutes les croyances, de toutes les attentions. Des femmes se retirant de la vie pour mieux la célébrer. Incompréhensible. On trouve trace de recluses jusqu'au XVème siècle, marginalement jusqu'à nos jours.

 

murmures2.jpg

  Jean Bondol, Suzanne et les vieillards, 1372

 

  Mais Esclarmonde ne vivra pas seule dans cette cellule. Elle connaîtra le déchirement, les doutes, la souffrance, les cris, les pleurs. Le monde dont elle croyait s'être retirée la rattrappe, les batailles lointaines déboulent dans l'ombre de sa solitude. Toutes les nuits, elle rejoint en songe les Croisés à Saint Jean d'Acre.

 

murmures3.jpg

Bible Maciejowski, vers 1250 

 

Une foule de personnages peuple ce roman, archétypes d'un Moyen-Âge mystérieux, mystique, excessif. Un seigneur brutal, un amoureux transi, poète et troubadour, une quasi-fée, un marchand de reliques haut en couleurs, un évêque étrange... C'est ce dernier personnage, d'ailleurs, qui m'aura finalement le plus intéressée. Inventeur de redoutables machines de guerre assez inefficaces, il aurait mérité un roman à lui tout seul ! C'est lui qui voit le premier tout l'intérêt de cette recluse pour son évêché. C'est à se demander s'il croit en Dieu, tout simplement. "Que veux-tu, j'aime les belles histoires ! Christ était grand conteur, ses paraboles sont des bijoux. La force de l'Eglise réside aussi dans ces contes qui ont passé les siècles et dans notre capacité à forger aujourd'hui encore de merveilleuses fables au sevice de la foi."

 

Et puis il y a ces hommes et ces femmes prêts à croire que cette frêle image est une sainte et que, par sa seule présence, elle éloigne la mort. On croit si fort aux miracles qu'ils en deviennent vrais. Il faut dire que cette époque est propice au mystère et à l'ombre, et qu'un cheval revenant de l'au-delà pour venger son maître inquiète, certes, mais n'étonne pas.

 

Bouche-de-l_enfer-Heures-de-Catherine-de-Cleves.jpg

  les Heures de Catherine de Clèves, 1440-1445


Alors, dans le fond, ce deuxième roman tant attendu ?

 

Forcément anachronique, mais qu'est-ce que j'en sais, moi, de ce que pensaient, vivaient les jeunes filles du douzième siècle, de l'état de la réflexion des hommes de Dieu sur la foi ? Je vous épargnerai le couplet de la réclusion, volontaire ou pas, mais éternelle des femmes, derrière des murs de pierre, derrière des murs d'étoffe... J'ai aimé la compagnie de cet être de papier et de sang, ce personnage parfois fuyant à force d'être multiple, femme, vierge, sainte, sorcière, mère, fille, spectre, amoureuse, perdue, courageuse, désespérée, aveugle, morte...

 

"La tour seigneuriale se brouille d'une foule de chuchotis, l'écran minéral se fissure, la page s'obscurcit, vertigineuse, s'ouvre sur un au-delà grouillant, et nous acceptons de tomber dans le gouffre pour y puiser les voix liquides des femmes oubliées qui suintent autour de nous."

 

Et je me dis qu'il va être passionnant, le troisième roman de Carole Martinez !

Partager cet article

Repost 0

moby & me

Publié le par Za

 

 

Il est des livres qu'il faut avoir lu. Ne me demandez par pourquoi justement celui-là , pourquoi Melville et pas Proust, pourquoi Melville et pas Joyce, je n'en sais rien. Moby Dick m'habitait, me trottait dans la tête.

 

Moby 1068

 

J'ai longtemps été persuadée qu'il se trouvait dans la bibliothèque de mes grands-parents, sous une couverture de cuir bleu marine, je revoyais même les bestioles entrelacées sur le dos du livre. Après recherches, il semblerait que tout cela n'était que le fruit de mon imagination. Je l'ai donc commandé, longtemps attendu (non, Mr K., ce n'est pas un reproche), puis mis à faisander un an au milieu de la pilalire... Une fois mûr, je l'ai embarqué dans le cabas des vacances, avec quelques autres de ces congénères - livres, pas cétacés ! Mais c'est lourd quand même...

Moby 3070

 

 

Et puis je me suis jetée à l'eau (ah ah), avec appréhension, certes, mais motivée comme jamais depuis que j'avais lu dans Elle quelque part, que Moby Dick était LE livre favori de Barack Obama.  À quoi ça tient, parfois...

 

 

biblioth obama014

 

Je ne vous dirais pas que cette lecture fut aisée, facile, fluide. Non, Moby Dick est de ces textes qui résistent et auxquels on s'accroche d'autant plus qu'ils ne se livrent pas. De ces rencontres qui pourraient finir comme ça...

 

Moby 2069

 

De longues digressions sur les cétacés, la vie à bord du baleinier, Nantucket, les techniques de chasse à la baleine et tout à coup des fulgurances qui vous laissent sans voix, la mort poignante et magnifique d'un cachalot, le respect mystique du baleinier pour la bête qu'il pourrait abattre. La baleine est partout. Elle est l'huile de la lampe, elle est le repas exceptionnel, elle est la jambe du capitaine.

"Qu'un mortel puisse faire son aliment de l'animal dont s'alimente sa lampe, et qu'il puisse, comme Stubb, le consommer à sa propre lumière (ou tout comme), c'est là une chose si surprenante et bizarre d'apparence...[...] Le fait est que le cétacé, au moins parmi ceux qui le chassent, serait assurément considéré comme un plat noble, n'était qu'il y en a vraiment trop; c'est que si vous vous attablez devant un pâté en croûte d'une bonne centaine de pieds de long, cela vous ôte un peu l'appétit."


Il faut lire ce livre en s'étant délesté des modernes considérations sur la chasse à la baleine, sur la condition animale. Moby Dick ne saurait supporter ce genre d'anachronisme, même si des scènes d'un terrifiant baroque prennent à la gorge, au sens propre du terme.

"Tel un martyr obèse sur le bûcher, ou tel un misanthrope se consumant soi-même, une fois allumé, le cachalot fournit son propre combustible et brûle au feu de son propre corps. Que ne consomme-t-il pas aussi sa propre fumée ! Car c'est une chose horrible à respirer que cette fumée, et non seulement vous ne pouvez pas ne pas la respirer, mais il vous faut vivre dedans pendant un certain temps. Elle est d'une âcreté féroce et hindoue, d'une odeur comme il ne peut en exister qu'au voisinage des bûchers funéraires. Elle sent comme l'aile gauche des armées sempiternelles au jour du Jugement : c'est une preuve décisive de l'existence de l'enfer."


J'ai rencontré dans ce livre des morceaux de bravoure littéraire d'une grande modernité...

"Je professe le plus grand respect pour les obligations religieuses de tout individu, quel qu'en soit le ridicule, et je me sens du fond du coeur incapable de mépriser même une congrégation de fourmis adorant un champignon vénéneux, ou encore telles autres créatures de ce globe où nous sommes, serviles à un point qui n'existe sur aucune autre planète, qu'on voit faire révérence devant le buste d'un défunt propriétaire terrien en considération exclusive de la vastitude excessive des biens possédés de nom par ce cadavre."

 

moby dick

... des moments d'une sauvagerie toute réjouissante, qui accrochent le lecteur, le forcent à continuer.

"Oh ! Dieu, naviguer avec un équipage si furieusement païen, où pas un homme ne se souvient d'avoir eu une mère de la race humaine ! Tous mis bas quelque part sur l'océan qui grouille de requins ! C'est leur Gorgone à eux, cette Baleine Blanche ! "

 

... mes idées fixes confortées, encore que j'aurais plutôt soutenu la thèse inverse...

"Directement liée à l'aventure de Persée et d'Andromède est la fameuse histoire de saint Georges avec le Dragon; ce dragon ayant été, je le maintiens et le soutiens, une baleine; car dans d'innombrables vieilles chroniques, baleines et dragons sont curieusement mêlés, étrangement confondus, et souvent pris les uns pour les autres. "Tu es comme un lion des eaux et un dragon de la mer", dit Ézéchiel, parlant sans ambage de la baleine, à tel point que certaines version de la Bible usent du nom lui-même. J'ajouterai que cela enlèverait bien du lustre et retirerait beaucoup de gloire à son exploit, si saint Georges n'avait affronté qu'un tortillant reptile terrestre au lieu de livrer sa bataille au grand monstre des profondeurs. N'importe qui peut tuer un serpent, mais il n'y a qu'un Persée, un saint Georges ou un Coffin pour trouver en eux-même assez de coeur pour marcher intrépidement au-devant de la baleine."

 

moby huston

 

... des lignes d'une beauté douloureuse...

"Et il est juste aussi que sur le déploiement des ces plaines marines, que sur ces amples, mouvants pâturages de l'océan, qu'au-dessus de ces vastes fonds des quatre continents, les vagues roulent et se lèvent, se creusent et se gonflent incessamment; car des millions d'ombres et de fantômes, de rêves engloutis, ténébreux noctambules, et de songes noyés s'y entremêlent; tout ce que nous nommons la vie et l'âme, les vies, les âmes sont là qui rêvent sans finir; et qui se tournent comme des dormeurs sur leur lit, aussi les vagues éternelles ne sont-elles rien que le battement de leur inquiétude. " 

 

Et comme je touchais au but, comme l'ombre du grand cachalot blanc se précisait, comme la folie d'Achab rendait l'air irrespirable, les cent dernières pages se montrèrent les plus rétives et ce livre se transforma en boulet. Le genre qu'on n'a ni la force de lire, ni la force d'abandonner. Mais j'en suis venue à bout, j'ai égrainé les pages une à une, embarquée malgré moi dans cette quête délirante, jusqu'à son dénouement brutal, instantané. 

 

J'ai lu Moby Dick.

Moby 4071

cabas © La Marelle

 

Publié dans romans, Herman Melville

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>